Séminaire sur les métiers du cheval et l’offre de formation française

Ce 18 avril se tenait à l’auditorium de l’Ambassade un séminaire consacré aux métiers du cheval et à l’offre de formation française dans ce domaine. La santé et le bien-être du cheval ont constitué le fil rouge des interventions.

JPEG

Des vétérinaires, enseignants, professionnels du monde des courses, de la maréchalerie ou encore de la nutrition du cheval étaient venus de France partager leur expérience. Ils ont donné un aperçu du système de formation existant en France pour chacune des activités. Des vétérinaires chinois, exerçant en clientèle ou enseignant en université agricole, ont témoigné de la pratique vétérinaire équine en Chine et du recours à la médecine traditionnelle chinoise pour soigner les chevaux.

L’audience était principalement composée d’instructeurs d’équitation, d’éleveurs, de vétérinaires praticiens, mais aussi d’universitaires et d’étudiants en sciences agricoles et vétérinaires, œuvrant tous dans le milieu hippique chinois. Les échanges ont été nourris, le public se montrant à la fois connaisseur des sujets traités et curieux de la façon dont les activités liées au cheval étaient exercées en France.

Depuis quelques années déjà, le cheval tient en Chine une place toujours plus importante dans les activités de loisir auxquels s’adonnent jeunes et parents.

Les JO de Pékin en 2008 ont joué un rôle de catalyseur dans la pratique de l’équitation.
Plus de 1 000 clubs hippiques sont répertoriés en Chine, et le « Grand Pékin », à lui seul, en compte près de 200.
En 2014, le nombre de cavaliers était estimé à un demi-million, et une trentaine d’hippodromes existent à travers la Chine, dont les plus importants se trouvent en Mongolie intérieure, à Wuhan et à Chengdu.

Dernière modification : 19/04/2018

Haut de page