LE SUIVI DES MESURES POUR L’EMPLOI ET LE SOUTIEN A L’ECONOMIE

Pierre Moscovici et Michel Sapin ont présenté une communication relative au suivi des mesures pour l’emploi et au soutien à l’économie.

Les indicateurs conjoncturels récents, contrastés, ne remettent pas en cause la tendance à l’amélioration de l’activité économique en France. L’indicateur de retournement global mesuré par l’Insee, qui permet d’anticiper les changements de tendance de l’économie, demeure en effet dans la zone favorable depuis le mois de septembre. L’environnement international de la France continue de s’améliorer dans la plupart des grandes économies avancées et émergentes. Les dernières enquêtes de conjoncture confirment notamment le dynamisme des économies américaine, japonaise et britannique, tandis que les pays émergents bénéficient parallèlement du retour des afflux de capitaux internationaux, après des sorties nettes au printemps. Dans la zone euro, le climat des affaires continue de se redresser grâce aux actions conduites par les gouvernements et les institutions communautaires pour soutenir la croissance, même si les risques sur l’activité demeurent présents.

En France, la reprise est soutenue par une demande intérieure privée résiliente. La légère baisse de la consommation de biens des ménages entre août et octobre, qui est entièrement imputable à l’évolution des dépenses d’énergie et aux conditions climatiques, ne doit pas occulter le dynamisme dont fait preuve la consommation en produits manufacturés depuis le printemps : sur ce champ moins volatil, la consommation a en effet progressé de 0,4 % au 2e comme au 3e trimestre, et présente un acquis de 0,5 % pour le 4e trimestre à l’issue du mois d’octobre. Enfin, la clé d’une reprise durable réside dans l’investissement privé, qui demeure le moteur le plus déprimé de l’activité. Les actions du Gouvernement en faveur de la compétitivité des entreprises commencent à porter leurs fruits et les dispositifs de soutien au financement de l’investissement montent en charge progressivement. En particulier, grâce aux dispositifs de soutien au financement de l’économie décidés dans le cadre du Pacte national pour croissance, la compétitivité et l’emploi, ce sont près de 1,8 Md€ qui ont été injectés dans l’économie par bpifrance depuis le début de l’année. S’agissant du marché du travail, l’action du Gouvernement porte ses fruits et l’amélioration attendue se concrétise. Pour la première fois depuis 30 mois, excepté le mois d’août affecté l’incident des relances par SMS, le nombre de demandeurs d’emploi sans activité a reculé de 20 500 en octobre. L’inversion de la courbe du chômage est désormais amorcée : le recul est de -3 500 par mois en moyenne sur les trois derniers mois, après une hausse de +5 500 en moyenne sur le 3ème trimestre, +18 270 au 2ème trimestre, et +33 070 au 1er trimestre. L’inversion de la courbe du chômage des jeunes, qui est déjà effective depuis 6 mois avec 25 100 jeunes sortis du chômage depuis avril, constitue un autre résultat très significatif.

La bataille sur le front de l’emploi doit bien entendu se poursuivre, tant pour confirmer cette première baisse que pour l’amplifier durablement, car se sont toujours plus de 3,2 millions de personnes qui sont sans emploi. La mobilisation pour l’emploi engagée depuis mai 2012 se poursuit et se prolongera en 2014 : 85 000 jeunes ont d’ores et déjà été embauchés en emplois d’avenir. Ils seront près de 100 000 à la fin de l’année et 50 000 supplémentaires sont prévus l’an prochain. Le déploiement du contrat de génération s’amplifie, avec notamment plus de 2 500 accords et plans d’action signés dans les entreprises de plus de 300 salariés. L’opération « 30 000 formations prioritaires pour 30 000 emplois vacants » ira au-delà des objectifs, avec 38 000 places financées et 23 000 inscriptions effectives, et se prolongera l’an prochain. La négociation entre partenaires sociaux sur la réforme de la formation professionnelle se poursuit, avec les difficultés inhérentes à toute négociation ambitieuse qui veut apporter des réformes profondes. Deux dernières séances de négociation sont prévues les 5 et 12 décembre. Dans tous les cas de figure, un projet de loi sera présenté par le Gouvernement au tout début de 2014.

Dernière modification : 20/12/2013

Haut de page