Santé-traitements innovants—le 18 janvier 2017 [中文]

Marisol Touraine a rappelé mardi 17 janvier à l’occasion de la réunion des ministres de la santé de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l’engagement total de la France pour garantir l’accès de tous les patients aux traitements les plus innovants.

La ministre a évoqué, à l’occasion de cette réunion, la transformation indispensable de notre système de santé pour promouvoir la pertinence et l’efficience des soins, et garantir l’accès à des soins et des traitements innovants de qualité. Elle a rappelé, à ce titre, le lancement en mars 2015 du plan national de promotion des médicaments génériques. En 5 ans, ces médicaments ont en effet permis de réaliser 7 milliards d’euros d’économies. Garantir l’accès de tous à l’innovation est l’une des grandes priorités politiques de la France. Ce défi concerne tous les pays, sans exception. C’est pourquoi le Gouvernement a proposé, dans le cadre du G7, qu’une coopération internationale se mette en place à travers l’OCDE. Réunis en mai 2016 à Ise-Shima, les chefs d’Etats et de gouvernement du G7 ont constaté les défis croissants à concilier promotion de l’innovation, accès aux médicaments et soutenabilité des systèmes de santé. A l’issue de la réunion des ministres de la santé à Kobe en septembre 2016, l’OCDE a été mandatée pour effectuer un diagnostic et faire des propositions. Des avancées importantes ont été réalisées : 13 pays ont d’ores et déjà accepté de participer à l’étude de l’OCDE sur la soutenabilité à moyen terme des dépenses pharmaceutiques en ce qui concerne les innovations de rupture ; un groupe d’experts de haut niveau a été mis en place de manière à dégager des propositions d’amélioration de la soutenabilité de l’accès aux médicaments innovants ; des consultations ont été menées par l’OCDE avec les patients, les industriels et les professionnels de santé. Le rapport final sera remis à la fin de l’année 2017. Sur ces questions, la France est aux avant-postes. Marisol Touraine a poursuivi son action : des accords de prix ont été signés pour permettre à tous les Français d’accéder à des traitements innovants contre le cancer ; un premier accord a été conclu pour un nouveau médicament contre l’hépatite C, les négociations pour baisser les prix des autres médicaments sont encore en cours et doivent aboutir très prochainement. La ministre a renforcé les outils de régulation du prix des médicaments dans le cadre de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2017. « Coopérer face aux défis que posent à nos systèmes de santé les prix élevés des innovations de rupture est une exigence. C’est un enjeu majeur, sans doute l’un des plus importants de ce XXIe siècle. La communauté internationale doit agir de concert et je continuerai à me battre en ce sens. Parce qu’il en va de l’avenir de nos systèmes de santé, comme de l’avenir du financement de l’innovation. C’est en agissant ensemble que nous pouvons faire face aux résistances et aux lobbies. »

Dernière modification : 19/01/2017

Haut de page