Mission sur Mars : La France à la pointe dans les instruments scientifiques [中文]

Dans le cadre de la mission Insight, qui a été lancée samedi 5 mai, la France démontre son savoir-faire en matière d’instrumentation scientifique de pointe. Retour sur cette aventure :

JPEG Insight
Crédit : CNES

Mars est la 4e planète du Système solaire par son éloignement au Soleil. C’est une petite planète rocheuse : 7 fois moins volumineuse et 10 fois moins massive que la Terre.

Petite planète certes, mais qui ne manque de piquer la curiosité des hommes, de susciter l’attention des scientifiques, d’exciter l’imagination des écrivains, et de recevoir les visites de sondes et autres astromobiles. Dès 1877, on croit reconnaitre des canaux à la surface de Mars. Maupassant, le célèbre écrivain français, en fera même le centre de sa nouvelle, L’homme de Mars.

Aujourd’hui, personne n’a encore mis le pied à sa surface. En revanche, on sait maintenant beaucoup de choses sur Mars et les acteurs académiques et industriels français ne sont pas étrangers à ces progrès.

En effet, depuis le 6 mars 2012, l’astromobile Curiosity, roulant sur la surface de Mars, emporte avec lui un instrument de mesure de conception française nommé ChemCam. Conçu par l’Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie, l’instrument dispose d’un laser fabriqué par l’entreprise Thales. Ce laser, en vaporisant de la matière à la surface de la roche martienne, permet de déterminer la composition de celle-ci. Le succès est au rendez-vous puisque le laser de l’instrument SuperCam développé par Thales, là encore, et bénéficiant de fonctionnalités supplémentaires à celui de ChemCam, devrait être intégré à une nouvelle astromobile pour une arrivée prévue sur Mars en 2020.

Le 5 mai dernier, l’excellence française en matière d’instrumentation spatiale a été, une nouvelle fois, mise à l’honneur lors du lancement de la mission d’exploration spatiale Insight. Cette mission vise à compléter les connaissances acquises sur la surface de Mars en venant étudier sa structure interne autrement dit écouter et sonder le « cœur » de la petite planète rouge. Pour répondre à cet objectif ambitieux, l’instrument SEIS (Seismic Experiment for Interior Structures), développé par l’entreprise française SODERN et l’Institut de Physique du Globe de Paris, sous la supervision du Centre national d’études spatiales (CNES), aura pour mission d’enregistrer :

• les tremblements de terre, même de faible magnitude ;

• les impacts de météorites dans un rayon de 150 km autour du site d’atterrissage ;

• les bombements de la croûte résultant de l’attraction de Phobos, l’une des 2 lunes de Mars, appelés marées de Phobos.

Ainsi, pour la première fois, l’Homme recueillera des informations précises sur la structure interne de Mars, et donc l’évolution d’une planète rocheuse autre que la Terre, levant le voile sur les mécanismes qui président à la formation des planètes rocheuses du système solaire.

Article rédigé par Violaine Zheng et Axel Oms, service de sciences et technologies du Consulat général de France à Shanghai

JPEG Sphère du sismomètre
Crédit : Cnes

Sources :

Centre national d’études spatiales (CNES)
Centre national d’études spatiales (CNES)
Thales

Dernière modification : 11/05/2018

Haut de page