Une « envie de France » de plus en plus forte.

Troisième pôle universitaire de Chine avec quarante huit universités, Wuhan a été le berceau d’une coopération qui confère à notre pays une visibilité de tout premier plan. Cette visibilité se nourrit de la présence de nombreuses entreprises françaises. Elle se renforcera à l’avenir avec l’émergence d’un pôle médical francophone. Autant de facteurs qui permettent à Wuhan de se prévaloir aujourd’hui d’une relation privilégiée avec la France.

L’apprentissage du français connaît un véritable engouement à Wuhan...

Plus de trois mille cinq cents étudiants apprennent notre langue dans la circonscription consulaire de Wuhan, essentiellement dans les trois capitales provinciales, à Wuhan (Hubei), Changsha (Hunan) et Nanchang (Jiangxi).

C’est au Hubei que notre coopération est la plus ancienne et la mieux établie. Quatre départements de français assurent à Wuhan la formation de près d’un millier de jeunes chinois dans les grands établissements universitaires. Six autres universités d’importance moyenne proposent aussi des cours de français.

Le français est également enseigné dans un collège et trois lycées de Wuhan.

Au total, et en tenant compte des deux mille inscriptions de l’Alliance française, c’est au moins trois mille élèves et étudiants qui étudient le français dans la seule ville de Wuhan.

qui s’explique par l’ancienneté de notre coopération universitaire et l’importance de notre présence économique.

Le début des années quatre-vingt a marqué la reprise des contacts universitaires et scientifiques entre nos deux pays. Un réseau de francophones s’est constitué depuis, dont un certain nombre ont été recrutés sur place ou dans le reste de la Chine par nos entreprises et dont plusieurs ont accédé à des postes de responsabilité. Une sorte de francophonie diffuse s’est élargie au-delà des cercles universitaires. La coopération avec la France a débordé du cadre des campus pour devenir à Wuhan un fait de la vie ordinaire.

L’Alliance française joue un rôle pilote...

L’Alliance française de Wuhan est la troisième de Chine. Ecole de coopération établie dans des locaux spacieux et attractifs en partenariat avec l’Université de Wuhan, elle exerce un magistère essentiel.

qui a bénéficié de l’effet des années croisées.

Plus de deux cent mille spectateurs ont assisté aux cinq événements organisés dans la circonscription. Ces manifestations, fortement médiatisées, ont contribué a renforcer l’image déjà très positive, de notre pays et la francophilie de sa population. La mise en place du CEF – Edufrance a joué aussi sa part.

L’Université de Wuhan (Wuda) est le partenaire historique de la France.

Au début des années 1980, c’est cette université qui nous a été désignée pour la mise en place de très importants programmes de coopération en langue, littérature françaises et en mathématiques. Aujourd’hui nous récoltons les fruits de ces investissements : Wuda a signé plus d’une trentaine d’accords de coopération avec les plus grandes écoles et universités françaises et est devenue l’université chinoise qui envoie le plus d’étudiants en France : plus d’une centaine chaque année depuis 2002, trois cents étudiants en 2006 et probablement quatre cents en 2007. Plusieurs de ses départements et facultés dispensent aujourd’hui des enseignements en français (droit, économie, administration, physique, mathématiques et médecine).

Wuda abrite aussi un institut original, appelé OMC (WTO), créé en 2002. Plus de cent trente étudiants y ont été recrutés pour deux années de formation linguistique suivies de deux années à l’université de Lille 2 et la délivrance d’un diplôme de Licence. Cette coopération exemplaire a été établie avec l’aide de « China Scolarship Council » qui relève du Ministère chinois de l’Education.

Enfin Wuda est l’Université d’accueil de l’Alliance française et apporte tout son soutien à son développement. Son président, l’académicien Liu Jingnan, se rend très régulièrement dans notre pays. L’université de Wuhan est aussi membre du collège doctoral franco-chinois et a proposé à ce titre vingt six candidats sur les deux cents appelés à se rendre en France prochainement.

Paul d’Azemar

Dernière modification : 07/07/2014

Haut de page