La Française Emmanuelle Charpentier lauréat du prix Nobel de Chimie 2020 [中文]

La Française Emmanuelle Charpentier, 51 ans, a reçu ce mercredi 7 octobre le prix Nobel de Chimie 2020 pour ses travaux avec l’Américaine Jennifer A. Doudna.

JPEG

Les deux généticiennes ont été récompensées pour leur développement de l’outil d’édition du génome « CRISPR-Cas9 » qui fonctionne comme des « ciseaux moléculaires » capables de modifier les gènes humains et révolutionne le potentiel de la thérapie génique.

Directrice du centre de recherche Max Planck pour la science des pathogènes à Berlin, la lauréate devient la sixième femme à remporter un Nobel de chimie depuis 1901.

Parcours
Originaire de Juvisy-sur-Orge (Essonne), cette scientifique étudie la biochimie et la microbiologie et obtient en 1995 un doctorat en microbiologie à l’Université Pierre-et-Marie-Curie de Paris. Elle part ensuite aux EU poursuivre différents pos-doctorats, à New York et à Memphis. A son retour en Europe en 2002, elle devient chef d’un groupe de recherche à l’université de Vienne en Autriche. En 2009 elle est nommée professeure associée à l’Université d’Ume en Suède, où elle prend la tête d’une équipe de recherche. Depuis 2015, elle est directrice du Centre de recherche Max Planck pour la Science des Pathogènes, à Berlin.

C’est en 2012 que la lauréate décide de faire équipe avec l’Américaine Jennifer Doudna, de l’université Berkeley, en Californie, pour poursuivre ses travaux sur la modification du génome. La même année, le binôme parvint à simplifier les composants de la molécule capable de découper l’ADN de façon à ce qu’elle soit plus facile à utiliser par la communauté scientifique et publie ses résultats dans Science.

Afin de mener à bien ses recherches, la scientifique crée en 2014, avec Rodger Novak et Shaun Foy, la société CRISPR Therapeutics et lève 25 millions de dollars pour développer la technologie Crispr/Cas9, qui l’amène jusqu’au prix Nobel de chimie.

Dernière modification : 08/10/2020

Haut de page