MFCE – Les défis d’un ciel pur [中文]

Dans le cadre du mois franco-chinois de l’environnement a eu lieu le 27 septembre la conférence « MFCE – Les défis d’un ciel pur ». Organisée par l’ECNU, l’Ambassade de France en Chine et le Consulat général de France à Shanghai, elle vise à promouvoir les échanges entre chercheurs, professionnels et responsables politiques locaux sur les problématiques de la pureté de l’air.

JPEG

Après un propos introductif de M. Luo Guozhen, l’ancien secrétaire adjoint du Parti de l’ECNU puis de M. Fabien Chareix, Attaché de coopération universitaire du Consulat général de France à Shanghai, cinq invités ont pris la parole : M. Zhang Xiaoye, chercheur de la Chinese Academy of Meteorological Sciences, Mme Sophie Moukhtar, ingénieure chez Airparif, M. SHU Jiong de l’ECNU, Mme FU Qingyan, directrice adjointe du bureau de la surveillance environnementale de la municipalité de Shanghai et M. GU Pengzhou, manager d’ingénierie chez Faurecia.

JPEG

Ils ont chacun présenté les résultats de leurs travaux sur les problèmes liés à la qualité de l’air. Leurs interventions ont permis de faire ressortir l’importance de la collaboration entre les acteurs de la recherche et les autorités publiques pour la mise en œuvre de politiques efficaces en cas d’épisode de pollution. A cause du réchauffement climatique, les phénomènes météorologiques qui causent des pics de pollution pendant plusieurs jours sont de plus en plus nombreux et la mise en œuvre de nouvelles réglementations est nécessaire. De plus, il n’est pas possible de penser la prévention uniquement au niveau local, mais il faut tenir compte du jeu entre les différentes échelles : provinciale et nationale dans le cas chinois, régionale, nationale et européenne pour la France. Parce que les polluants sont capables de se déplacer et de causer des épisodes de pollution dans des lieux qui peuvent être éloignés du lieu d’émission, chacun doit être responsable et mettre en œuvre une politique de contrôle de la pollution.

JPEG

Un troisième acteur est lui aussi essentiel : le public. Il faut aussi s’assurer de produire une information lisible et claire à destination des citoyens pour permettre une action efficace. Mme Fu Qingyan a expliqué qu’à Shanghai, la petite mascotte qui annonce les épisodes de pollution est devenue populaire sur les réseaux sociaux.

JPEG

Dernière modification : 11/10/2018

Haut de page