La Conférence de travail centrale sur l’économie place la croissance au premier rang des priorités pour 2012

Retrouvez dans son intégralité le bulletin économique Chine N°42 (décembre 2011) édité par le Service économique régional de Pékin. Au sommaire : la conférence de travail centrale sur l’économie, un bilan de l’intégration économique entre Taïwan et la Chine continentale et, comme chaque mois, les principaux indicateurs économiques pour la Chine.


Télécharger le bulletin économique complet
PDF - 1 Mo
Bulletin économique Chine n°42 (décembre 2011)
Analyse macroéconomique de la Chine (PDF - 1 Mo)

La conférence de travail centrale sur l’économie du Parti communiste chinois considère désormais que la recherche d’une croissance stable, plutôt que la maîtrise de l’inflation, doit être la priorité de la politique économique en 2012. Les autorités conduiront une politique budgétaire active, mais une politique monétaire prudente, et les mesures d’encadrement du marché immobilier seront maintenues. Les réformes structurelles en faveur du rééquilibrage de l’économie seront accélérées.

1/ Une croissance stable est la priorité de la politique économique en 2012

L’objectif d’une croissance économique « stable et relativement rapide » est placé au premier rang des priorités pour 2012. Dans un contexte macroéconomique international que la conférence décrit comme « morne et compliqué », cet objectif remplace celui de la maîtrise de l’inflation en tant qu’objectif principal. En effet, alors que l’inflation a progressivement ralenti pour s’établir à 4,2% en novembre (en glissement annuel), les dirigeants chinois semblent à présent davantage préoccupés par le ralentissement de la croissance en raison de la faiblesse de la demande extérieure et de certaines fragilités domestiques.

La « stabilité » (« wending » en pinyin) devrait être le maître mot de la politique économique en 2012. Selon la déclaration de la conférence, celle-ci entend « maintenir une politique macroéconomique stable, une croissance relativement rapide, les prix stables, et maintenir la stabilité sociale ». Pour cela, une politique budgétaire « active » et une politique monétaire « stable et prudente » seront conduites en 2012 :

-  La poursuite des politiques de réduction d’impôts et l’intensification des efforts en faveur du « bien-être » du peuple sont les deux nouvelles priorités de la politique budgétaire. L’objectif d’ « amélioration du bien-être du peuple » suggère à cet égard de nouveaux soutiens budgétaires dans les secteurs de la sécurité sociale, de l’éducation, de la construction de logements sociaux, de la santé et des retraites.

-  le maintien d’une politique monétaire « stable et prudente » sera parallèlement poursuivi. En fonction de la situation économique, la politique monétaire fera l’objet de « fine tuning » tout en assurant une croissance raisonnable du crédit, une optimisation de la structure des prêts, les autorités monétaires continuant à jouer un rôle actif sur les marchés financiers pour anticiper et éviter les risques.

Malgré le début d’une baisse des prix sur le marché immobilier, les mesures de contrôle de ce marché seront maintenues. Le secteur de la construction – qui représente environ 13% du PIB chinois – sera soutenu par une augmentation de la demande publique, grâce à une accélération de la construction des logements sociaux qui devrait permettre, en même temps qu’un maintien de l’activité, le retour des prix à un niveau « raisonnable ».

Par ailleurs la conférence souligne que la politique budgétaire et la politique monétaire devront être menées en coordination avec les politiques sectorielles. Il s’agira notamment d’accroître les soutiens aux secteurs ruraux (l’agriculture, les régions rurales et les paysans), à la construction de logements sociaux et aux secteurs sociaux en général. La politique budgétaire et la politique monétaire devront également continuer à soutenir les régions sous-développées, l’innovation technologique, l’efficacité énergétique, la protection environnementale, les secteurs stratégiques émergents, et les grands projets d’infrastructure en cours.

2/. L’accélération du rééquilibrage de l’économie chinoise devrait constituer l’autre priorité pour 2012

La conférence souhaite que la politique économique stimule la demande intérieure, notamment la consommation, tout en maintenant un « volume raisonnable d’investissement ». La conférence a ainsi précisé qu’une augmentation du revenu des habitants urbains et ruraux était nécessaire pour la stimulation de la consommation. Par ailleurs, contrairement à l’an passé, où le contrôle de l’investissement dans les secteurs en surproduction faisait partie des priorités, cette année la déclaration des dirigeants chinois souligne l’importance d’assurer le financement des grands projets en cours et approuvés par l’État, notamment ceux des secteurs hydraulique et ferroviaires. Cet engagement est notable alors que des impayés se sont accumulés sur certains de ces projets au cours de l’année 2011. L’accent sera également porté sur la montée en gamme de la structure industrielle, sur la croissance du secteur énergétique et sur la promotion du développement dans l’ensemble des régions chinoises.

Selon la déclaration de la conférence, la poursuite des réformes structurelles demeure toujours une tâche majeure pour l’économie chinoise en 2012 :

-  Fiscalité : les projets pilotes expérimentés à Shanghai et à Chongqing concernant la transformation de la taxe sur le chiffre d’affaires en taxe sur la valeur ajoutée et la mise en place de taxes foncières pourraient être étendus à d’autres villes. La réforme de la taxe sur la consommation, de la fiscalité environnementale seraient accélérés.

-  Secteur financier : la conférence indique que le taux de change du yuan sera maintenu « globalement stable » - il s’agit en réalité de la formule officielle utilisée de manière continue par les autorités depuis plusieurs années pour qualifier les orientations de la politique de change - tandis que conformément au 12e plan quinquennal la réforme du mécanisme de formation du taux de change et la libéralisation des taux d’intérêt seront accélérées.

-  Commerce international : une combinaison de mesures de promotion des importations et de soutien aux exportateurs a pour but de réduire l’excédent commercial tout en évitant un effondrement des exportations.

Enfin, en ce qui concerne les politiques sociales, le gouvernement a indiqué, conformément au 12ème plan quinquennal, son intention d’étendre et de renforcer le système de retraite dans les zones rurales, d’augmenter la contribution gouvernementale au système d’assurance santé et d’éducation, et de poursuivre le plan quinquennal de construction de logements sociaux.

L’accent mis cette année sur la croissance montre que les dirigeants chinois sont préoccupés par les multiples signes de ralentissement de l’activité dans une conjoncture internationale déprimée. Pour autant la politique économique devrait s’inscrire en 2012 dans la continuité des mesures prises en cette fin d’année. Les autorités maintiennent ainsi les grandes orientations du policy mix, tout en mettant en œuvre des mesures ciblées d’assouplissement. Le maintien des mesures d’encadrement du marché immobilier indique bien que les évolutions à la baisse des prix des logements sont en réalité souhaitées par les autorités, qui essaient néanmoins d’en contenir les conséquences sur l’activité. Il est certain cependant que la question des marchés immobiliers sera au cœur des préoccupations des dirigeants en 2012, comme en témoigne déjà l’importance du passage qui lui est consacré dans la déclaration publiée à la suite de la conférence. Enfin, malgré un ton volontariste, les réformes structurelles, hormis les réformes fiscales et le soutien au secteur exportateur, reprennent pour l’essentiel les orientations déjà annoncées par le 12e plan quinquennal.

Florent Mangin

Service économique régional de Pékin

Dernière modification : 10/01/2012

Haut de page