Signature à Pékin de la convention de prêt du premier projet de traitement des déchets de restauration financé par l’AFD en Chine

Le 19 mai, 2017, le Ministère des Finances de la République Populaire de Chine, représenté par son directeur général adjoint du Département des financements internationaux, M. Wang Zhongjing, et l’Agence Française de Développement (AFD), représentée par M. Emmanuel Debroise, directeur de l’agence de Pékin ont signé la convention d’un prêt de 25 M€ pour le financement d’un projet de construction d’une usine de traitement et de valorisation énergétique des déchets de restauration dans la ville de Shaoyang, province du Hunan.

La forte croissance de la population urbaine chinoise et l’amélioration de son niveau de vie ont entraîné un développement rapide du secteur de la restauration. La Province du Hunan n’échappe pas à cette tendance et les déchets alimentaires collectés, le plus souvent de manière informelle, servent principalement à l’alimentation du cheptel porcin. Par ailleurs, les huiles de cuisine usagées peuvent être collectées par les mêmes canaux pour être retraitées, filtrées, puis revendues en contradiction avec la loi chinoise sur la sécurité alimentaire.

Le projet a donc pour objectif premier de réduire les risques de santé publique liés à la collecte et la réutilisation informelles des déchets et huiles alimentaires de restauration.

En second lieu, il vise à améliorer les services publics de collecte, de traitement et de valorisation énergétique des déchets alimentaires de restauration de la ville de Shaoyang.

Enfin, le projet favorisera une réduction des émissions de gaz à effet de serre liées au traitement des déchets par la mise en place d’un système de cogénération (chaleur et électricité) tout en récupérant le biogaz produit par un centre d’enfouissement technique (CET) de déchets situé à proximité de l’usine de méthanisation.

Grâce à une valorisation économique des sous-produits issus du traitement des déchets, ce projet exemplaire dans l’application des principes de l’économie circulaire permettra des économies d’émission carbone significatives estimées à 70 000 tCO2/an.

Dernière modification : 26/05/2017

Haut de page