L’internationalisation de l’enseignement supérieur à Shanghai

Le directeur des échanges internationaux de la commission de l’éducation de Shanghai revient sur les mesures mises en place par Shanghai pour internationaliser son éducation alors que l’ECNU fête le 1er anniversaire de la version française de son site internet et invite les universités chinoises à réfléchir aux mesures visant à favoriser l’accueil des étudiants internationaux.

JPEG

A l’occasion d’une rencontre avec les représentants à Shanghai de 21 établissements universitaires français organisée le 6 juin au Consulat général de France, M. Yang Weiren, directeur du service des échanges internationaux de la commission de l’éducation de la municipalité de Shanghai, est revenu sur les mesures mises en œuvre par Shanghai pour favoriser l’internationalisation de son enseignement supérieur.

La ville bénéficie déjà d’une forte attractivité en Chine puisqu’elle est en deuxième position en Chine par le nombre d’étudiants étrangers, juste après Pékin. Le nombre d’étudiants étrangers résidant cette année à Shanghai s’élève ainsi à 53 000, dont 70% suivent un programme d’études non-diplômant. Parmi eux, on comptait 2400 français à la rentrée 2013.

Ne voulant pas s’arrêter là, Shanghai ambitionne désormais de devenir une des principales villes d’accueil d’étudiants internationaux dans la zone Pacifique à l’horizon 2020 et a adopté en 2010 un plan de développement et de réforme de son éducation (Shanghai Medium And Long Term Education Reform and Development Plan). Les objectifs sont multiples : il s’agit d’améliorer la qualité de l’enseignement des établissements shanghaiens dans un contexte de plus en plus concurrentiel, d’accueillir plus d’étudiants étrangers et de permettre à davantage d’étudiants chinois de partir en échange à l’étranger durant leur période d’études.

Les universités shanghaiennes multiplient ainsi les programmes d’échanges avec l’étranger (environ 120 accords de coopération unissent les universités shanghaiennes et françaises), mais aussi avec Taïwan, Hong Kong et Macao (l’université Tongji envoie ainsi chaque année 1800 étudiants en échange aux Etats-Unis et en Europe et 900 étudiants dans des universités de Hong Kong, Taïwan et Macao).

Pour améliorer la qualité de son enseignement et diversifier un enseignement trop tourné vers la théorie, le gouvernement chinois intègre les formations d’excellences étrangères à ses propres cursus dans le cadre d’instituts ou de programmes de coopération sino-étrangère. Shanghai est une terre d’expérimentation de cette politique puisque qu’elle rassemble à elle seule 11 instituts de coopération universitaire sino-étrangers, dont l’Université de technologie sino-européenne de l’Université de Shanghai, en coopération avec les trois universités de technologies de Belfort-Montbéliard, Compiègne, et Troyes, et l’école d’ingénieur de Shanghai Jiaotong ParisTech pour les coopérations sino-françaises, et 170 programmes de coopérations sino-étrangères. Récemment, le premier lycée de coopération sino-étrangère, Dwight-Qibao, a également vu le jour dans le district de Minhang à Shanghai.

Pour renforcer son internationalisation, la ville se concentre encore sur la formation des professeurs et encourage les étudiants à effectuer des stages à l’étranger dans le cadre de leur formation. Elle envoie chaque année 80 enseignants se former au Canada et en Australie afin de leur apprendre à mieux enseigner aux étudiants étrangers.

Pour mieux développer leurs partenariats à l’étranger et améliorer leur attractivité auprès des étudiants étrangers, les universités shanghaiennes se penchent sur leurs outils de communication et notamment sur les versions multilingues de leurs sites internet comme l’illustre la création il y a 1 an de la version française du site internet de l’Université normale de la Chine de l’est, une des universités clés de Shanghai.

Le 13 juin 2014, à l’occasion du 500ème jour d’ouverture de la version française de son site internet, l’Université normale de la Chine de l’est à Shanghai (ECNU) a ainsi organisé une réunion entre représentants de départements de communication d’universités chinoises de toute la Chine pour discuter des développements de leurs sites internet respectifs comme moyen d’attractivité auprès des étudiants internationaux.

La cérémonie d’anniversaire, présidée par le Vice-Secrétaire du Parti de l’Université normale de la Chine de l’est, M. CAO, et en présence de Mme FENG, directrice du département de communication de la commission de l’éducation de Shanghai, a été l’occasion de revenir sur la cérémonie de lancement de la version française du site (Ouverture du site internet français de l’ECNU ). Mme FENG a rappelé le rôle de modèle de l’ECNU qui en lançant un site en français montre l’importance de notre langue aux côtés du chinois et de l’anglais, langue étrangère jusqu’alors privilégiée par les universités.

Cette décision des universités de promouvoir, à travers leurs sites internet multi-langues, leurs actions auprès d’un public francophone reflète aussi la volonté de la municipalité de faire de Shanghai une ville internationale qui devrait attirer de plus en plus d’étudiants étrangers en offrant une éducation de qualité.

Ces initiatives pourraient renforcer la présence de notre langue sur le net dans les années à venir !

Dernière modification : 06/01/2015

Haut de page