Le réseau de transport métropolitain de Shanghai

Le métro est probablement l’un des moyens de transport les plus efficaces et pratiques de la ville (surtout par temps pluvieux !). Avec 11 lignes, il totalise plus de 425 km de voies et le prix moyen d’un ticket est de 3 RMB.

Métro de Shanghai - GIF

La principale caractéristique du métropolitain de Shanghai est son dynamisme. Parmi les plus jeunes au monde, il est également l’un de ceux qui croît le plus rapidement. En moins de 20 ans, la ville s’est dotée de 11 lignes couvrant 425 kilomètres, une distance supérieure au réseau parisien exploité par la RATP (213 kilomètres), de taille équivalente à ceux des villes de New York (370 km) ou de Londres (440 km). Capable de recevoir 5,8 millions de passagers par jour, il en a effectivement transporté 2,1 milliards en 2011, au 5e rang des réseaux les pus actifs après Tokyo, Séoul, Moscou et Pékin. Ce maillage devrait être étendu à 570 km d’ici 2014 grâce à la construction de 3 nouvelles lignes (12, 13 et 16) et l’extension de l’actuelle ligne 11, voire 880 km d’ici 2020.

Un rapide calcul du nombre de stations localisées en proche et grande banlieues permet d’illustrer le parti pris de l’urbanisation de Shanghai : il s’agit désormais de faciliter les échanges de population entre sa couronne urbaine et sa périphérie, constellée de villes satellites et de grandes zones d’activité industrielle. C’est une bonne nouvelle pour tous ceux qui résident dans cet espace péri-urbain en pleine restructuration, qu’il s’agisse des Shanghaiens qui s’y sont installés volontairement pour des raisons économiques, ceux, contraints, qui y ont été relogés pour laisser place à de nouveaux quartiers d’affaires rutilants en centre ville, ou encore les 300.000 migrants qui affluent chaque année vers Shanghai. C’en est une moins bonne dans l’immédiat pour tous ceux qui espéraient voir se densifier le réseau en centre ville, aujourd’hui passablement saturé par la circulation automobile. Le faible nombre de points d’interconnexion, bien qu’en nette amélioration par rapport au passé, porte témoignage de ce développement volontairement extensif.

Dernière modification : 21/08/2014

Haut de page