Séminaire « Finance Verte et Transition Economique » [中文]

Dans le cadre de la 6ème édition du Mois franco-chinois de l’environnement, le 23 octobre 2019 à Pékin s’est tenu le séminaire « Finance Verte et Transition Economique » co-organisé par le Ministère chinois des Finances (MOF), la Commission nationale du Développement et de la Réforme (NDRC), la Commission chinoise de régulation de la banque et de l’assurance (CBIRC) et l’Agence française de développement (AFD).

JPEG

Le séminaire, ouvert par l’Ambassadeur de France en Chine, M. Laurent Bili, a permis un partage d’expériences entre les décideurs, experts franco-chinois et les banques chinoises chargés de concevoir et mettre en œuvre la « finance verte » en Chine. Cet évènement a manifesté de façon concrète la qualité de la coopération entre la Chine et la France dans le domaine du développement durable.

Des représentants des institutions chinoises, des think-tanks et des banques bénéficiant d’un financement de l’AFD ont présenté diverses thématiques relatives à la finance verte : régulation et gouvernance, risques et opportunités, expériences de coopération franco-chinoise. Ont participé au séminaire plus de 200 représentants de bailleurs de fonds internationaux, de gouvernements locaux et de nombreuses banques chinoises.

Le séminaire a mis en relief l’importance pour tous les ministères de conjointement prendre en compte les défis climatiques et environnementaux dans la formulation des politiques. L’objectif est de mobiliser les acteurs de différents secteurs, de les sensibiliser davantage à la finance verte et de faire converger les flux de capitaux vers des investissements compatibles avec un développement durable à faibles émissions de carbone. Les institutions bancaires ont été appelées à s’appuyer sur la coopération internationale pour améliorer les systèmes de gestion Environnementale & Sociétale, innover et diversifier les produits et services financiers, renforcer les capacités et développer les ressources humaines, avec l’objectif de surmonter collectivement les défis climatiques et environnementaux globaux.

JPEG

Discours de l’Ambassadeur de France en Chine, M. Laurent Bili

JPEG

Monsieur HAN Bin, directeur général adjoint du département de finance internationale du MoF
Monsieur ZHU Wei, directeur de division au sein du département d’utilisation des fonds étrangers de la Commission nationale pour le développement et la réforme (NDRC)
Monsieur YE Yanfei, directeur général adjoint du bureau de recherche de la CBIRC (China Banking and Insurance Regulatory Commission)
Monsieur Yann Martres, directeur de l’AFD
Mesdames, Messieurs,

C’est un grand plaisir pour moi d’être avec vous aujourd’hui pour ouvrir ce séminaire franco-chinois consacré à la Finance verte et à la transition économique.

Cet événement co-organisé par le ministère chinois des Finances, la NDRC, la CBIRC et l’Agence française de développement, avec le soutien du ministère français des Finances et de la Banque de France, témoigne de l’intérêt que nous portons tous à ce sujet essentiel.

Vous savez l’engagement de la France sur les problématiques climatiques et environnementales, illustrée par exemple par la loi de transition énergétique de 2015, qui dans un article (art 173-VI) appelle les investisseurs institutionnels à produire des rapports sur le changement climatique et sur leurs performances en matière de critères environnementaux. Cette disposition originale a souvent été citée comme un exemple en matière de finance durable.

Ce séminaire marque la fin de l’Année franco-chinoise de l’environnement lancée en novembre 2018 par les ministres chinois et français de l’Ecologie et de l’Environnement.

Je ne doute pas cependant que la très prochaine visite du Président de la République, M. Macron, en Chine traduise une nouvelle fois l’importance des thématiques climatiques et environnementales pour la coopération franco-chinoise et leur valeur d’exemple pour le monde.

Notre coopération est structurée par de nombreux accords bilatéraux en matière de lutte contre le changement climatique, en matière d’eau, de parcs nationaux, d’agriculture et de forêts, et en matière d’urbanisation durable, ou encore de transports.

Cette coopération bilatérale nourrit également l’agenda multilatéral en matière de climat et d’environnement, auquel la France et la Chine contribuent activement.
Cette coopération s’est notamment traduite par la conjonction des efforts de nos deux pays pour l’adoption de l’Accord de Paris lors de la CoP 21 sur le changement climatique, en décembre 2015 à Paris. Nos efforts doivent naturellement être poursuivis, vers l’objectif de la neutralité carbone d’ici 2050.

La Chine va accueillir la CoP 15 sur la diversité biologique en 2020, tandis que la France va accueillir le Congrès mondial de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) en France en juin 2020. Une nouvelle occasion pour nos deux pays de travailler main dans la main au service de notre planète.

La Chine s’est fixée pour objectif de bâtir une « civilisation écologique » à travers : l’optimisation du mix énergétique, la promotion de l’efficacité énergétique et la mise en œuvre de nouveaux modèles de développement urbain.

Pour répondre aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre fixés par le gouvernement chinois, les besoins d’investissements publics et privés sont très importants. Ils sont importants quantitativement, en volume, mais la qualité des investissements financés est également importante.

Dans ce contexte, le développement de la « finance verte » a pour objectif de faire émerger cette nouvelle classe d’actifs et d’attirer les investisseurs privés. Elle constitue un volet nécessaire de toute stratégie ambitieuse en matière de climat et d’environnement.

Le gouvernement chinois en avait fait ainsi un des thèmes centraux de sa présidence du G20 en 2016. Depuis lors, il a encouragé la mise en place d’un cadre règlementaire ambitieux. En 2016, le 13ème plan quinquennal (2016-2020) a défini notamment l’établissement d’un système financier vert, à travers le développement de prêts, obligations et fonds verts, composantes d’une « stratégie nationale ».

C’est dans le cadre de cette politique nationale que l’Agence française de développement a été sollicitée pour le financement de plusieurs programmes de lignes de crédit vertes en faveur de banques chinoises, accompagnant le renforcement des capacités de ces banques dans les financements verts. L’AFD a également financé de nombreux projets d’efficacité énergétique et d’énergie renouvelable en Chine.

Un des objectifs de l’événement qui nous réunit aujourd’hui sera de partager ces expériences, en Chine, en France et ailleurs, de mettre aussi sur la table les questionnements liés à la finance verte, et ses perspectives de développement. Cela permettra j’en suis sûr des échanges riches, concrets, pratiques, entre acteurs chinois et français du secteur.

Je souhaite donc un grand succès à ce séminaire, en vous remerciant encore une fois de votre forte mobilisation.

Dernière modification : 01/11/2019

Haut de page