La Gazette de Changhai - 98 : Changhai la catholique - les initiatives se multiplient

Après avoir construit des lieux de culte, les missionnaires arrivés à Changhai se mirent à se diversifier leurs initiatives. Le service des tempêtes fut crée afin d’aider tous les marins naviguant en Asie, puis ce fut au tour des établissements d’éducation et enfin celui des soins de santé dont la diversité et le nombre ne fit que croitre au fil des années.

Les initiatives se diversifient

Avec la création du service des tempêtes en 1871 à Nankin, les initiatives des missionnaires se diversifient. Transféré à Zi Ka Wei (Xujiahui) l’année suivante, l’observatoire des jésuites devint très vite une des institutions les plus célèbres en Asie. En effet, tous les hommes de mer et gens de terre avaient recours à ses informations.

En 1898, le nombre de stations météo travaillant au profit de Zi Ka Wei passa de 21 à 42. Le service couvre tout l’Extrême Orient. En 1900, les pères installèrent les deux équatoriaux de leur station astronomique à Zo Se (She shan) et ils travaillèrent à la révision des tables de la lune et à la détermination des trajectoires des petites planètes.

Ils élargirent le champ de leurs recherches en créant, en 1907, une section de sismologie ; et en 1910, un centre d’études du magnétisme terrestre installé lui aussi à Zo Se, hors des perturbations induites par le tramway dont le terminus était à l’entrée du domaine de Zi Ka Wei. Ils fondirent enfin en 1932 une section de physique de l’atmosphère.

Les quelques figures emblématiques de cette diversification furent le père Deschevrens qui dirigea l’observatoire pendant vingt ans jusqu’en 1897, le père Froc qui fut entre 1898 et 1925 « l’homme des typhons » et régna pendant 20 ans sur Zi Ka Wei, le père Burgaud, spécialiste du magnétisme et qui le restera jusqu’en 1955, le père Lejay, membre de l’Académie des Sciences de Paris, et le père Lapeyre, patron de la section d’astronomie qui furent tous deux en poste jusqu’en 1946.

L’enseignement se développe

Avec la création de l’Ecole Franco-Chinoise en 1886, mais surtout celle de l’Université Aurore en 1903 dont nous avons amplement parlé, le caractère éducatif de l’effort des missionnaires se voyait développé plus avant.

Les missionnaires s’attelèrent ainsi à construire d’autres établissements d’enseignement afin de complémenter les initiatives précédentes. Ainsi en 1917 , ils créèrent le Collège Jeanne d’Arc, conçu comme école préparatoire à l’Université Aurore. L’établissement fut confié aux Frères Maristes et le nombre d’élèves passant de 48 lors de sa création à plus de 100 cinq ans plus tard, il fut décidé de les loger dans un nouveau bâtiment situé au 18, rue Doumer (Donghu lu).

En 1936, 13 Frères Maristes enseignaient à 215 élèves. Le collège avait la particularité d’avoir une section francophone et une section anglophone. Les francophones devaient poursuivre leur enseignement supérieur dans d’autres établissement alors que les anglophones pouvaient y rester.

Afin de former des professeurs pour les collèges et écoles religieuses, il fut décidé de créer une école spéciale : l’Ecole Normale St Louis. Celle-ci vit le jour en 1921 sur le site de Zi Ka Wei. Son fonctionnement initial fut perturbé par une réticence du gouvernement chinois à voir éclore ce type d’enseignement, et l’école fut finalement restructurée et pris le nom du Collège Hui Shih. Dans les années trente, le collège formait quelques 500 élèves destinés à l’enseignement.

En 1932 les Frères Salésiens créèrent l’école et l’orphelinat Don Bosco, au 740 Hangshow road (Hankou road). L’école disposait d’une école primaire et d’une école secondaire technique où était enseigné le travail du bois, celui de l’imprimerie et la brochure, ainsi que l’électro-mécanique. A la fin des années trente, cet établissement comptait 280 élèves dont 68 étaient résidents.

Les hôpitaux se multiplient également

Avec la construction de l’Hôpital Général en 1875 et surtout celle de l’Hôpital Sainte Marie, dont nous avons aussi parlé, la diversification de l’effort des missionnaires se concentra sur la santé.

Une nouvelle initiative verra le jour en 1924 lors de la construction de l’Hôpital du Sacré Cœur, bâtit avec le soutien de Lo-Pa-Hong dont nous avons parlé. Cette initiative fut entreprise par les missionnaires Franciscains qui avaient pris le relais à l’Hôpital Général .

En 1932, à Chapei (Zhabei) dans la ville chinoise, les Sœurs de Marie (Salésiennes) créèrent l’Hôpital du Cœur Immaculé de Marie. Onze sœurs officiaient dans l’Hôpital qui déployait ses 70 mètres de façade sur deux étages.

Enfin, en 1935 grâce à l’appuis de Monsieur Lo Pa-Hong, fut crée à Pei-Chao, dans la banlieue nord de Changhai, l’Hopital de la Pitié, qui était consacré aux soins psychiatriques.

____________________________________________________________________

Pour gérer tous ces projets et assurer la formation de personnel dévoué et compétent, les différents ordres religieux durent se doter d’une structure administrative : c’est ce que nous verrons dans le prochain article. Restez branchés….

PNG
Ecole Franco-Chinoise à l’époque

JPEG
Ecole Franco-chinoise aujourd’hui

PNG
Ecole Jeanne d’Arc

PNG
Collège Hui Shih

JPEG
Collège Hui Shih aujourd’hui

PNG
Hopital du cœur Immaculé de Marie

Dernière modification : 11/04/2017

Haut de page