Le port en eaux profondes de Yangshan

Shanghai ne manque pas d’infrastructures gigantesques : après le hub de Hongqiao (également présenté sur ce site), voici le port en eaux profondes de Yangshan. Autant Hongqiao constituait une plateforme à destination de l’intérieur de la Chine, autant Yangshan illustre l’ambition internationale de Shanghai, ouverte sur la mer et l’international, avec l’ambition de devenir à court terme le premier port mondial, dépassant son rival singapourien.

La Chine est devenue le premier acteur du trafic portuaire mondial

JPEGL’Asie concentre une part importante des flux maritimes, avec 30% des exportations et près de 27% des importations mondiales en 2006. En 2007, la Chine comptait 235 ports côtiers ou fluviaux principaux et disposait de plus de 400 km de quais et de 4 701 postes à quais. L’essentiel de l’activité est concentré dans les 14 plus grands ports chinois, d’un trafic annuel supérieur à 100 M.t. (représentant les 2/3 du trafic maritime du vrac). Quatre ports chinois sont parmi les 10 premiers mondiaux de transport de conteneurs. Les ports de Shanghai, Hong-Kong et Shenzhen prennent respectivement les 2ème, 3ème et 4ème places mondiales.

Classement des ports de conteneurs dans le monde (2007)
PORTSLOCALISATIONTRAFIC DE CONTENEURS
Singapour Asie 27.9
Shanghai Asie (Chine) 26.1
Kong Kong Asie (Chine) 23.8
Shenzhen Asie (Chine) 21.1
Pusan Asie (Corée du Sud) 13.3
Rotterdam Europe (Pays-Bas) 10.8
Dubaï Moyen-Orient 10.6
Kaoshiung Asie (Taïwan) 10.2
Hambourg Europe (Allemagne) 9.9
Qingdao Asie (Chine) 9.5

Source : CEIC, Service économique de Pékin (millions EVP, équivalent vingt pieds).

Dans un contexte de concurrence internationale, mais aussi nationale, les ports s’adaptent à la demande du marché en augmentant leur capacité et leur efficacité. Cette concurrence fait des ports chinois non plus de simples interfaces terre-mer mais de véritables plateformes de distribution et de logistique. Au niveau national, la concurrence s’articule autour et au sein de trois hubs  :

  • la baie de Bohai (Pékin, Tianjin…), au nord ;
  • le delta du fleuve Yangtsé (le Zhejiang, le Jiangsu et Shanghai), au centre ;
  • le delta de la rivière des Perles (le Guangdong et Hong-Kong), au sud.

Les prévisions du ministère des Transports étaient comprises entre 5 et 7,5 Md t. pour le transport de vrac et 130 à 150 M. EVP à l’horizon 2010. Cette augmentation de 80 % du trafic nécessitait un développement des ports dans le cadre du 11ème Plan Quinquennal 2006-2010, notamment centrée sur 5 hubs : les trois précédents, ainsi que celui du port de Xiamen (province du Fujian, face à Taïwan) et celui du port de Haikou (île de Hainan).

Le port de Yangshan a répondu aux besoins du trafic international de Shanghai

Shanghai compte deux ports pour l’exportation : le port de Waigaoqiao, à l’embouchure du Yangtsé, et le nouveau port de Yangshan, en eaux profondes (profondeur du chenal de 15 m) au sud-est de Shanghai, dans la baie de Hangzhou. Ce port a été établi sur l’archipel de petites îles de Yangshan, reliées par le pont de Donghai de 32 km à la ville nouvelle de Lingang, où sont développées des infrastructures logistiques et activités auxiliaires et qui constituera une zone majeure pour les industries aéronautiques impliquées dans le programme du C 919 de la COMAC (équivalent chinois de l’A 320). Un pont incluant une ligne de chemin de fer devrait à terme être construit en parallèle du pont Donghai.

L’objectif de Yangshan est de faire de Shanghai le centre d’éclatement du fret vers les destinations d’Asie du Nord, à l’instar de Singapour pour l’Asie du Sud. Le projet prévoit la construction d’ici 2020 de 5 terminaux avec 30 postes à quai, d’une capacité annuelle de 25 millions d’EVP. Ce port en eau profonde complète les investissements du port de Waigaoqiao, saturé et dont la profondeur est insuffisante pour les navires de nouvelle génération (le tirant d’eau admissible à quai atteint seulement 10,5 m). Le port de Yangshan peut en revanche accueillir des méga porte-conteneurs de nouvelle génération, (8.500 EVP et plus). Shanghai peut ainsi rivaliser avec les hubs portuaires de Hong Kong et de Singapour. Plusieurs lignes maritimes vers l’Europe ont été transférées de Waigaoqiao vers Yangshan.

Le budget total du projet est estimé à 16 Md euros. La 1ère phase du projet, inaugurée en 2005, comprend 5 postes à quai, avec une capacité de 3 millions d’EVP par an ; elle représente un investissement de plus d’1 Md euros. Les autorités portuaires ont souhaité financer la 1ère phase du projet du port avec des fonds exclusivement chinois. Depuis, le port de Shanghai, à l’instar des autres ports chinois, a indiqué vouloir s’ouvrir aux investissements étrangers, en particulier en matière de construction et d’exploitation de terminaux à conteneurs.

Ainsi, la 2ème phase, achevée en 2006, a associé des opérateurs étrangers, dont l’Américain Hutchinson Whampoa et le Danois AP Moller Maersk (1er groupe de transport maritime mondial). La 3ème phase, achevée en 2008, devrait associer à terme le Français CMA-CGM, 3ème groupe de transport maritime mondial et l’un des principaux opérateurs à Yangshan.

2008 et 2009 ont été marquées par le ralentissement du commerce extérieur

Shanghai (Waigaoqiao et Yangshan) est le 1er port mondial, pour le trafic de vrac (492 M. t. en 2007). Pour le trafic de conteneurs, Shanghai a supplanté Hong-Kong en 2007 à la 2ème place ; mais, touchée par le ralentissement du commerce international, la ville n’a pas pu dépasser Singapour et reste à la 2ème place, fin 2009, avec 25 M. EVP. Cette prise de la 1ère place n’est toutefois que partie remise, notamment à l’occasion de la reprise du commerce international, qui s’affirme depuis début 2010.

Le port dispose de 3 000 m. de quais, d’une surface de stockage de 1,4 km. 2 et de 33 couloirs d’accès (20 entrées et 13 sorties). Il est équipé de 21 grues simples et 13 grues doubles ; chaque grue simple est capable de charger ou de décharger 128 containers à l’heure.

L’activité a régressé en 2008 et 2009, du fait du ralentissement du commerce extérieur :

  • en 2007 : 7 600 navires et 6 M. EVP ;
  • en 2008 : 6 500 navires et 5,6 M. EVP ;
  • en 2008 : 4,6 M. EVP.

Ce marasme n’a toutefois pas empêché le port d’améliorer ses performances techniques, notamment avec la mise en place d’un programme 5 - 2 - 25 :

  • 5 heures pour charger ou décharger une péniche ;
  • 20 heures pour charger ou décharger un porte-conteneurs ;
  • 25 minutes pour charger (ou décharger) un conteneur de son point de stockage en attente sur son porte-conteneurs.

JPEG

François Blanc,
Service économique de Shanghai

Dernière modification : 04/04/2018

Haut de page