Gazette de Changhai - 78 : L’Assistance Publique de la Municipalité (3)

La Caisse des œuvres soutint également une série d’institutions hospitalières crées par les religieux. L’Hospice (ou Hôpital) St Joseph fut l’un d’entre eux. Cet hôpital, comme d’ailleurs nombre d’institutions de charité avait été construit par l’homme d’affaire et mécène catholique Joseph Lo Pa Hong (Lu Baihong) dont la vie exemplaire en fit un personnage clef de l’élite chinoise de la Concession Française.

L’Hospice Saint Joseph et Joseph Lo Pa Hong

Dans un article précédent, nous avions passé en revue les institutions que la Caisse des Oeuvres d’Intérêt Public soutenait depuis sa création en 1927.
La Caisse soutenait également une série d’œuvres de charité crées et opérées par les institutions religieuses, certaines d’antre elles depuis le dix neuvième siècle.

JPEG - 30.3 ko
Joseph Lo Pa Hong

_ L’hospice Saint Joseph fut l’une d’entre elles.
Celui-ci fut crée en 1913 par l’homme d’affaire et philanthrope catholique Joseph Lo Pa Hong (Lu Baihong).

Joseph Lo Pa Hong naquit en Mars 1875 à Shanghai, dans une famille catholique aisée originaire du Sichuan. La famille avait été à l’avant-garde de ce que plus tard on appela « la bonne société chrétienne de Changhai ». Ils avaient hébergé les premiers missionnaires, ils avaient financé la construction de l’église du Tong Ka Du (Dongjiadu), ainsi que le collège St Ignace à Xujiahaui.
Joseph apprit le français dès l’âge de 18 ans avec les frères la Société de Saint Vincent de Paul. Il se maria en 1909 et eu 6 enfants.

En 1911 il prit la direction de la Compagnie d’Electricité de Nandao et profite de l’extension de la ville chinoise et de l’exemple des étrangers pour fonder une compagnie de tramways dont le réseau devait prolonger celui des Concessions Internationales. Les premières voitures furent lancées en Aout 1914 et il fusionna les deux compagnies pour créer la « Compagnie Electrique Chinoise », au capital de 1 Million de Dollars.
Il contrôlait également une fonderie de fer et d’acier, mais à la sortie de la guerre et la reprise des importations, la concurrence internationale l’obligea à fermer l’entreprise. En 1923, il fonda la « Wooshing Wharf & Storage Company » et l’année suivante, il prit la direction de la « Zhabei Electric & Waterworks Company ». Cinq ans plus tard, il prit enfin celle de la « Shanghai Inland Waterworks Company ».

En 1911, il fut nommé conseiller du Conseil Municipal de la Concession française et à ce titre demanda de pouvoir prendre en charge d’Hospice du Po You Dang (Pu Yu Dang) situé dans Nantao et obtenir un soutien de la Municipalité.
Cet hospice avait été crée en 1875 et se trouvait être en fait une sordide prison sombre et sale pour les incurables, les paralytiques, les vieillards indigents. A cette époque, un seul médecin chinois de 70 ans assurait une veille sur les hordes de malades.

Joseph Lo Pa Hong décida de construire un véritable hôpital pour les indigents. Il acheta un terrain de 100 mows (0,7 Ha) et se porta acquéreur des briques provenant de la destruction de la muraille de la vieille ville que la Municipalité chinoise avait décidé de détruire. Les bâtiments furent terminés en Mars 1913 et ce qui allait être connu comme l’Hospice ou Hôpital St Joseph ouvrit ses portes six mois plus tard.
Joseph Lo demanda à Monseigneur Paris, fondateur de l’hôpital Sainte Marie, de faire venir des Sœurs de la Charité pour en assurer l’encadrement. Celles-ci refusèrent tout d’abord mais la crainte de voir l’institution confiée aux protestants les fit vite changer d’avis.
L’hôpital se développa très rapidement, au point d’accueillir jusqu’à 1500 malades de toutes sortes : pauvres, aveugles, incurables, malades mentaux, prisonniers malades et enfants abandonnés.

En 1916, Joseph Lo créa le premier dispensaire dans le quartier de Yangtsepoo (Yangshupu). L’année suivante, il en créa un autre à Sungkiang (Songjiang) auxquels se rendirent chaque jour les Sœurs de la Charité pour y prodiguer des soins.

JPEG - 69 ko
Hospice St Joseph aujourd’hui

_ En 1923, l’hôpital Saint Joseph s’agrandit et intégra une école de formation professionnelle et un atelier qui délivrait un enseignement technique à plus de 500 apprentis.

Pendant près de vingt ans, la Caisse des Œuvres versa une allocation moyenne de 3.000 Dollars par an à l’hôpital.
Lu Ba Hong envisagea également de construire un pavillon spécial pour accueillir les prostituées et sollicita l’aide de la Caisse des Œuvres, mais sur un projet de 150.000 Dollars, celle-ci n’était disposée qu’à en donner 2.000.

En 1931, il créa deux écoles pour jeunes chinois : l’école primaire et secondaire St Joseph de Tseng Siu, et le Collège St Louis de Gonzague.

En Juillet 1935, il réussira à créer avec l’aide des deux Concessions Internationales le « Mercy Hospital » dont la vocation était d’accueillir et soigner les malades mentaux. L’hôpital se trouvait à 14 kilomètres de la ville et comprenait 14 pavillons, dont un pour les malades violents. Il fut dirigé par un personnel étranger composé essentiellement de la psychiatre Fanny Halpern épaulée par des Sœurs de la Charité et 6 frères de la Charité de Trèves, ainsi qu’une quarantaine d’infirmières et 90 assistants chinois.
Lors de la prise de Changhai par les troupes Japonaises en 1937, Joseph Lo Pa Hong essaya de sauver ses institutions en traitant avec les autorités d’occupation.
Ce fut cet engagement qui causa vraisemblablement sa perte car le 30 Décembre 1937, deux assassins l’attendirent à la sortie de son domicile et le tuèrent de six balles dans le cœur.

Joseph Lo Pa Hong avait toujours souhaité étendre l’influence du catholicisme à travers la société chinoise et en réaliser l’essence à travers l’action philanthropique qui selon lui était l’expression du divin. Il le fit de manière un peu désordonnée, mais sincère et active et il fut certainement un personnage clef de la Concession Française de Changhai.

JPEG - 81.7 ko
Collège St Ignace
JPEG - 40.3 ko
Eglise de Tong Ka Du

De tous les établissements de santé de Changhai, le plus renommé fut sans aucun doute l’Hôpital Ste Marie, que la Caisse soutint massivement jusqu’à la fin. C’est ce dont nous parlerons dans le prochain article. Restez branchés…

Dernière modification : 18/06/2015

Haut de page