Gazette de Changhai - 31 : Le Docteur Sun perd la main et l’orage gronde à Changhai

Alors qu’à Nankin était proclamée la première République chinoise avec pour Président le docteur Sun Yat Sen, Yuan Shi Kai obtenait l’abdication de l’empereur et contrôlait la situation au Nord de la Chine.

Sun Yat Sen fut contraint de lui céder sa place et la capitale de la nouvelle république fut transférée à Pékin. Yuan Shi Kai renforça son emprise sur l’Etat, épaulé par la Beiyang -la puissante armée du nord- dont le budget était alimenté par les puissances étrangères. Sun Yat Sen se réfugia au Japon, et Yuan Shi Kai tenta de rétablir la dynastie à son profit.

Un homme fort à Pékin

Yuan Shi Kai - JPEGLors de sa retraite dans le Hubei, Yuan Shi Kai avait été sollicité aussi bien par le camp révolutionnaire que par la dynastie Qing. En novembre 1911, il avait finalement accepté le poste de Premier Ministre et avait combattu les révolutionnaires à Wuhan. Après la nomination du Docteur Sun Yat Sen par le parlement et le ralliement de tout le Sud de la Chine, les deux hommes furent contraints de négocier. Yuan Shi Kai obtint l’abdication du tout jeune empereur Pou Yi en échange d’une nomination en tant que président. L’accord entre les deux hommes fut scellé le 13 février 1912. Moins d’un mois plus tard, Sun Yat Sen se retira de la présidence et le siège du gouvernement fut déplacé à Pékin.

Yuan Shi Kai avait beaucoup d’atouts dans la main. En effet, il dirigeait la puissante armée du Nord -la Beiyang- et il avait l’appui des notables qui voyaient d’un mauvais œil les révoltes du Sud soutenues par les ouvriers. Ceux-ci préféraient également avoir un homme fort à la tête de l’Etat, opinion largement soutenue par les puissances occidentales qui voyaient en lui un rempart contre une révolte semblable à celle des Boxers.
Alors que Yuan Shi Kai assurait la présidence, le Docteur Sun Yat Sen avait pris en charge le développement industriel du pays. Il voyagea beaucoup en Chine et concentra son programme sur le développement du réseau ferroviaire. En 1912, la Chine était sillonnée par 8600 kilomètres de voies, la plupart gérées par des consortiums étrangers. Sun Yat Sen décida de porter ce chiffre à 120.000 kilomètres en 10 ans…
Si les perspectives économiques de la Chine nouvelle se présentaient sous de bons auspices, la situation politique à Pékin se dégradait : Yuan Shi Kai manifestait de plus en plus ouvertement sa velléité à créer un régime autoritaire qui avait, pour les fidèles du Tong Meng Hui, la couleur d’une dictature.

Deux événements allaient définitivement précipiter les choses.

Song Kiao Jen (Sung Chiao-jen), membre fondateur du Tong Meng Hui et ami de longue date de Sun Yat Sen, avait crée en août 1912 un nouveau parti, le Kuomintang, avec l’espoir de jouer le jeu parlementaire et d’y mener un combat politique.
En mars 1913, les élections parlementaires lui donnèrent 360 sièges, sur les 500 sièges que contenait l’Assemblée. Le 20 mars, alors qu’il prenait le train pour Pékin, Song Kaio Jen fut assassiné dans la gare du Nord de Changhai.
Le 26 avril de la même année, Yuan Shi Kai signait avec un consortium de 6 nations, un prêt de 25 million de Livre-or, intitulé « prêt de la réorganisation », avec en contrepartie un contrôle des étrangers sur la gabelle, l’impôt du sel.
Un mois après, le directeur des Télégraphes de Changhai fut révoqué par Pékin et remplacé par l’un de leurs hommes.

La révolte éclate à Changhai

Le 20 juillet, des rebelles dirigés par le général Chen Chi-mei essayèrent de s’emparer du bâtiment des Télégraphes et des troupes s’attaquèrent à l’arsenal de Kiangnan.
Pendant plus d’une semaine, le canon tonna et les mitrailleuses crépitèrent au sud des concessions. Le général Chen Chi-mei tenta d’établir son quartier général à la gare de Changhai mais en fut délogé par une escouade des Shanghai Volunteers.
Des troupes de la marine britannique, allemande, autrichienne et italienne furent débarquées afin d’empêcher les rebelles d’approcher les concessions.
L’attaque de l’arsenal échoua et les combats se déplacèrent entre Kiangwan et Woosong. Plusieurs étrangers pris entre deux feux durent se réfugier au champ de course ou dans les bunkers du golf de Kiangwan…
Une fois la révolte matée, le général Chen Chi mei disparut et, un mois plus tard, les troupes gouvernementales prirent également le contrôle de Nankin.

Le docteur Sun Yat Sen, sentant la menace planer sur sa tête, se réfugia au Japon le 8 août. Trois mois plus tard, le Kuomintang fut dissout et ses 400 parlementaires furent chassés de Pékin.
La dictature de Yuan Shi Kai se mettait en place, ignorant ainsi les trois grands principes du Docteur Sun, avec la restauration d’un régime de type impérial.
drapeau Yuan - PNG

Avec ce qui ressemblait à une restauration de la monarchie, la République Chinoise semblait condamnée, mais c’était sans compter sur la dynamique qui avait présidé à sa naissance et surtout le pouvoir de persuasion de son créateur. Après 3 ans d’errance, le docteur Sun revint s’installer à Changhai dans une république restaurée. C’est ce que nous verrons dans un article prochain…

Charles Lagrange

Dernière modification : 05/08/2014

Haut de page