La France, un écosystème d’innovation

La semaine dernière, Paris a été choisie pour accueillir l’Autorité bancaire européenne, relocalisation liée à la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne. Emmanuel Macron souligne l’importance de cette décision pour « la reconnaissance de l’attractivité et de l’engagement européen de la France » ; avec cette nomination, Paris conforte son rang de place financière majeure.

L’ouverture il y a exactement un an à Paris d’une succursale de l’institution shanghaienne Bank of Communications, après Bank of China, China Construction Bank and Industrial et Commercial Bank of China, reflète d’ailleurs l’attractivité de l’Ile de France pour le secteur bancaire, facilitée par la plateforme Choose Paris Region (www.chooseparisregion.fr), panel de services dédiés pour l’implantation des entreprises étrangères et leurs collaborateurs.

Les entreprises françaises profitent de cette renommée de Paris et de la France sur le secteur financier, et les initiatives se multiplient. La France compte près de 750 entreprises de FinTech, et l’investissement dans les FinTechs a bondi de plus de 750 %, passant de 19 à 167 M€ entre 2014 et 2015. Et les résultats sont visibles : selon un récent rapport établi par KPMG et H2 Ventures, rendu public il y a deux semaines, la FinTech française progresse dans ce classement mondial avec cette année 6 entreprises ou start-ups parmi les 100 FinTech les plus influentes de la planète contre 3 précédemment. Les entreprises françaises figurant dans ce classement témoignent du dynamisme et de la diversité du secteur en France. 4 secteurs prédominent la FinTech française : le paiement et la monnaie électronique, les outils de gestion de budget et d’épargne, le financement participatif, et les services de banque au quotidien.

Avec les 3 premières places de ce classement, dont le leader mondial incontesté Ant Financial (Alipay), la Chine est aujourd’hui incontournable dans ce secteur.
La France et la Chine ont donc tout intérêt à travailler main dans la main. La French Tech, dont la FinTech est l’un des piliers, est présente via 4 hubs en Chine et Hong Kong pour développer des ponts entre les écosystèmes Tech français et chinois, et profiter du dynamisme et des forces de chaque environnement.

Business France contribue également à faire émerger les success-stories franco-chinoises, notamment via le programme d’immersion French Tech Tour China qui accueillera 12 start-ups françaises début décembre pour deux semaines intensives de rencontres avec des partenaires potentiels chinois et investisseurs.

La France, qualifiée de « start-up nation » avec 9 400 start-ups recensées d’après EY, attire de plus en plus de start-ups étrangères grâce à une véritable volonté d’entreprendre du pays et à la facilité de création d’une entreprise. Par ailleurs la collaboration entre grands groupes et start-ups s’amplifie et se structure, pour accompagner les start-ups prometteuses dans leur développement. L’étude « David avec Goliath » réalisée par le fonds d’investissement Raise et Bain & Company et publiée le 15 novembre, indique que 48% des entreprises du CAC 40 sont dotées d’un incubateur, d’un accélérateur en propre ou d’un lab, contre 5% en 2010. La France est en avance sur le reste de l’Europe ; à périmètre égal, ce chiffre est en Allemagne de 40% et au Royaume-Uni de 25%.

3,5 jours suffisent pour créer une entreprise en France, contre 4,5 au Royaume-Uni et 10,5 en Allemagne

Par ailleurs, la France se distingue dans le financement des start-ups.

Traditionnellement en seconde place européenne, elle devient en 2017 le 1er pays pour les levées de fonds de capital-risque en Europe, devant le Royaume-Uni et l’Allemagne. L’étude « Fundraising by European venture capital » publiée par la plateforme de données Dealroom fin septembre révèle que les sociétés françaises de venture capital (capital-risque) ont levé 2,7 Md€ à fin août 2017, soit 9 fois plus qu’en année pleine en 2014 (0,3 Md€).

Au niveau européen, l’ensemble des sociétés de venture capital ont levé 8,4 Md€ sur la même période. Le capital-risque européen et en particulier français est en train de passer la vitesse supérieure.

En France, l’écosystème d’innovation est parfaitement favorable pour créer les conditions de très belles réussites et sans doute d’opportunités de développer conjointement avec la Chine les solutions du futur.

Dernière modification : 30/11/2017

Haut de page