Discours de l’Ambassadeur - Mois de la Francophonie - soirée d’ouverture

9 mars 2018 – Résidence de France

JPEG

Excellences, chers collègues,
Distingués invités,
Chers amis de la Francophonie,

C’est un immense plaisir de vous accueillir à la Résidence de France pour la soirée d’ouverture de cette 23e édition du Mois de la francophonie en Chine consacrée aux Femmes en Francophonie.
Je suis très heureux de vous voir si nombreux cette année, mobilisés pour faire vivre la langue française que nous avons en partage et nos cultures francophones, riches et surtout vivantes.

JPEG

Je tiens en premier lieu à exprimer ma gratitude à toutes les ambassades et représentations diplomatiques francophones qui prennent une part importante dans l’organisation de ce festival.

En Chine, le français peut et doit occuper une place particulière. Lors de la conférence de presse le 1er mars, j’ai rendu hommage aux fondateurs de la francophonie : le Cambodgien Norodom Sihanouk, le Nigérien Hamani Diori, le Sénégalais Léopold Sédar Senghor et le Tunisien Habib Bourguiba.
Ces visionnaires ont ancré l’Afrique sub-saharienne et le Maghreb au cœur de la démarche qui a conduit à la création en 1970 de ce qui est devenu l’Organisation internationale de la francophonie, sans oublier d’y associer nos partenaires d’Asie.

L’Organisation internationale de la francophonie ne cesse de grandir, c’est aujourd’hui 84 Etats membres et observateurs, plus d’un tiers des États de la planète.
Et le nombre de francophones passera de 300 millions aujourd’hui à 800 millions en 2050, dont 85% seront africains.

Mes chers collègues les ambassadeurs de pays d’Afrique francophone, que j’ai rencontré récemment, m’ont tous dit à la fois leur immense intérêt pour la francophonie et leurs espoirs dans les perspectives d’une coopération tripartite qui pourrait se nouer entre les Etats francophones et la Chine, pour promouvoir sur le continent africain un développement durable, respectueux des valeurs qui nous unissent.
Cette coopération tripartite, la France y est bien sûr favorable, dès lors qu’elle ne se limiterait pas à des investissements financiers, quels que soient les mérites de ces derniers.

Elle doit privilégier, une croissance partagée et équilibrée, de nouvelles conditions d’un développement fondé sur les nécessités d’une transition écologique mondiale, la promotion des technologies et d‘innovations au bénéfice de tous, la promotion des libertés fondamentales et des valeurs sans lesquelles nous ne répondrions pas aux aspirations des peuples.
Elle doit aussi s’appuyer sur une coopération dans le domaine de l’enseignement du français et de l’éducation. Le français est un vecteur important d’employabilité et d’attractivité pour les jeunes Chinois.

Quand une grande entreprise chinoise et un IUT français assurent en français la formation, en Chine puis en France, des ouvriers qualifiés et des techniciens qui seront amenés à assurer conjointement la qualité des réseaux de télécommunications en Afrique francophone, c’est un exemple d’une coopération tripartite réussie.

Je pourrais aussi citer un autre groupe chinois qui investit dans la formation professionnelle en Afrique, Asie et Moyen-Orient et qui grâce au digital permet dans toutes ces régions du monde de développer efficacement l’apprentissage du français.
Nous souhaitons maintenant que cette société puisse aussi s’engager via le digital dans la formation à grande échelle des jeunes Chinois à la langue française en collaboration avec l’Alliance française.

Certaines de ces entreprises chinoises qui soutiennent la francophonie sont avec nous ce soir.
Je remercie Mme Jessica Choy, représentante de D.C. Education Groups, pour le soutien apporté à ce beau Mois de la francophonie aux côtés du partenaire Ducasse Education région Grande Chine. Merci également à Kaytrip et Casio pour le soutien aux concours de la francophonie.
Grâce à vous, nous proposons une programmation riche et culturellement forte qui met en valeur des femmes d’exception.

Leïla Slimani, écrivaine, lauréate du Prix Goncourt 2016, représentante personnelle du Président de la République française pour la Francophonie nous fait l’honneur et le plaisir d’être parmi nous et de partager son double engagement pour l’égalité femmes-hommes et pour une Francophonie plurielle. Et je l’en remercie chaleureusement.

JPEG

Les publics chinois, dans leur diversité, pourront aussi découvrir tout au long du Mois de la francophonie : Marie Darrieussecq, Macha Makeïeff, Laetitia Grimaldi, Martine Reid et bien d’autres.

Je tiens à adresser mes remerciements les plus sincères à notre amie Wu Xin, encore un peu timide dans sa pratique de la langue française et qui pourtant n’a pas hésité à nous faire le grand honneur d’être la marraine du Mois de la francophonie.
Elle s’adressera à nous à travers une courte vidéo, ne pouvant malheureusement pas être présente aujourd’hui.

Merci également à Madame Hung Huang, éditrice du magazine iLook, grande figure du féminisme en Chine, qui sait poser les questions qui fâchent mais qui sont indispensables pour que nos sociétés avancent vers toujours plus d’égalité.

Pour conclure, je voudrais souligner à nouveau le principe essentiel sur lequel repose l’unité de notre famille francophone : le respect de nos diversités.
Comme l’a récemment souligné le Président de la république à Ouagadougou « la langue française a son point d’équilibre quelque part entre Kinshasa et Brazzaville, bien plus qu’entre Paris et Montauban. Cette langue française a dépassé l’Hexagone, elle a parcouru le monde entier et elle est ce qui nous unit. (…)Notre langue française est une chance. Ce n’est pas simplement un patrimoine à protéger. Elle a un avenir. »

Chers amis,
Le français ne m’appartient donc pas, pas plus qu’aux écrivains même célèbres ou aux membres des académies : notre belle langue appartient à tous ceux qui la parlent, la font évoluer, la font vivre.
Elle appartient à tous pour permettre à chacun de créer selon ses traditions, son histoire, collective ou personnelle, ses envies, ses passions.

Une langue en partage, des cultures en partage.
Faisons les prospérer, ensemble, dans l’amitié, le respect, la pluralité de initiatives.

Ce soir, la Résidence de France est notre maison commune, où les cultures francophones s’exprimeront à travers des spectacles et une cuisine inspirée par des goûts, des saveurs et des odeurs venues de tous les horizons.

Je vous souhaite une excellente soirée et un excellent Mois de la francophonie en Chine.

Dernière modification : 10/03/2018

Haut de page