Présentation du groupe SoundScape

Renaud Gay, fondateur du groupe shanghaien SoundScape, nous parle de ce groupe à l’ADN multiculturel très particulier, à découvrir d’urgence !

LDS : SoundScape est un groupe shanghaien composé de six musiciens, venant des quatre coins du monde. Pouvez-vous revenir sur la genèse du groupe : comment vous êtes-vous rencontrés, quand avez-vous commencé à jouer ensemble, etc. ?

Renaud Gay  : SoundScape est effectivement un groupe shanghaien créé début 2010 autour de l’idée du mariage des instruments traditionnels et des musiques du monde.

L’histoire commence lors des John Jam Sessions en 2008 qui se tenaient alors au Logo de Xinfu road, puis à l’Anar. John, en plus d’être un excellent musicien, a un réel talent pour mettre les gens en avant et pour tisser des liens entre eux. C’est à ce moment que j’ai fait la rencontre de certains des membres de SoundScape, même si à cette époque nous jouions pour animer les soirées et pour un autre groupe.

Je commençais pour ma part un nouveau boulot de manager de projets chez SPEC, une boîte spécialisée dans la certification environnementale des bâtiments, mais les projets n’étant pas encore nombreux, on m’a invité à compléter mes revenus avec un travail secondaire, comme l’enseignement de ma spécialité. Cependant j’en ai profité pour développer la musique comme un second travail !

Au départ SoundScape était pensé comme un collectif, propre à suivre les aléas des venues et départs et bien sur des envies. Nous avions plusieurs concepts, comme un trio autour de la rencontre entre le Sheng et l’harmonium indien, ou encore une collaboration avec la compagnie QiDance ainsi qu’une combinaison élargie avec 6 musiciens, dont erhu, violon, et une excellente chanteuse iranienne.

En 2012, après le départ de quelques membres dont notre chanteuse iranienne, SoundScape s’est recentré sur une combinaison unique a cinq musiciens qui est la même depuis 3 ans. Nous avons élargi le groupe fin 2014 avec l’arrivée d’un musicien Gnawa du Maroc et d’une joueuse de Erhu issue du Conservatoire de Shanghai.

JPEG - 246.1 ko
Le groupe Soundscape

LDS : Comment qualifieriez-vous la musique que vous créez ? Quels instruments utilisez-vous ?

R.G.  : Notre musique évoque en général le voyage, mais toujours de façon mystérieuse. C’est un voyage où l’esprit peut se laisser perdre... d’où le nom de notre dernier Album : Le Paradis des Voyageurs Perdus.

Certains morceaux de notre répertoire utilisent des éléments traditionnels que nous revisitons avec notre propre sensibilité musicale. Ceci est rendu possible par le fait que plusieurs membres du groupe ont une connaissance des répertoires traditionnels. L’autre partie de nos morceaux sont des compositions pures, guidées par nos envies et émotions.

Nos instruments principaux sont : les chants tibétain, indien et gnawa ; l’harmonium indien, Gumri, Erhu ; de nombreuses percussions : djembé, dolak, cajon, kanjira, riq... Pour ma part je joue d’instruments aussi hétéroclites que le didgeridoo, les guimbardes rajastanaises, le saz turc, mais aussi des flûtes comme le Suling d’Indonésie ou encore les incroyables triples flûtes pakistanaises Algoza.

Je crois que SoundScape commence à être réputé comme étant le groupe qui utilise le plus d’instruments insolites en Chine. Nous utilisons environ vingt instruments durant nos concerts, ce qui en général donne de sérieux maux de têtes aux régisseurs son (nous avons heureusement notre propre ingénieur son : l’excellent Benjamin l’Hotellier de KerSound). Cependant si cela est un aspect qui rend notre groupe atypique, nous préférons avant tout et simplement mettre notre musique en avant.

LDS : Diriez-vous que les différences de culture et de background entre les musiciens du groupe influencent votre musique et/ou votre façon de fonctionner ?

R.G. : Nécessairement ! Les différences culturelles sont à la source même de notre musique. Les choix de vie aussi. Parmi les 7 musiciens de SoundScape, 3 ont un lien direct avec leurs cultures associées. Lamu : notre chanteuse tibétaine ; Panli : notre joueuse de erhu, issue du conservatoire de Shanghai et Amine Fikri : marocain et directement connecté au Gnawa du Maroc. 2 autres, Daniel Saracino (Italie) et Rasa (Pologne) ont passé de nombreuses années en Inde pour apprendre les musiques et chants des répertoires folkloriques et dévotionnels. Le reste, comme moi, est passionné par les musiques du monde.

Bien sûr, les différences de culture dans un groupe comme celui-ci mènent à des différences de points de vue esthétiques. Si le consensus instrumental s’impose au travers du panel d’instruments que nous utilisons, le consensus musical n’est pas toujours une solution au regard de la cohérence de composition. Nous prenons le parti de jouer une musique entière, non commerciale. Si le concept n’est pas nouveau la musique que nous jouons est nouvelle et cette combinaison de personnes est unique et propre à la magie de Shanghai.

SoundScape est un groupe qui nécessite un travail permanent, mais nous sommes heureux que ce travail paye : nous signons ce mois-ci un contrat avec World Music Shanghai, qui est la structure organisatrice du Shanghai World Music Festival depuis 8 ans (la référence en Chine). Nous commençons à tourner à l’étranger.

Nous écouter : www.soundcloud.com/soundscapecrew
Nous voir : www.youtube.com/soundscapecrew / http://i.youku.com/soundscape
Prochain concert : 5 Juin à OnStage, Redtown.

JPEG

Dernière modification : 02/06/2015

Haut de page