Réception des Alumni Sciences Po à la Résidence de France [中文]

L’Ambassadeur de France en Chine accueille à la Résidence plus de 100 étudiants et alumni chinois de Sciences Po, mais aussi des représentants de lycées pékinois et d’universités chinoises partenaires de l’école telles que Tsinghua et l’Université des Langues étrangères de Pékin (BFSU).

JPEG

M. le directeur, Cher Frédéric Mion,
M. le Président de l’association des anciens élèves à Pékin, cher Hervé,
Mmes et MM. les représentants de grands établissements universitaires chinois,
Chers anciens condisciples de Sciences Po,
Chers amis,

C’est un grand plaisir de vous accueillir ce soir à l’occasion de la venue en Chine du Directeur de Sciences Po.

Au moment où nous lançons cette année le programme « 100 ans d’études en France » pour célébrer les liens historiques qui lient les étudiants chinois à la France, je suis particulièrement heureux d’accueillir ici à l’Ambassade un public aussi nombreux d’alumni et, qui plus est, issus d’une de nos plus brillantes institutions.

Sciences Po, reste un établissement atypique du système d’enseignement supérieur français.
Doté d’un statut de grande école, cet institut forme depuis près de 150 ans une grande partie des élites politiques, culturelles et économiques françaises.
Après plusieurs années d’un développement particulièrement réussi, il accueille aujourd’hui plus de 14.000 étudiants, dont la moitié d’internationaux, répartis sur 7 campus.
Depuis son arrivée à la direction de l’institut en 2013, Frédéric Mion a œuvré au rayonnement de Sciences Po pour en faire aujourd’hui un acteur majeur dans le domaine des sciences sociales.

La logique des classements internationaux - dont les critères sont toujours discutables, surtout par des Français ! - ne permet pas à des établissements comme Sciences Po, relativement modeste en taille et plutôt spécialisé, de se distinguer.
Dans ce contexte, soyez assurés que l’Ambassade de France en Chine met tout en œuvre pour porter la notoriété de Sciences Po et pour assurer une meilleure reconnaissance institutionnelle auprès des organismes publics chinois.

Nos récents échanges avec la SAFEA (l’agence chinoise responsable de l’accréditation des experts étrangers) donnent à croire que la spécificité des formations françaises d’excellence sera, dans un avenir proche, reconnue et valorisée comme telle.

En tout état de cause, nous savons tous d’expérience que les grands établissements universitaires chinois n’ont pas besoin de se fier à un quelconque classement pour reconnaître l’excellence des programmes de formation et de recherche portée par Sciences Po.
Les représentants de grandes universités pékinoises ici présents pourront en témoigner.
Nous sommes donc désireux de continuer à accompagner les rapprochements entre Sciences Po et les grandes universités chinoises, parce que nous sommes convaincus qu’un grand nombre de sujets de société doivent être portés pas nos universités d’élite pour faciliter le dialogue et les échanges dans les sphères du pouvoir où se dessinent les politiques publiques.
Je pense par exemple au changement climatique, à la santé ou encore à l’usage des nouvelles technologies et à leur impact sur les comportements individuels et collectifs des citoyens.

La Chine, par le modèle de développement politique et économique qu’elle suit, est à ce titre un partenaire particulièrement intéressant.
La rapidité de son développement économique, qui a entraîné l’apparition d’une classe moyenne aisée, internationalisée, prompte à s’adapter aux changements technologiques, en a fait un pays d’expérimentation sociale, avec ce que cela comporte d’évolutions fascinantes et de contraintes sociales.

Lors de ses entretiens avec le Président XI Jinping à Paris, le Président de la République a eu l’occasion de dire combien nous admirions l’évolution de la Chine et en respections les choix, tout en restant très attachés - en tant que Français et en tant qu’Européens - à nos modes de vies, à nos pratiques culturelles et sociales, aux respect de nos valeurs fondamentales lies au respect des libertés et de la dignité des personnes prises individuellement.

Le Président XI Jinping est convenu des différences qui marquaient nos histoires et nos cultures, tout comme nos choix politiques. Mais cela ne devait pas - bien au contraire - nous empêcher de partager nos expériences, de définir les conditions dans lesquelles nos sociétés civiles pouvaient développer leur dialogue et leurs interactions.

Nos pays et nos peuples, grandes nations de longues histoires et de grandes cultures, doivent assumer ensemble, face aux défis du temps, des responsabilités partagées.
Les sciences humaines et sociales ont beaucoup à nous apporter de ce point de vue et c’est la raison pour laquelle nous souhaitons accroître notre coopération dans ce domaine.

C’est en ce sens que votre visite, M. le directeur, les contacts que vous développer ici sur tous ces grands sujets, les jalons que vous posez pour des coopérations futures revêtent une grande importance.

*
Chers amis,

En concluant, je veux simplement pour ma part dire ici combien j’ai apprécié, profité, aimé chacun des jours que j’ai passé sur les bancs de l’amphi Boutmy, sur la péniche, derrière les tables du hall d’entrée, au Conseil paritaire ou j’étais élu syndical.

J’y ai refait le monde, maintes et maintes fois, de nuit comme de jour, dans des groupes disparates qui se formaient et se défaisaient inlassablement, avec un engagement résolu, des convictions parfois déraisonnables, une passion que je partageais avec tous mes condisciples.

J’y ai rencontré des femmes et des hommes extraordinaires, enthousiastes, passionnés et donc passionnants, qui m’ont appris le sens du service public, la valeur du dialogue, de la tolérance, de la liberté de penser.
Alors oui, plus que jamais aujourd’hui, dans le monde difficile et dangereux dans lequel nous visons, nous avons besoin de Sciences Po !

Je vais m’arrêter là, vous souhaiter une excellente soirée et laisser la parole à M. Machenaud, président de l’association des Sciences Po à Pékin.

Dernière modification : 19/04/2019

Haut de page