M. ZHANG Shangzhi, ancien élève de l’ENA

M. ZHANG Shangzhi, PDG de l’entreprise de gestion d’hôtellerie AMIS, ancien délégué général du groupe ACCOR en Chine, et président-fondateur de l’association des anciens élèves de l’ENA en Chine, nous a parlé de son expérience d’études à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) en France.

JPEG
M. Zhang a appris le français à l’Institut du Commerce Extérieur, actuelle Université Internationale de Business et Economie. Diplômé en 1978, il est devenu fonctionnaire en intégrant le Ministère du Commerce extérieur.

En 1987, il a été sélectionné par son ministère pour participer à un stage de 6 mois auprès de la Commission de la Communauté européenne à Bruxelles. C’est là, pendant le stage qui se déroulait en français, qu’il a appris pour la première fois l’existence de l’ENA.

De retour en Chine, M. Zhang a créé le service d’interprétariat de son ministère tout en travaillant au service du Protocole.

En 1990, alors que les relations entre la Chine et l’Occident traversaient une période difficile suite aux événements de 1989, les gouvernements français et chinois ont tenu à poursuivre leur programme d’échanges de fonctionnaires-stagiaires et c’est dans ce contexte que M. Zhang et 4 autres fonctionnaires chinois ont été sélectionnés pour des études de plus d’un an, de septembre 1990 au début 1992, à l’Ecole Nationale d’Administration à Paris.

En dépit d’une connaissance déjà solide de la langue française, M. Zhang a trouvé « très dure » la période initiale de sa formation de très haut niveau dans la plus prestigieuse des grandes écoles en France. Ne bénéficiant d’aucun traitement spécial par rapport aux élèves français, les élèves étrangers comme M. Zhang ont été surpris par l’abondance de nouvelles connaissances qu’il leur fallait absorber et digérer dans un délai très bref. Une situation que M. Zhang compare aujourd’hui, avec bonne humeur, au « gavage du canard laqué ».

A part les études, M. Zhang a beaucoup apprécié le stage qu’il a effectué à la préfecture des Ardennes, à Charleville-Mézières. Il dit avoir eu la chance d’y avoir un excellent « maître de stage » en la personne du préfet, qui lui a ouvert presque toutes les portes des services de la préfecture et lui a permis d’assister à beaucoup de ses entretiens et réunions. Sans ce stage, M. Zhang n’aurait pas pu acquérir la connaissance qu’il a aujourd’hui sur le fonctionnement des institutions et des différents systèmes politiques et sociaux en France.

Sur le plan de la vie privée, notre élève chinois de l’ENA, logé on-ne-sait-pas-pourquoi dans la caserne de CRS de la préfecture, s’amuse encore à raconter les amitiés qu’il a ainsi pu nouer avec les officiers et les agents, ainsi que leur famille. Une autre opportunité pour M. Zhang de découvrir comment vivaient les Français.

De retour de France en 1992, M. Zhang a continué à travailler au Ministère du Commerce Extérieur jusqu’en 1998, date à laquelle il a quitté la fonction publique pour représenter en Chine le groupe Accor.

M. Zhang estime que la formation qu’il a reçue à l’ENA, notamment la capacité de synthèse qu’il y a acquise, lui a été extrêmement utile par la suite dans sa vie professionnelle, que ce soit dans la fonction publique ou dans le privé.

Aux jeunes étudiants chinois qui envisagent de faire leurs études supérieures en France, M. Zhang conseille surtout d’avoir avant tout une idée précise de ce qu’ils souhaitent apprendre, autrement dit, d’avoir une motivation bien claire avant de partir, au lieu d’être simplement et vaguement attiré par la grandeur culturelle de la France.

Dernière modification : 31/03/2014

Haut de page