Ouverture du séminaire « Qualité de Vie, Qualité de Villes »

Discours de Jean-Maurice Ripert, Ambassadeur de France en Chine

JPEG

Monsieur le Conseiller d’Etat,
Mmes et Mrs les représentants du ministère des Finances et de la NDRC,
Mmes et Mrs les représentants des administrations provinciales,
Mmes et Mrs les experts de la ville durable,
Mesdames et Messieurs,

C’est un plaisir pour moi d’ouvrir, ce matin, ce séminaire inscrit à l’agenda du mois franco-chinois de l’environnement.
Ces dernières semaines ont été le théâtre à Pékin, et dans 18 villes de Chine, de moments particulièrement riches en échanges culturels, intellectuels, artistiques mais aussi techniques autour du thème de la transition urbaine.

L’occasion nous est offerte aujourd’hui de poursuivre ce partage d’expertise et d’expérience sur l’une des thématiques prioritaires de notre coopération, le développement urbain durable, en s’interrogeant sur la prise en compte de la qualité de vie des habitants dans le processus de création, d’expansion et de gestion des villes.

Je tiens, tout d’abord, à remercier le ministère des Finances et la NDRC d’avoir, avec l’Agence française de Développement, organisé cet événement en réunissant dans cette assemblée les représentants de plus d’une quinzaine de régions chinoises.
Vous êtes, Mesdames, Messieurs, dans vos domaines de compétence respectifs, les acteurs au quotidien de la planification, de la conception, de la construction et de l’administration des villes.

De par sa croissance, la Chine est aujourd’hui confrontée au plus vaste phénomène d’urbanisation de l’histoire de l’humanité avec, d’ici 2030, plus d’un milliard d’habitants dans les villes. Cette évolution n’est pas sans défis notamment pour une meilleure maitrise de l’empreinte environnementale des citées.

La transition vers des villes à bas carbone, contribuant à résister aux effets du changement climatique - voire à participer à leur réduction - est une priorité du 13e plan quinquennal.
Elle appelle sans aucun doute un nouveau modèle de développement urbain qui implique tous les acteurs de la ville et, au premier chef, ses habitants.
Le « bien être urbain » est donc sans aucun doute l’une des clés principales de succès de la ville de demain.

Notre espoir est que votre présence ici, vous qui êtes des experts chinois et français de haut niveau, permettra à notre séminaire de contribuer utilement à cette réflexion sur ce nouveau modèle de développement qui doit inspirer les politiques publiques.
Je tiens à remercier tout particulièrement M. QIU Baoxin, Conseiller d’Etat, président de l’Académie des sciences urbaines, ancien vice-ministre du MOHURD et ancien maire de Hangzou, d’avoir accepté de lancer les travaux en présentant sa vision des 5 principes qui fondent une urbanisation pérenne en Chine.

Les divers intervenants vont nous éclairer sur la nécessaire réappropriation des espaces publics par les citadins pour améliorer leur qualité de vie, la réintroduction de la nature en ville pour un urbanisme plus respectueux de l’environnement, l’importance d’une meilleure gestion des ressources au service des usagers ou encore sur l’immense gisement qu’offre la reconversion des sites industriels pour un développement durable des territoires.

Ces questions sont des domaines d’expertise française où le « Mieux Vivre en Ville » est une priorité politique. Les témoignages qui seront partagés ce jour seront, je l’espère, une source d’inspiration pour l’ensemble des décideurs réunis dans cet amphithéâtre.

Je suis également très heureux de compter dans cet auditoire la présence de municipalités et de districts qui sont les bénéficiaires de financement apportés, ou en cours d’évaluation, par l’Agence française de Développement.

Ils sont la preuve que la France peut, par l’ensemble de son dispositif, contribuer à l’atteinte des grands objectifs fixés par les autorités chinoises en apportant, au-delà d’un simple financement, un savoir-faire et une expertise gage de valeur ajoutée.

Pour conclure, je souhaite souligner à nouveau aujourd’hui combien nos deux Présidents, Emmanuel Macron et Xi Jinping attachent d’importance à l’approfondissement du dialogue et de la coopération entre la France et la Chine en matière d’enjeux environnementaux et à la recherche de solutions innovantes concrètes aux problèmes auxquels est confrontée la planète toute entière.

Après l’annonce de retrait des Accords de Paris des Etats-Unis, il est plus que jamais nécessaire que les pays signataires s’unissent et aillent de l’avant, tant au plan national que multilatéral.

C’est la volonté de la France et de ses partenaires de l’Union européenne, et c’est aussi, nous le savons, la volonté de la Chine, dont le rôle fut déterminant pour le succès de la Conférence de Paris et le sera encore pour le succès des prochaines initiatives internationales.

C’est donc l’un des éléments du défi majeur auxquels nos pays et nos populations sont confrontées que vous allez traiter ici.
Je vous souhaite d’excellents travaux et je vous remercie de votre attention.

Dernière modification : 12/10/2017

Haut de page