Projet AFD : Restauration des zones humides de Liaoning [中文]

Le projet consiste à restaurer l’écosystème de deux zones humides d’importance majeure situées au nord-est du pays, dans la province du Liaoning, pour favoriser la préservation de la biodiversité et générer un impact positif sur le développement local.

Contexte

La Chine fait partie des 17 pays de mégadiversité biologique de la planète. Elle abrite un huitième de la totalité des espèces de plantes et d’animaux sauvages terrestres et compte 66 millions d’hectares de zones humides, soit 10% des zones humides du monde et 8% du territoire chinois. Elle est ainsi classée au 1er rang en Asie et 4e au niveau mondial en termes de surface de zones humides. Celles-ci fournissent 55% des services écosystémiques du pays, contiennent 82% des ressources en eau douce et abritent plus de 11 000 espèces de plantes et d’animaux, dont 54% des oiseaux en extinction en Asie. Elles constituent également une très importante voie de migration pour un grand nombre d’oiseaux.

En raison de la pression démographique, de l’expansion urbaine et de choix politique d’aménagement du territoire défavorables, les zones humides chinoises ont connu un rythme de dégradation et de disparition très préoccupant durant les dernières décennies.

JPEG

Le projet concerne deux zones humides majeures au nord de la Chine, l’une adjacente à la ville de Panjin sur le Delta du fleuve Liao, principal fleuve de la province du Liaoning, et l’autre, en amont, sur le Lac Wolong de Kangping (district le moins développé de la ville de Shenyang, capitale provinciale). Ces deux zones humides, dont la première est inscrite comme site Ramsar, assurent la continuité de la voie migratoire des oiseaux d’Asie de l’Est, et constituent d’importantes ressources pour l’économie locale (roseaux, ressources halieutiques, tourisme).

Le site de Panjin joue un rôle hydrologique et écologique primordial pour la région et dispose d’une riche biodiversité (235 espèces de plantes, 411 d’animaux, 124 de poissons et 269 d’oiseaux). Le projet comprend les composantes suivantes : restauration des roselières (réhabilitation d’infrastructures hydrauliques, remédiation, dépollution) ; conservation et restauration des sites de nidification et de repos des oiseaux migrateurs ; la valorisation économique des ressources et des sites (écotourisme, diversification) ; monitoring écologique, éducation environnementale et gestion concertée du territoire.

Le site du lac Wolong joue un rôle essentiel de barrière écologique contre l’avancée des déserts en provenance de Mongolie intérieure. D’une surface de 126 km2, il constitue une zone protégée d’importance provinciale depuis 2001 abritant une riche biodiversité (337 espèces de végétaux, 481 d’animaux). Son exploitation intensive a malheureusement conduit à son assèchement et à l’appauvrissement de ses ressources.
Le projet comporte les mêmes composantes que celui de Panjin, avec en plus la mise en place d’un dispositif de lagunage pour l’épuration des eaux usées.

Objectif

Sur chacun des deux sites, le projet est structuré en cinq objectifs spécifiques :

  • le bon état écologique de la zone humide est restauré ;
  • les espèces sauvages et leurs habitats naturels sont conservés ;
  • l’écosystème est valorisé durablement pour le développement local ;
  • les habitants et les visiteurs bénéficient d’équipements et d’outils d’éducation et de sensibilisation ;
  • le territoire et le projet sont gérés de façon concertée.

Impact

Le projet permet de restaurer deux importantes zones humides du nord de la Chine, dont la plus grande roselière du monde, de rétablir leurs fonctions hydrologiques, écologiques et biologiques et d’y développer de nouvelles fonctions économiques (pêche et aquaculture, éco-tourisme, exploitation durable des roseaux pour l’industrie papetière) et sociales (lieux de découverte et d’éducation, gouvernance locale, emplois) respectueuses de l’environnement.

Les travaux de génie hydraulique, de remédiation, de lagunage et de mise en défense conservatoire d’une partie du delta et du lac devraient générer des bénéficies environnementaux et sociaux inscrits dans le long terme.

Dernière modification : 27/08/2020

Haut de page