Restauration des zones humides comme réponse au changement climatique en Chine [中文]

Le 6 septembre 2019, le projet de restauration des zones humides de Changyuanhe financé par l’Agence Française de Développement (AFD) a fêté sa clôture par une cérémonie d’achèvement, suivi d’un forum thématique sur les zones humides et le changement climatique.

JPEG

Cet évènement est labellisé Année franco-chinoise de l’environnent. Les représentants de l’Ambassade de France en Chine, de l’AFD et des ministères centraux ont participé à l’évènement. Une dizaine de maîtrises d’ouvrage des projets en cours et en perspective de l’AFD, ainsi que des gestionnaires d’autres parcs de zones humides du pays sont également venus pour profiter de l’expérience et puiser des inspirations de ce projet exemplaire et des solutions innovantes – fondées sur la nature- mises en place.

Le prêt de l’AFD, d’un montant de 30M€, dont la convention de financement a été signée en janvier 2015 à l’occasion de la visite en Chine du Premier ministre Manuel Valls, avait pour objectif de soutenir la restauration de l’état écologique, la conservation des espèces menacées et le développement de l’éco-tourisme des zones humides à Qixian, dans la province de Shanxi.

JPEG

Le district était historiquement riche en zones humides, mais celles-ci se sont dégradées au fil du temps. Le district a réussi à inscrire en 2011 la zone humide de Changyuanhe parmi les trois parcs nationaux de zones humides de la province de Shanxi. Celles-ci disposent de ressources en eau douce extrêmement précieuses pour la région, et présentent une biodiversité remarquable sur le Plateau de Lœss, zone parmi les plus sèches et érodées du monde.

La restauration de la zone humide de Changyuanhe constitue un véritable cas d’école pour la préservation des zones humides dans les régions de climat aride ou semi-aride du monde. Des solutions innovantes et démonstratives ont été testées dans le projet, avec notamment le concept de « restaurer la nature par la nature » : renaturalisation des berges de rivière, traitement des eaux usées municipales par jardin filtrant pour fournir la quantité d’eau supplémentaire aux fonctions écologiques de Changyuanhe, ou bien création de corridor écologique reliant l’écosystème des zones humides et celui des forêts.

Ces solutions ont pu être expérimentées grâce au design proposé par l’équipe française sous leadership de la société Phytorestore. Ici, les « solutions fondées sur la nature » apportent une réponse concrète et opérationnelle permettant d’innover avec la nature pour répondre aux enjeux du changement climatique. De nombreuses délégations venant de quatre coins du pays visitent ce projet, illustrant l’intérêt croissant porté par les collectivités chinoises sur les solutions vertes plutôt que sur les solutions grises, sans doute un des thèmes clés mis en évidence lors de la COP15 sur la biodiversité que la Chine accueillera à l’automne 2020.

JPEG

Dernière modification : 16/09/2019

Haut de page