Remise des diplômes de la 2ème promotion IFCEN Zhuhai, le 27 juin 2017 [中文]

Le Consul Général de France à Canton, M. Bertrand Furno, ainsi que son Attaché de coopération universitaire et scientifique, Nicolas Gherardi, ont participé à la remise des diplômes à la seconde promotion d’étudiants sortant de l’Institut franco-chinois de l’énergie nucléaire (IFCEN), le mardi 27 juin à Zhuhai.

JPEG

L’institut, ouvert en septembre 2010, a été inauguré l’année suivante en présence de l’ancien ministre des affaires étrangères, Alain Juppé. En décembre 2013 à Taishan, le premier ministre français Jean-Marc Ayrault recevait à sa table des élèves de l’IFCEN pour déjeuner avec lui. Et en juin 2016, c’est son excellence Maurice Gourdault-Montagne, ambassadeur de France en Chine, qui félicitait la première promotion.

JPEG

L’IFCEN répond tout d’abord à un enjeu politique, puisqu’il s’agit de renforcer les coopérations franco-chinoises dans le domaine des énergies nucléaires. Le projet a d’ailleurs été signé en décembre 2009 en présence de l’ancien premier ministre français, François Fillon, et de son homologue chinois, Wen Jiabao.

Cet institut répond également à un enjeu industriel découlant du défi énergétique majeur auquel est confronté la Chine, à savoir entretenir la croissance de son économie, avec des besoins énergétiques grandissants, tout en réduisant le recours aux ressources fossiles qui portent atteinte à l’environnement. Pour y faire face, la Chine a, comme la France en son temps, choisi d’accélérer son programme électronucléaire. Nos deux pays partagent d’ailleurs aujourd’hui une même vision, qui donne la priorité à la lutte contre le réchauffement climatique et au respect de l’accord de Paris sur le climat. Ces intérêts stratégiques communs se matérialisent aujourd’hui par exemple par la construction de centrales de 3ème génération (EPR) à Taishan, et qui devraient être les premières au monde à être mise en service courant 2018.

JPEG

Enfin l’IFCEN répond à un enjeu académique, qui consiste à prendre le meilleur des deux modèles chinois et français et à en réussir la synthèse : grande université chinoise d’une part, avec l’université Sun Yat-sen, qui une des toutes meilleures universités chinoises et un partenaire clé de notre coopération académique ; et excellence de la formation scientifique française d’autre part, basé sur le modèle des classes préparatoires et des grandes écoles d’ingénieurs.

Dernière modification : 29/06/2017

Haut de page