Le plan Ma santé 2002 adopté le 16 juillet par le Parlement

Ma santé 2022 : les 3 principales orientations pour dessiner le système de santé de demain

En septembre dernier, le Président de la République annonçait une transformation en profondeur de notre système de santé.

Pour mener à bien cette évolution, les mesures de la stratégie « Ma Santé 2022 » couvrent tout aussi bien les champs de l’accès aux soins, de la formation des professionnels et du numérique.

Afin d’améliorer l’accès à des soins de qualité pour tous sur l’ensemble du territoire, le Ministère des Solidarités et de la Santé, sous l’impulsion d’Agnès Buzyn, met progressivement en œuvre les mesures de « Ma Santé 2022 ». Ce plan gouvernemental s’articule autour de 3 axes principaux.

1. Rapprocher les professionnels de la santé des citoyens

Faciliter l’accès aux soins pour tous les Français est la priorité du gouvernement. Pour cela, le ministère prévoit le déploiement de nombreuses structures améliorant le maillage médical du territoire, comme les communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), pour organiser la médecine de ville, ou encore les hôpitaux de proximité, pour répondre concrètement aux besoins de santé de la population.

Par des coopérations plus étroites avec les professionnels libéraux, ces derniers permettront aux patients de bénéficier d’un premier niveau de réponse médicale, au plus près de leur lieu de vie, grâce à :

des consultations de médecine générale ou d’autres spécialités ;
le recours à des équipements d’imagerie et de biologie médicale ;
des services d’urgences, de périnatalité, de soins de suite et de réadaptation, en fonction des besoins.
La collaboration entre professionnels de la santé autour de projets communs est également encouragée, que ce soit au sein des CPTS, mais aussi des maisons et des centres de santé, en plein essor.

2. Réformer la formation des futurs soignants

Le plan « Ma Santé 2022 » concerne également la formation universitaire des médecins. Le numerus clausus sera supprimé à la rentrée 2020. L’objectif est de diversifier les profils des futurs praticiens et de former le nombre nécessaire de professionnels, au plus près des besoins des territoires.

Le plan gouvernemental introduit également des passerelles entre les formations des professionnels. Ainsi, les étudiants auront la possibilité d’intégrer le cursus des études en santé directement en 2ème ou 3èmeannée. Les étudiants en médecine pourront, à l’inverse, se réorienter plus facilement vers d’autres filières.

Une plus grande transversalité sera aussi introduite pour que les futurs professionnels - médecins et soignants - apprennent à travailler ensemble dès leurs études.

3. Faire du numérique un atout dans le soin aux personnes

Une grande place est donnée aux nouveaux outils numériques, comme les espaces numériques de santé, contenant les dossiers médicaux partagés (ou DMP), la télémédecine (et demain, le télésoin) ou la plateforme des données de santé (Health data Hub). Cette dernière permet de réunir anonymement les données médicales pour faciliter les projets de recherche visant l’intérêt public.

Objectifs de toutes ces mesures : fluidifier la prise en charge des patients et faciliter la communication entre les professionnels de la santé.

Plus d’info sur https://issuu.com/ministere-solidarite/docs/ma_sant__2022

Dernière modification : 22/07/2019

Haut de page