La rentrée littéraire française à Wuhan : c’est le 18 novembre à 15h !

Amoureux de la littérature et de la langue française, venez découvrir ce phénomène unique au monde et typiquement français qu’est la rentrée littéraire.

JPEG

La rentrée littéraire française bat son plein : grand prix du roman de l’Académie française, prix Goncourt, Femina, Médicis, Renaudot, Décembre, Interallié...

Venez découvrir les éditeurs et ouvrages candidats ou lauréats des prix littéraires 2017 !

Date : samedi 18 novembre à 15 heures

Lieu : Centre d’art 403, 33 Baotongsilu, Wuchang, Wuhan
Arrêt de métro : Baotong Temple

Entrée libre, dans la limite des places disponibles.

La conférencière  : Dominique Macaire est professeure des universités (université de Lorraine).

Ce café littéraire est organisé par le service de coopération et d’action culturelle – IFC du Consulat général de France à Wuhan et le centre d’art 403, avec le soutien de Faguowenhua.

JPEG

Qu’est-ce que le phénomène de la rentrée littéraire ? On compte plus de 2000 prix en France !

Si les Français sont aussi fascinés pour décerner toutes sortes de prix aux livres, ce n’est pas seulement parce que le nombre de publications est gigantesque, (rien que la rentrée littéraire de cette année a vu 581 romans sortir) mais aussi parce que « les Français, passionnés d’égalité, sont également passionnés par les privilèges conférés par les distinctions et les décorations. Tout est prétexte à remise de prix et de médailles » écrivent Christine Evain et Frédéric Dorel dans L’industrie du livre en France et au Canada, Perspective (L’Harmattan, 2008). 

Les prix les plus influents restent les grands noms comme Goncourt, Renaudot, Femina, Médicis, l’Académie française, ou encore Flore. Chaque automne, de fin août à mi-novembre, la saison des prix littéraires s’avère cruciale pour les éditeurs, qui comptent sur les ventes de cette période d’or pour boucler en beauté leur année.

JPEG

Petite histoire des prix littéraires :

Le prix Goncourt et sa prime de 10 euros

Fondé en 1903, Goncourt est le plus ancien des prix littéraires et considéré comme le plus prestigieux. En 1862, les deux frères et écrivains naturalistes Jules et Edmond de Goncourt décident, qu’après leur mort, leurs biens seront vendus, leur capital placé et que les intérêts de cette somme serviront à la création d’une Académie Goncourt qui, une fois par an, va récompenser des auteurs sélectionnés par un jury.
 
L’académie Goncourt a vu le jour en 1902 et le premier prix proclamé le 21 décembre 1903. Le capital des frères Goncourt est sans doute assez mal placé car le lauréat ne reçoit qu’un chèque de 10 euros. Mais il a droit à un bon repas avec les 10 membres du jury au fameux restaurant Drouant, une tradition qui se perpétue depuis 1914.

Le jury du Goncourt se compose de Bernard Pivot (auteur de la célèbre « Dictée de Pivot »), Paule Constant, Pierre Assouline, Françoise Chandernagor, Didier Decoin, Philippe Claudel, Patrick Rambaud, Tahar Ben Jelloun (venu en Chine dont Wuhan en 2015) et, pour la première fois cette année, Virginie Despentes et Eric-Emmanuel Schmitt.

JPEG

A noter : outre le célèbre prix Goncourt, l’Académie Goncourt octroie également plusieurs bourses d’encouragement : Bourse de la Nouvelle, de la Poésie, de la Biographie, du Récit historique et de la Jeunesse.

Un prix Goncourt des Lycéens, a également été créé en 1988 par la Fnac et le Rectorat de Rennes en association avec l’Académie Goncourt.

Femina, ce sont les femmes qui décident !

Face au Goncourt dominé par un jury entièrement masculin, les intellectuelles féminines décident de créer un prix pour faire entendre la voix des femmes. 22 collaboratrices du magazine La vie heureuse, sous la direction de la poétesse Anna de Noailles, ont réussi de monter en 1904 le prix Vie heureuse, qui changera son nom en Femina une vingtaine d’années après.

JPEG

Renaudot, pour protester contre les « injustices » du Goncourt

Le prix Renaudot porte le nom de Théophraste Renaudot (1586-1652), le premier journaliste français. Il a été créé en 1925 par des journalistes critiques littéraires, en attendant la délibération du Goncourt. On dit souvent que le Renaudot répare les éventuelles injustices du Goncourt. Sur la liste des lauréats, on trouve Louis-Ferdinand Céline, Louis Aragon et Georges Perec, qui ont « manqué » l’autre prix. 

JPEG

Médicis et Flore : donner leur chance aux jeunes talents

Il faut de temps en temps un nouveau prix pour introduire un peu de fraicheur ! En 1958, l’écrivain et homme politique Jean-Pierre Giraudoux a créé le prix Médicis avec le soutien d’une mécène d’origine russe. Ce prix a pour vocation de récompenser un roman, récit ou recueil de nouvelles dont l’auteur débute ou n’est pas encore célèbre.

Un demi-siècle plus tard, Frédéric Beigbeder fonde son propre prix nommé Flore pour les jeunes auteurs. Il est remis, comme son nom l’indique, au fameux Café de Flore.
Le lauréat reçoit 6150 euros comme prime, et il a droit à un verre de Pouilly, servi dans un verre gravé à son nom, gratuit, tous les jours pendant un an au Café ! Quel privilège !

Ces prix, dont les résultats sont concentrés sur une poignée d’écrivains, intellectuels et journalistes, n’ont pas cessé de faire l’objet de controverse. Mais malgré les critiques, ils jouent toujours un rôle de stimulateur sur le marché du livre. En France, le tirage moyen d’un livre lors de sa publication est de 5 000 exemplaires (2015, source Statista), alors qu’un prix Renaudot peut se vendre en moyenne à 200 000 exemplaires, un Femina 150 000, un Médicis 40 000, un Goncourt 400 000. « Cent sept ans après la création du Goncourt, la saison des prix continue de magnétiser la vie éditoriale française, dans une mise en scène parfaitement rodée, riche en rebondissements souvent très efficaces. Comme si tout, y compris les soupçons, ne faisait finalement qu’alimenter éternellement la machine à créer des sensations » (Le Monde, 2010). 

JPEG

Le calendrier des prix 2017

JPEG

JPEG

JPEG

PNG

Dernière modification : 17/11/2017

Haut de page