La coopération franco-chinoise dans le domaine du sport [中文]

Depuis l’élan donné par les Jeux Olympiques d’été de Pékin en 2008, la Chine organise de manière régulière de grands évènements sportifs nationaux, régionaux et mondiaux. La Chine, après avoir accueilli les JO à Pékin en 2008, a ainsi organisé les jeux asiatiques en 2010, les Universiades d’été en 2011 à Shenzhen, les Jeux olympiques de la Jeunesse à Nanjing en 2014 et les championnats du monde d’athlétisme en 2015. La Chine a organisé également les mondiaux de basket en 2019 et organisera les JO d’hiver 2022. Pékin devient ainsi la première ville olympique été et hiver.

JPEG

Dès 1965, la France et la Chine engagent leurs premières coopérations en matière de sport. C’est d’ailleurs avec la Chine qu’est signé, en 1979, l’un des plus anciens accords de coopération du ministère français des Sports, prévoyant l’organisation une dizaine d’activités tous les ans.

Deux accords fondamentaux, signés respectivement en 2008 et en 2011, ont donné une nouvelle dimension à notre coopération dans le domaine du sport en l’ouvrant :

Ces accords portent :
  • d’une part sur l’organisation et la gestion du sport, les équipements sportifs, l’apprentissage de la langue française, le perfectionnement des entraîneurs, de manière plus marginale sur l’entraînement des sportifs de haut niveau ;
  • et d’autre part, sur des échanges directs entre fédérations sportives françaises et chinoises, ainsi que les établissements nationaux (INSEP, ENSM, IFCE).

Au cœur de ces coopérations, l’on retrouve notamment : le tennis de table, la gymnastique, l’escrime, le canoë kayak, la voile, la natation, le taekwondo, l’équitation, l’alpinisme mais aussi la pétanque.

Au plus près du terrain : une longue histoire d’échanges d’entraineurs

Pour la France comme la Chine, les actions de coopération sportive ont notamment ouvert la voie à des échanges d’entraîneurs constituent une dimension importante et très concrètes des coopérations franco-chinoise en matière de sport : de 1988 à 2002, Mme HU Yulan a été la première à venir apporter son expertise en tennis de table en France, de même que MM. MAO Shi (jusqu’en octobre 2008) et CAI Huanzong en gymnastique, et Mme LUO Xi en natation synchronisée.

Côté français, de nombreux entraineurs ont également eu l’occasion de se rendre en Chine pour aider au développement de générations d’athlètes chinois : M. Christian BAUER, entraîneur en chef de l’équipe nationale chinoise d’escrime ; M. Daniel MORELON, entraîneur bénévole de l’équipe olympique chinoise de cyclisme sur piste de 2007 à 2012 ; M. Alain PERRIN, entraîneur de l’équipe masculine nationale de football de 2014 à 2016 ; M. Bruno BINI, entraineur de l’équipe nationale féminine de football de 2015 à 2017 ; M. Hugues OBRY et M. Frédéric BERAT, actuellement entraîneurs de l’équipe Chine d’épée.

Quelles coopérations dans la perspective des Jeux Olympiques ?

Dans la perspective des Jeux Olympiques d’hiver de Pékin qui auront lieu en 2022, plusieurs projets sont en cours afin de renforcer la coopération bilatérale dans le secteur des sports :

> le Projet d’intention sur les sports de nature signé à Pékin en août 2015 entre le Ministère de la Jeunesse, de la ville et des sports et l’Administration Générale du Sport de Chine doit permettre de concentrer la coopération vers la formation et l’expertise des équipements, ainsi que la valorisation des sites de pratique sportives ;

> le Programme de coopération sur les JO d’hiver 2022 signé à Chamonix en juin 2016 entre le Secrétaire d’Etat aux sports et l’Administration Générale du Sport de Chine, en marge de la tenue du 3e Dialogue franco-chinois de haut niveau sur les échanges humains, vise à développer les échanges relatifs aux sports d’hiver, de glace et de nature, en particulier dans le domaine de la formation.

> la Déclaration d’intention entre le ministère des Sports et l’Administration générale du Sport de Chine de mars 2019 encadrera enfin les prochaines coopérations bilatérales dans la préparation et l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques Pékin 2022 et Paris 2024.

La place pour le sport dans les échanges bilatéraux franco-chinois

Le sport constitue l’une des axes principaux du Dialogue franco-chinois de haut niveau sur les échanges humains. Consacré à de nombreuses thématiques telles que la jeunesse, les coopérations linguistique et éducative ou encore la coopération décentralisée, ce dialogue constitue le troisième temps fort du partenariat global stratégique franco-chinois aux côtés du dialogue stratégique et du dialogue économique et financier de haut niveau. De nombreuses avancées ont ainsi pu être obtenues dans ce cadre s’agissant des échanges sportifs :

> la valorisation des échanges des jeunes sportifs et la facilitation de leur participation aux compétitions sportives organisées dans les deux pays.
> la promotion de l’échange et de la formation de cadres techniques et d’entraineurs dans les disciplines sportives.

La coopération France/Chine en matière de football

Depuis février 2017, la Fédération Française de Football et la Ligue Professionnelle de Football disposent d’un bureau conjoint à Pékin afin d’entretenir des échanges continus avec leurs partenaires chinois. En octobre 2019, Noël LE GRAET, président de la Fédération française de football et membre européen du conseil de la FIFA, a convenu avec le vice-ministre chinois des Sport à Shanghai d’approfondir la coopération en matière de formation des joueurs et des entraineurs.

Entre 2015 et 2018, un programme de formation conjoint entre les fédérations françaises et chinoises de sport universitaire a permis de former 240 entraîneurs de football scolaires chinois en France. La ville de Shenzhen a par ailleurs accueilli en 2018 et 2019 la finale du Trophée des Champions qui oppose le vainqueur de la Ligue 1 au vainqueur de la Coupe de France.

Le dernier match amical entre la France et la Chine a opposé les équipes féminines le 31 mai 2019 à Créteil en France.

Dernière modification : 15/09/2020

Haut de page