Les projets de l’AFD en matière d’énergies renouvelables

Promouvoir la production d’énergies propres.

La Chine, premier pays émetteur de CO2, s’est engagée dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat à atteindre le pic de ses émissions de CO2 en 2030 au plus tard et à réduire ses émissions de CO2 par unité de PIB entre 60 et 65% d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2005.

Le 5 janvier 2017, la Commission nationale pour le développement et la réforme et l’Administration nationale de l’énergie ont rendu public le 13ème plan quinquennal sur le développement des énergies (2016-2020). Afin d’améliorer le mix énergétique de la Chine, le plan prévoit d’augmenter, d’ici 2020, la part des énergies non fossiles à 15% et la part du gaz naturel à 10 %, et de diminuer la part du charbon à 58% (contre environ 64% aujourd’hui). Les objectifs en matière de développement des énergies non fossiles concernent notamment l’éolien (passage de 29 à 210 GW entre 2015 et 2020), le solaire (de 43 à 110 GW), les bioénergies (58 Millions tec) et la géothermie (70 Millions tec), mais également l’hydraulique et le nucléaire. Les autorités estiment le montant de l’investissement total à 2 500 milliards de RMB, soit environ 350 milliards d’euros.

Dès le démarrage de ses activités en Chine, dans le cadre d’un mandat initialement exclusivement dédié à la lutte contre le changement climatique, l’AFD a soutenu la promotion des énergies renouvelables en Chine notamment dans les secteurs de l’hydro-électricité (mini-hydro), les énergies d’origine éolienne ou biomasse.

Trois projets ont été financés dans le secteur de l’hydroélectricité à Yichang (40 MEUR) et Xiangyang (21 MEUR) dans la province du Hubei, ainsi qu’à Wuxi (32 MEUR) dans la province de Chongqing. L’AFD a également financé la première ferme éolienne de haute altitude à Dali, dans le Yunnan (27,4 MEUR), soutenu la filière biogaz (50 MUSD + 7M EUR) dans le cadre du programme de reconstruction post-séisme dans la province du Sichuan et du projet carbone rural dans la province de Yunnan, accompagné par une subvention du FFEM pour la valorisation des crédits carbone sur le mécanisme de développement propre (MDP).

Compte tenu d’une offre locale très compétitive dans ces domaines, l’Agence a progressivement abandonné le financement de ce type de projets pour se positionner sur des niches peu développées en Chine où le savoir-faire français peut être valorisé dans le cadre d’appels d’offres internationaux, à savoir notamment l’exploitation de la biomasse (biogaz, valorisation des résidus forestiers et agricoles), la géothermie des eaux usées et le gaz naturel.

Un premier projet octroyé en fin 2013 (35 MEUR) appuie ainsi la construction d’une centrale à cogénération à partir de biomasse à Yichun, dans la province du Heilongjiang. Le projet prévoit également la mise en place d’un système de collecte de la biomasse ainsi que la rénovation du réseau primaire de distribution de chaleur en remplacement de petites chaufferies au charbon obsolètes et polluantes. Le principal impact du projet découlera du démantèlement des chaufferies à charbon et de leur remplacement par un réseau de chauffage centralisé connecté à la centrale à biomasse. La réduction de la consommation de charbon pour le chauffage est estimée à environ 57 500 tonnes par an. Grâce au projet, les émissions de gaz à effet de serre diminueront de 300 000 tCO2 par an. Le projet permettra également de valoriser des ressources naturelles aujourd’hui sous-utilisées : les résidus issus de l’entretien des forêts et les résidus de récolte qui sont actuellement majoritairement laissés sur place ou brûlés à l’air libre, générant ainsi des émissions de polluants atmosphériques.

En 2015, l’AFD a octroyé 20 MEUR pour financer une centrale à trigénération à cycle combiné alimentée au gaz naturel d’une puissance électrique de 86MW, permettant de fournir électricité, vapeur, chaleur et froid aux entreprises, bâtiments tertiaires et résidentiels de Gaoxin, une zone de développement de haute technologie au nord de Qingdao. Le projet vise à réduire l’intensité carbone, les émissions de gaz à effet de serre et les émissions de polluants locaux ainsi qu’à promouvoir des technologies innovantes de production d’énergie répondant aux enjeux de développement urbain durable. En conséquence, les émissions de gaz à effet de serre diminueront de 260 000 tCO2 par an.

En 2016, un prêt de 25 MEUR a été octroyé pour financer la construction de systèmes géothermiques décentralisés visant à récupérer la chaleur des eaux usées traitées en sortie de deux stations d’épuration pour approvisionner le chauffage collectif de deux districts de Jinan dans la province de Shandong. Le réseau de chaleur de la ville sera étendu pour desservir une surface de chauffage supplémentaire d’environ 3 millions de m2, ce qui permettra d’économiser 105 198 tonnes de CO2 chaque année par la substitution de géothermie au charbon. En outre, le démantèlement de chaufferies et de poêles individuels existants permet de réduire la consommation de charbon de 38864t/ an ainsi que les émissions de NOx, de SO2, de poussières et de particules.

Un deuxième prêt de 25 MEUR a été octroyé en 2016 pour financer la mise en place d’un système de gestion et de valorisation énergétique de la filière des déchets alimentaires de la ville de Shaoyang (province du Hunan). Le projet comprend la mise en place d’un système de collecte et de transfert des déchets alimentaires, la construction d’une usine de traitement par digestion anaérobique précédée d’une phase d’hydrolyse, la valorisation énergétique du biogaz issu de ce traitement puis l’exploitation d’un système de captage, de cogénération d’électricité et de chaleur ainsi que la vente des huiles pour la production de biodiesel. La valorisation énergétique des déchets traités et du biogaz récupéré permettra de générer une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 70 000 tCO2/an.

Par ailleurs, l’AFD a lancé depuis 2007 une coopération avec le secteur bancaire chinois à travers deux lignes de crédit "vertes" pour un montant total de 180 millions d’euros destinées à financer les investissements des entreprises dans le secteur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique en Chine. Ces financements ont permis, d’une part, d’accompagner le financement d’investissements qui présentent un potentiel intéressant en termes de transition énergétique, et d’autre part, de développer et consolider des compétences spécifiques dans les banques partenaires afin de multiplier les financements verts en Chine. A fin 2016, 32 projets d’énergies renouvelables et 57 projets d’efficacité énergétique ont pu être soutenus par les trois banques partenaires (la Shanghai Pudong Development Bank, la Huaxia Bank et la China Merchants Bank), et plus de 9000 cadres de ces banques ont été formés sur les enjeux énergétiques.

Plus récemment, l’AFD a octroyé un prêt non souverain d’un montant équivalent de 100 MEUR pour financer des investissements verts, incluant des projets d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique, à une banque régionale (Bank of Nanjing), dont BNP Paribas est un des principaux actionnaires (15% à fin 2018). Le programme comprend une ligne de crédit verte dédiée et un programme d’assistance technique pour renforcer les compétences de la banque sur la finance verte et la prise en compte des aspects environnementaux et sociaux dans leurs financements. En effet, alors que les plus grandes banques chinoises ont pu développer des activités de financement « vertes » et mettre en place des stratégies et outils opérationnels , les banques régionales et locales manquent à ce jour de stratégies et outils dédiés à cette activité. La signature de la convention de financement est envisagée pendant la visite du Directeur général en Chine le 28 mai 2019.

Dernière modification : 16/08/2019

Haut de page