Visite du ministre de l’Economie et des Finances M. Bruno Le Maire à Pékin [中文]

M. Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des finances a effectué un déplacement à Pékin les 7 et 8 octobre 2019.

Ses rencontres avec le Vice-Premier ministre chinois M. HU Chunhua et le ministre chinois des Finances M. LIU Kun ont été l’occasion de préparer les sujets économiques et financiers de la visite d’Etat que le Président de la République française, M. Emmanuel Macron, effectuera en Chine au mois de novembre prochain.

JPEG
JPEG
JPEG

Il s’est également entretenu à cette occasion avec la communauté d’affaires française et a visité le siège de l’entreprise chinoise Xiaomi en présence de son PDG, M. LEI Jun.

JPEG
JPEG

Tribune de M. Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, 21st Century Business Herald

Ma visite en Chine aujourd’hui s’inscrit dans le contexte du nouvel élan insufflé par les Présidents Macron et Xi Jinping aux relations entre la France et la Chine. Je souhaite poursuivre notre dialogue intense sur les sujets économiques, à la suite du Dialogue économique et financier de décembre 2018. Je préparerai également la deuxième visite d’Etat du Président Macron les 5 et 6 novembre prochains, qui marquera l’approfondissement de notre partenariat stratégique global. En célébrant les 55 ans de l’établissement de nos relations diplomatiques, nous pouvons faire entrer ce partenariat dans une nouvelle phase pour répondre aux défis actuels : croissance ralentie, tensions commerciales, changements climatiques et inégalités croissantes.

Les enjeux économiques et commerciaux de la visite du Président Macron en Chine sont nombreux. Celle-ci sera l’occasion de mettre en évidence le savoir-faire, les produits et les services des entreprises françaises dans nos domaines de coopération stratégiques comme le nucléaire et l’aéronautique, mais aussi dans le secteur financier, de l’environnement et de l’énergie, de la santé, du tourisme. La visite du Président coïncidera avec la deuxième édition de la Foire internationale des importations de Shanghai, où la France sera invitée d’honneur. Je sais toute l’importance de cette Foire comme symbole de l’ouverture chinoise. Dans le climat d’incertitudes actuel, les entreprises françaises souhaitent continuer à acheter, vendre et investir en Chine dans un climat des affaires favorable. Elles a espèrent bénéficier de nouvelles mesures concrètes leur permettant d’être actives dans tous les secteurs.

L’an dernier, à l’issue de la Foire de Shanghai, la communauté d’affaires européenne a fait des propositions concrètes. Je m’associe pleinement à ces propositions, qui restent d’actualité. Avec l’accord de protection des investissements en cours de négociation entre l’Union européenne et la Chine, nous disposons d’une opportunité pour donner corps à certaines de ces mesures. Si les négociations sur ce texte se sont accélérées depuis le Sommet UE-Chine d’avril dernier, il appartient dorénavant à la Chine de mettre sur la table, d’ici la fin de l’année, une offre concrète et ambitieuse pour rééquilibrer l’accès au marché entre les entreprises chinoises et européennes. La conclusion d’un accord en 2020 constituerait un symbole fort et enverrait un message fort pour rappeler l’importance d’un libre échange juste à l’échelle de la planète. A la suite du dernier sommet UE-Chine également, des premiers résultats ont été obtenus s’agissant de l’accord sur la sécurité de l’avion civile. J’espère enfin qu’un accord pourra très vite être trouvé entre l’UE et la Chine sur la reconnaissance mutuelle des indications géographiques. C’est en effet une façon concrète de garantir aux consommateurs chinois un accès aux meilleurs produits agro-alimentaires européens.

Alors que les tensions commerciales pèsent sur l’ensemble de la communauté internationale, l’Union européenne se veut un partenaire responsable de la Chine et des Etats-Unis. La France et l’Union européenne sont attachées, comme la Chine, au multilatéralisme. La France et l’Union européenne souhaitent un ajustement des règles du jeu actuelles et une modernisation de l’OMC, afin d’assurer un commerce libre et équitable.

Les dirigeants chinois et européensont donné une forte impulsion politique aux travaux entre la Chine et l’Union européenne sur la réforme de l’OMC. Lors de sa visite, le Président de la République réaffirmera l’engagement français et européen en faveur d’une OMC adaptée aux enjeux de l’économie actuelle. Nous comptons sur la Chine pour qu’elle approfondisse les discussions sur les subventions industrielles, pour qu’elle soumette une offre ambitieuse pour accéder à l’accord de l’OMC sur les marchés publics, pour qu’elle s’engage en faveur d’obligations de transparence renforcée, et qu’elle trouve avec l’Union européenne une solution à un éventuel blocage de l’organe d’appel. Je sais que les autorités chinoises sont pleinement conscientes de ces défis et je ne doute pas de leur volonté de travailler collectivement avec l’Union européenne pour y répondre.

L’objectif de ma visite est de réaffirmer, au nom du Président de la République, le rôle de la France de partenaire responsable, soucieux d’un renforcement équilibré de ses relations avec l’Union européenne et la Chine dans un monde incertain.

Dernière modification : 10/10/2019

Haut de page