Une neuroprothèse inédite permet à un patient tétraplégique équipé d’un exosquelette de se mouvoir [中文]

Pour la première fois, un patient tétraplégique a pu se déplacer et contrôler ses deux membres supérieurs grâce à une neuroprothèse, qui recueille, transmet et décode en temps réel les signaux cérébraux pour contrôler un exosquelette.

Mots-clés : Interface cerveau-ordinateur, exosquelette | Communiqué de presse du CEA, publié le 4 octobre 2019

JPEG - 37.3 ko
Clinatec, centre de recherche biomédicale Edmond J. Safra,

Pour la première fois, un patient tétraplégique a pu se déplacer et contrôler ses deux membres supérieurs grâce à une neuroprothèse, qui recueille, transmet et décode en temps réel les signaux cérébraux pour contrôler un exosquelette. Publiés le 4 octobre 2019 dans la revue The Lancet Neurology, les résultats de l’étude clinique du projet Brain Computer Interface (BCI), réalisée à Clinatec (CEA, CHU Grenoble Alpes), valident la preuve de concept du pilotage d’un exosquelette « 4 membres spécifique ». Ce pilotage est permis par l’implantation long-terme d’un dispositif médical semi-invasif de mesure de l’activité cérébrale, développé au CEA. Cette technologie est destinée, à terme, à donner une plus grande mobilité aux personnes en situation de handicap moteur.

JPEG - 21.7 ko
Déplacement du patient tétraplégique à l’aide de la neuroprothèse (crédit Juliette Treillet)
JPEG - 18.4 ko
Implantée sous la boîte crânienne, la neuroprothèse Wimagine capte et transmet en temps réel les signaux du cortex. (Crédit CEA/Clinatec/La Brèche)

Dernière modification : 18/10/2019

Haut de page