Une belle rencontre entre Le Clézio et La Petite Fourmi à Wuhan

L’après-midi du 25 novembre, l’école maternelle internationale (Wuhan) la Petite Fourmi (méthode Freinet) a accueilli le prix Nobel de littérature 2008 J.M.G Le Clézio.

La semaine précédant l’arrivée de l’écrivain, les enseignants de la Petite Fourmi leur ont lu la traduction du livre « Voyage au pays des arbres ». Cette lecture a plus qu’intéressée nos chères petites têtes brunes qui ont commencé à poser une foule de questions. Ces questions ont été notées par les enseignants. En outre, ce sont les enfants qui ont eu eux-mêmes l’idée de décorer la classe avec des « arbres de vie » : Chaque enfant a donc conçu, peint et accroché son arbre pour que la Petite Fourmi devienne une forêt comme celle décrite dans le roman de « Grand-père Leu » (c’est ainsi que les enfants ont surnommé M. Le Clézio).

Le jour de la rencontre, deux enfants ont été chargés d’accueillir l’auteur célèbre et de lui faire la visite de l’école maternelle. M. Le Clézio a ensuite lu un extrait de son ouvrage, que la directrice de l’école a traduit simultanément aux enfants. Ensuite les questions des enfants ont été lues à M. Le Clézio qui y a répondu. Au programme des questions, il y avait « Comment ça se fait que tu saches parler aux arbres ? », « Pourquoi tu écris des histoires pour les autres ? »… Il est important de noter que les enfants ont compris que l’enfant de l’histoire était en réalité M. Le Clézio lui-même qui racontait un souvenir d’enfance.

Cette journée a eu un impact très important sur les enfants, en effet, rencontrer un auteur reconnu mondialement n’est pas donné à tout le monde et les enfants l’ont bien senti. Dans l’interview avec M. Xu Jun de l’Université de Zhejiang et M. Du Qinggang de l’Université de Wuhan qui ont suivi la visite, M. Le CLézio a dit :
« C’est un grand bonheur pour moi de rencontrer les enfants chinois. Les enfants du monde entier sont des poètes, sont des créateurs, des artistes. Ici en Chine, j’ai le sentiment qu’ils développent cette qualité avec beaucoup de talent et beaucoup de sincérité et donc il faut remercier les éducateurs car ce sont les éducateurs qui cultivent des enfants comme on cultiverai des plantes merveilleuses pour en faire des êtres humains à part entière. Donc en Chine c’est une grande émotion de rencontrer les petits enfants de la Petite Fourmi. » Il a conclu en disant « J’aime la Petite Fourmi » en chinois.

Les quatre photos ci-joint :

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

Dernière modification : 12/01/2017

Haut de page