Technology Day le 22 novembre à l’Ambassade de France en Chine [中文]

Le Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA) a co-organisé avec Air Liquide une journée Technology Day le 22 novembre à l’Ambassade de France en Chine.

PNG

L’objectif de cette journée était de faciliter la rencontre entre les acteurs industriels et institutionnels dans le domaine de la fusion contrôlée.

Les recherches en fusion contrôlée visent à domestiquer sur terre les réactions nucléaires entre noyaux très légers d’Hydrogène qui ont lieu dans le soleil et les étoiles. Cette source potentiellement sure, propre et virtuellement inépuisable d’énergie requiert un effort mondial concerté de longue haleine, mais pourrait entrer à terme dans un mix énergétique responsable, à l’horizon probable de la deuxième moitié de ce siècle.

Etaient présents côté chinois des membres d’ITER China, dont le Directeur M. LUO Delong, des représentants du MOST, les deux instituts spécialisés dans la fusion contrôlée en Chine SWIP et ASIPP ainsi que des professeurs et des experts et spécialistes du domaine de la cryogénie.

La délégation française était quant à elle représentée par Jean-Baptiste de Boissière, Ministre Conseiller, et composée du Directeur des Coopérations internationales du CEA M. FIONI Gabriele, du Directeur de l’IRFM BECOULET Alain et des membres du CEA, ainsi que du Président et CEO d’Air Liquide Chine FIORANELLI Marcelo et du Vice-Président de Air Liquide GM&T MERINO Philippe. Air Liquide, leader mondial des gaz, technologies et services pour l’industrie et la santé dispose d’un expertise reconnue dans la cryogénie et est présente aussi bien dans le projet ITER que dans divers projets liés à la fusion et aux grand projets scientifiques en Chine et dans le monde.

La Chine et la France participent toutes deux au projet international ITER, un réacteur de recherche civile à fusion nucléaire et qui vise un accès à une nouvelle source d’énergie très abondante dans le long terme. Les deux pays ont également chacun leurs projets domestiques dédiés à la fusion, tels que les tokamaks supraconducteurs EAST (Chine) et WEST (France), ou encore le tokamak chinois HL-2M et le China Fusion Engineering Test Reactor (CFETR).

La coopération franco-chinoise ne cesse donc de se développer, y compris dans le domaine de la fusion contrôlée, comme l’illustre le futur accord SIFFER qui vise à mettre en place un centre sino-français pour la fusion nucléaire.

Dernière modification : 29/11/2017

Haut de page