Ouïghours - Réponse du ministère de l’Europe et des affaires étrangères à une question écrite à l’Assemblée nationale [中文]

Les témoignages et les documents relayés par les médias, des ONG et des chercheurs font état de pratiques inacceptables à l’encontre de populations ouïghoures, qui ont été condamnées par le ministre de l’Europe et des affaires étrangères.

À chaque fois qu’elle en a eu la possibilité, la France s’est exprimée sur ce sujet, en particulier dans les enceintes de l’ONU, notamment au Conseil des droits de l’Homme (CDH) pour dénoncer cette situation, demander la fermeture des camps d’internement au Xinjiang et exhorter la Chine à y inviter le bureau de la Haute-commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme et les experts des procédures spéciales. À chacun de nos contacts bilatéraux avec la Chine, nos préoccupations à l’égard des personnes ouïghoures ont été soulevées.

Les autorités françaises sont très attentives au respect des droits des Ouïghours établis en France, comme de toutes les personnes présentes sur le territoire, qu’elles soient de nationalité française ou étrangère. La France a marqué sa détermination à défendre sa souveraineté et le respect de l’Etat de droit sur son territoire, et aucune pression ou menace de quelque nature que ce soit n’est tolérée.

Par ailleurs, concernant les difficultés rencontrées actuellement par certains Ouïghours pour renouveler leurs documents administratifs auprès des consulats chinois, les autorités françaises ont pris les dispositions nécessaires afin de prendre en compte cette situation lors du traitement de leurs demandes relatives à leur séjour en France. Le ministère de l’Europe et des affaires étrangères, le ministère de l’intérieur, ainsi que l’ensemble des services de l’Etat, travaillent étroitement pour apporter des réponses à des situations administratives complexes./.

Dernière modification : 09/12/2020

Haut de page