La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) [中文]

La Responsabilité Sociale et environnementale des Entreprises (RSE) est devenue un thème essentiel dans les réflexions sur la régulation de la mondialisation et a donné lieu à de multiples initiatives récentes. La crise économique actuelle renforce d’autant plus ce débat.

L’engagement de la France dans la RSE se caractérise à la fois par sa pleine participation à de nombreuses négociations internationales, par une intervention de l’Etat au plan législatif et en tant qu’initiateur d’une dynamique de pluri-acteurs, ainsi que par le foisonnement des initiatives prises par les acteurs économiques et sociaux.

Qu’est ce le RSE pour la France ?

Adoptée par 93 % des pays le 13 septembre 2010, la norme ISO 26000 définit la responsabilité sociétale d’une organisation comme la maîtrise par celle-ci « des impacts de ses décisions et activités sur la société et sur l’environnement, se traduisant par un comportement éthique et transparent qui contribue au développement durable, y compris à la santé et au bien-être de la société ; prend en compte les attentes des parties prenantes ; respecte les lois en vigueur tout en étant en cohérence avec les normes internationales de comportement ; et qui est intégré dans l’ensemble de l’organisation et mis en œuvre dans ses relations. »

Le Pacte Mondial des Nations Unies, lancé par le Secrétaire général des Nations unies en 2000 considère que la RSE consiste pour les entreprises à « adopter, soutenir et appliquer dans leur sphère d’influence un ensemble de valeurs fondamentales, dans les domaines des droits de l’homme, des normes de travail et de l’environnement, et de lutte contre la corruption. » La Commission européenne a adopté une définition de la RSE qui fait appel à « l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties prenantes » (Communication de la Commission du 22 mars 2006).

Pour l’OCDE , « on attend des entreprises qu’elles respectent les différentes lois qui leur sont applicables et, dans la pratique, elles doivent souvent répondre à des attentes sociétales qui ne sont pas consignées dans les textes de loi. » La RSE est une contribution positive que les entreprises peuvent apporter au progrès économique et environnemental et social, en réduisant au minimum les difficultés que leurs opérations peuvent engendrer, en particulier dans des domaines tels que les droits de l’homme, les relations du travail, l’environnement, la lutte contre la corruption et la protection des consommateurs.

S’inscrivant dans la suite de la déclaration de Bamako du 3 novembre 2000 qui marquait « l’engagement des Etats et gouvernements francophones en faveur de la promotion d’une culture démocratique intériorisée et du plein respect des Droits de l’Homme », la Déclaration de Québec , adoptée par les Etats membres de la Francophonie en octobre 2008, présente la RSE comme apportant une « valeur ajoutée en faveur de la paix, de l’Etat de droit, de la coopération et du développement durable » afin de faire face aux défis économiques auxquels sont confrontés les membres les plus vulnérables dans leur recherche d’un développement durable et harmonieux. « Promouvoir la responsabilité sociale/sociétale et environnementale de l’entreprise, c’est encourager les entreprises des pays membres à adhérer aux instruments, normes et principes internationaux pertinents ainsi que favoriser leur harmonisation ».

Membre ou participant à l’activité de ces différentes organisations, la France fait sienne ces définitions et engagements.

Synthèse de Michel Doucin,
Ambassadeur chargé de la bioéthique et de la RSE

Source :

France Diplomatie

Liens utiles

Dernière modification : 24/01/2011

Haut de page