Œnologie et haute-technologie françaises à l’honneur au salon Prowine 2017 [中文]

Le 16 novembre 2017, M. Axel Cruau, Consul Général de France à Shanghai, a félicité les exposants du salon Prowine China pour le dynamisme du marché d’exportations de vins et spiritueux en Chine. Rappelant que l’industrie du vin était également une industrie de haute technologie, il a salué la créativité des acteurs du secteur qui utilisent les outils numériques pour diffuser le savoir français en matière d’œnologie.

Le Salon Pro Wine a rassemblé plus de 70 entreprises françaises de vins et de spiritueux, provenant de tout le vignoble français : Alsace, Bourgogne, Beaujolais, Loire, Vallée du Rhône, Sud-Ouest, Nouvelle Aquitaine, Occitanie… En parallèle de ce salon se tenait le salon Food and hotel China auquel ont participé 25 entreprises françaises.

JPEG

« Mesdames, Messieurs, chers amis,
Je tiens tout d’abord à remercier nos hôtes chinois pour l’organisation et la qualité de leur accueil sur le salon Prowine China 2017.
Le salon Prowine China, ce sont 68 exposants français présents sur le Pavillon France et accompagnés par Business France, en partenariat avec Sud de France et l’Agence de l’Alimentation Nouvelle-Aquitaine.
Le Pavillon France, c’est toute la France qui vient à vous ici à Shanghai. C’est l’ensemble des régions de France que vous pouvez découvrir sur le salon : des vins de Bordeaux et d’Occitanie d’abord, mais aussi de la Vallée du Rhône, de Provence, de Bourgogne, du Beaujolais, d’Alsace. Ce sont aussi du cidre de Normandie et des spiritueux.
Je tenais à féliciter tous les exposants français présents aujourd’hui. Si la France est le premier pays importateur en Chine, c’est grâce à l’extraordinaire patrimoine viticole français qu’ils font vivre et enrichissent de leur travail quotidien et d’une histoire qui parfois s’étend sur plusieurs générations. C’est grâce à leur dynamisme d’entrepreneurs et leur volonté de partager leur passion avec leurs clients, leurs partenaires et leurs amis chinois.
Alors, c’est vrai, certains autres importateurs ont des avantages douaniers que la France et l’Union européenne n’ont pas. Mais nous avons d’autres avantages pour séduire et convaincre : la qualité, une diversité que l’on ne retrouve nulle part au monde, et surtout une volonté de faire partager cet amour du vin qui nous anime.
Je voudrais redire ici le soutien sans faille des autorités françaises pour aider et accompagner les exposants français sur le marché chinois. C’est une priorité du gouvernement français, comme l’a rappelé le secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Lemoyne lundi soir lors de son déplacement à Shanghai lorsqu’il est venu à la rencontre des exposants français et de leurs partenaires chinois.
Chers amis,
On nous répète que l’image de la France en Chine est d’être un pays « romantique ».
Moi, je voudrais vous dire que la France est d’abord un pays créatif, de haute technologie, de luxe et d’art de vivre qui, de plus, sait rester un pays romantique.
Et le vin l’illustre parfaitement. A tous ceux qui pensent que le vin n’est pas un produit de haute technologie et de grande précision, je conseille la découverte d’un château ou d’un domaine viticole. Mais ce qui fait la valeur de cette technologie c’est de se mettre au service d’une passion et d’un art de vivre.
Et aujourd’hui, je suis encore plus heureux d’être avec vous car nous l’illustrons concrètement et parfaitement par le lancement de l’application « OenoBordeaux » par l’école du vin de Bordeaux, élément central de la stratégie de communication du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB).

L’École du Vin de Bordeaux créée en 1989 par le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB), a fait le choix de renforcer la diffusion de la culture du vin de Bordeaux en lançant son application de formation digitale baptisée « OenoBordeaux » disponible en français, anglais et chinois.

Cette application vient compléter un dispositif numérique déjà existant, le CIVB ayant plus de 200 000 abonnés sur wechat et 400 000 abonnés sur Weibo, est également présent sur Youku et Tudou et accueille chaque année plus de 400 médias chinois à Bordeaux.

Je me réjouis de la mise en place de ces formations numériques.
Je m’en réjouis car Oeno Bordeaux, c’est un peu la rencontre en Chine de la « Food Tech » et de la « Ed Tech » et je vous prie d’excuser ces anglicismes. C’est un peu cela en Chine la French Tech, cette créativité et cette innovation qui font se rencontrer tous les domaines et qui apportent une solution innovante et toujours nouvelle pour chacun d’entre nous.
Je m’en réjouis aussi car elles vont permettre bien entendu de transmettre un savoir-faire français en Chine et d’élargir encore plus la grande famille, non seulement des professionnels du vin mais surtout celle dont je crois nous faisons tous partie, des amoureux du vin, de son histoire, de ses traditions, mais surtout de ses plaisirs.
Bravo donc au CIVB, à l’Ecole du vin de Bordeaux et longue vie à OenoBordeaux !
Je vous remercie./. »

Dernière modification : 24/11/2017

Haut de page