Relations économiques [中文]

Échanges économiques

Au plan économique, le rééquilibrage de nos échanges « par le haut » constitue un objectif prioritaire, rappelé à l’occasion de la visite présidentielle. La Chine est le 7e client de la France (la part de marché française en Chine est de 1,4%) et son 2e fournisseur (la part de marché chinoise en France est de 9%).

Nos échanges commerciaux restent marqués par un fort déséquilibre : la Chine est le 1er déficit commercial bilatéral de la France (29,2 Mds EUR en 2018) devant l’Allemagne. Les investissements croisés sont en plein essor. La présence française en Chine est ancienne (25 Mds EUR d’IDE en stock) et concerne tous les secteurs : agroalimentaire, industrie, transports, développement urbain, grande distribution, services financiers. Plus de 1100 entreprises sont présentes en Chine représentant 570 000 emplois.

Les investissements chinois en France ont connu une forte croissance ces dernières années (6 Mds EUR en stock en 2017). 700 filiales d’entreprises chinoises et hongkongaises y sont établies employant 45 000 personnes. La France soutient les investissements chinois créateurs d’emplois et s’inscrivant dans des partenariats équilibrés de long terme.

Le partenariat économique se traduit par la consolidation de coopérations industrielles structurantes dans le nucléaire civil et l’aéronautique (Hinkley Point C, EPR de Taishan, coopération en matière de retraitement-recyclage des déchets nucléaires ; chaîne d’assemblage de l’A320 et de finition de l’A330 à Tianjin) et leur élargissement à de nouveaux secteurs (développement durable, santé, économie du vieillissement, innovation, services financiers notamment).

Le Service économique est le correspondant en Chine de la Direction Générale du Trésor du Ministère de l’Economie et des Finances et des différents ministères techniques intervenant dans la sphère économique (notamment Agriculture, Transports, Développement durable).

Il a pour mission de suivre l’évolution macro-économique et sectorielle de l’économie chinoise, d’analyser les politiques publiques conduites par le gouvernement, le rôle des principaux acteurs publics, ainsi que les positions chinoises sur les grands enjeux économiques internationaux et dans toutes les enceintes internationales à caractère économique.

Au titre de ses fonctions régaliennes, le Service économique contribue aux relations entre les administrations économiques des deux pays par l’organisation de visites ministérielles, de rencontres de haut niveau, et par la mise en place de coopérations bilatérales.

Il est l’interlocuteur privilégié de l’administration chinoise pour toutes les questions d’ordre systémique ayant trait à l’activité des entreprises françaises en Chine, telles que les difficultés d’accès au marché (en liaison avec la Commission européenne), l’égalité de traitement ou encore la défense de la propriété intellectuelle. Il soutient également certains projets d’entreprises dans le cadre du dialogue politique bilatéral.

Le Service économique participe enfin à la gestion des instruments d’aide liée pilotés par le Ministère de l’Economie et des finances pour promouvoir l’offre française à l’international. Il formule un avis sur les dossiers d’assurance-crédit moyen terme gérés par la COFACE pour le compte de l’Etat.

Le Service économique dispose à Pékin d’une équipe interministérielle compétente en particulier sur :
- la macro-économie et les services financiers ;
-l’énergie, les transports, le BTP et l’environnement ;
- l’industrie et les services non financiers ;
- l’agriculture et l’agro-alimentaire (y compris les questions sanitaires d’accès au marché) ;
- la propriété intellectuelle.

Le chef du Service économique dispose de représentants à Shanghai, Canton, Wuhan et Chengdu, et à Oulan-Bator en Mongolie, ainsi que de services économiques à Hong-Kong et Taipei, soit au total une équipe de 40 personnes.

Dernière modification : 11/01/2021

Haut de page