Le GIEC célèbre ses 30 ans à l’Unesco et s’ouvre au public

Du 13 au 16 mars 2018, la France accueille la 47e assemblée plénière du GIEC à Paris en présence de 500 délégués de plus d’une centaine d’États-membres d’organisations intergouvernementales et d’ONG. Nicolas Hulot et Jean-Yves Le Drian ont confirmé l’augmentation significative de la contribution de leurs deux ministères auprès du GIEC à hauteur de 1 M€ par an jusqu’à publication du sixième rapport d’évaluation en 2022. Cette annonce concrétise l’engagement du président de la République pris lors de la COP23 et confirmé lors du One Planet Summit de soutenir la science du climat et ce qui reste à ce jour le plus grand projet de coopération scientifique jamais entrepris.
Avec l’aide financière d’autres Etats, notamment européens, le GIEC devrait donc être en mesure de conduire ses travaux pendant toute la durée du 6e cycle qui s’achèvera en 2022.

JPEG

En septembre 2017, la France a proposé d’accueillir cette 47ème assemblée au cours de la réunion plénière du GIEC. Elle répond à l’un des objectifs annoncés dans le Plan climat du gouvernement, publié le 6 juillet 2017 et témoigne de l’engagement constant de la France sur les enjeux climatiques.

C’est l’UNESCO qui accueille l’assemblée. Un choix très significatif, au regard du mandat de l’institution en matière scientifique et environnementale, qui fait écho à la mission du GIEC visant à mettre la science au service de la lutte contre le changement climatique.

Un des enjeux de cette 47ème réunion est de donner au GIEC des moyens pérennes pour poursuivre son action essentielle alors que sa situation financière est actuellement fragile. La France est d’ores et déjà mobilisée et portera sa contribution à 1 million d’euros par an jusqu’en 2022. Il s’agira également de préparer la prochaine session d’octobre 2018, consacrée à l’adoption du rapport sur la limitation du réchauffement à 1,5°C.

La journée du 13 mars est ouverte au public sur inscription avant le 12 mars 2018.

Le rôle du GIEC dans les négociations climatiques

Les rapports du GIEC constituent la source scientifique de référence pour éclairer les choix des responsables politiques, notamment dans le cadre des négociations climatiques. Ils permettent par ailleurs d’évaluer les efforts accomplis par la communauté internationale dans la lutte contre les dérèglements climatiques.

PNG

Dernière modification : 14/03/2018

Haut de page