Remplacer Hong Kong : l’impossible rêve de la Zone de libre-échange de Qianhai (Shenzhen)

Résumé : approuvée dès 2010 dans un contexte où les relations entre la région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong et le continent étaient exclusivement envisagées au travers du prisme de l’ « intégration », la zone de Qianhai – située à Shenzhen, à quelques kilomètres de Hong Kong - a pour ambition de répliquer, sur une portion de territoire sous administration communiste, les principaux piliers de l’environnement d’affaires de la RAS. Le tribunal de Qianhai s’essaie par exemple à appliquer la common law, tandis que certaines activités bénéficient de taux d’imposition légèrement inférieurs à ceux en vigueur à Hong Kong – au risque d’entrer en concurrence. Mais pareille greffe de l’environnement des affaires de Hong Kong peut-elle prendre ? Pour des raisons aussi bien circonstancielles (au niveau économique : pressions à la baisse sur le CNY ; au niveau politique : recentralisation depuis 2012) que structurelles (le régime peut-il absorber efficacement un environnement des affaires d’inspiration anglo-saxonne fondé sur des traditions intellectuelles diamétralement opposées aux siennes ?), les réformes semblent s’enliser : alors qu’approche 2020 (date à laquelle l’édification de la zone de Qianhai doit être finalisée), la ZLE ne réunit donc pas encore les conditions propices à l’installation, dans le Guangdong, de larges pans de l’industrie des services à haute valeur ajoutée de Hong Kong, qui succèderait à la migration des entreprises manufacturières de la ville intervenue, elle, dans les années 1980 et 1990.

Note intégrale :

PDF - 478.7 ko
Remplacer Hong Kong : l’impossible rêve de la Zone de libre-échange de Qianhai (Shenzhen)
(PDF - 478.7 ko)

Rédacteur  : Pierre Martin, représentant du Service économique à Canton
Contact : pierre.martin@dgtresor.gouv.fr

Dernière modification : 20/09/2017

Haut de page