L’interculturel en classe de FLE [中文]

Deuxième rencontre pédagogique des enseignants de français langue étrangère (FLE) du Jiangsu à l’Institut franco-chinois de l’université Renmin de Chine à Suzhou

Dans le cadre de ses actions de soutien aux enseignants de français langue étrangère (FLE), le service de coopération universitaire de l’Institut français de Chine du Consulat général de France à Shanghai a organisé les 7 et 8 avril 2018 la 2ème édition des Rencontres des enseignants de FLE du Jiangsu, en partenariat avec l’Institut franco-chinois de l’université Renmin de Chine à Suzhou.

Institut franco-chinois de l’université Renmin de Chine

Créé en septembre 2010 et localisé à Suzhou, l’Institut franco-chinois (IFC) de l’université Renmin de Chine est le premier institut sino-étranger de coopération développé en Chine dans le domaine des sciences humaines et sociales au sens large du terme. Il associe trois établissements d’enseignement supérieur français, Sorbonne Université, l’université Paul-Valéry-Montpellier et Kedge Business School à une université chinoise d’excellence, l’université Renmin de Chine.

Fondée en 1937, l’université Renmin de Chine est un établissement pluridisciplinaire classé parmi les trois meilleures universités du pays dans ses domaines de spécialité. L’université compte environ 25 000 étudiants et a pour vocation de développer des talents dans des disciplines aussi variées que les sciences politiques, le droit, l’économie, la finance, la gestion, le journalisme, etc. Elle est bénéficiaire des deux programmes d’excellence du ministère chinois de l’Éducation pour la réforme de l’enseignement supérieur (programmes 211 et 985).

L’IFC de l’université Renmin de Chine a pour objectif de former, sur son campus délocalisé à Suzhou, des spécialistes chinois trilingues dans les domaines de la finance, de l’économie, de la gestion, des langues étrangères appliquées et des humanités, et bientôt en journalisme.

Pour ces programmes, des cours de spécialité en français et des cours de FLE sont organisés tout au long du cursus. Les cours de spécialité sont dispensés par une équipe mixte d’enseignants chinois de l’université Renmin de Chine et d’enseignants résidents internationaux, majoritairement français, recrutés ou mis à disposition par les trois établissements d’enseignement supérieur partenaires. L’équipe pédagogique en FLE est également composée de 17 enseignants de langue maternelle française et 20 enseignants chinois diplômés en FLE.

L’IFC est ainsi l’un des instituts franco-chinois les plus importants en termes d’effectifs avec ses 1 200 étudiants, recrutés sur l’ensemble du territoire chinois à l’issue du concours unifié d’entrée à l’université, le gaokao. À l’issue de leur parcours universitaire, les étudiants obtiennent trois diplômes : licence longue (ou benke) de l’université Renmin de Chine, licence et master de l’établissement français où ils ont effectué leurs années de mobilité. A l’issue de leur double Licence, les étudiants sont aussi libres de se porter candidats à d’autres Masters en France comme en Chine.

Séminaire de formation

Le séminaire de formation a rassemblé plus de trente enseignants chinois et français de dix établissements d’enseignement supérieur autour de la thématique de l’interculturel en classe de FLE.

Jean-Marc Mangiante, Docteur en sciences du langage et Professeur des universités en linguistique française, didactique du FLE/FOS (français sur objectif spécifique), a tout d’abord assuré une conférence sur l’ingénierie de la formation en FOS et en FOU (français sur objectif universitaire).

Les besoins accrus de personnels qualifiés et compétents en français, et d’étudiants en mobilité formés à la méthodologie universitaire française, nécessitent la mise en place de formations adaptées, répondant à des objectifs précis, conçues en étroite collaboration avec les partenaires et commanditaires, à partir de données réelles à exploiter pédagogiquement. Jean-Marc Mangiante a ainsi expliqué la démarche à adopter pour monter de telles formations ciblées et spécifiques.

JPEGJean Marc Mangiante

Il a par ailleurs assuré un atelier de formation autour de la thématique de la démarche interculturelle en classe de FLE.

Selon lui, l’approche interculturelle ne doit pas se limiter à une simple comparaison entre la culture française et la culture d’origine de l’apprenant. À travers l’observation de faits culturels issus de documents authentiques didactisés, l’enseignant met en place une démarche qui favorise le questionnement, l’apport de savoirs et appelle à la réflexivité sur sa propre culture, pour mieux apprécier, comprendre la culture de l’autre. Jean-Marc Mangiante préconise ainsi une démarche interculturelle comme « construction d’un espace didactique interactionnel fondé sur la réflexivité et l’altérité ».

Le deuxième atelier de formation portait sur la production écrite d’un texte argumenté en français, qui répond à des critères précis. Catherine David a guidé les participants à analyser des copies pour qu’ils puissent visualiser les différences d’approche du texte argumenté pratiquées par les étudiants chinois francophones d’une part et les étudiants français d’autre part. Des activités pédagogiques facilitant la prise de conscience et la maîtrise d’outils linguistiques, sociolinguistiques ou pragmatiques par les étudiants chinois francophones ont également été proposées aux enseignants.

JPEG Catherine David

La 2ème Rencontre pédagogique a été pour les enseignants de FLE en poste en Chine une opportunité d’échanger sur leurs pratiques et d’adopter une approche réflexive sur leurs activités professionnelles quotidiennes, qui participent au rapprochement de nos deux pays.

JPEGPhoto de groupe

Eléments biographiques des deux intervenants

Jean-Marc Mangiante
Docteur en Sciences du langage, Jean-Marc Mangiante a obtenu en 2011 une habilitation à diriger des recherches (HDR) à l’université de Nice Sophia Antipolis.
Professeur des universités en linguistique française, didactique du FLE/FOS, à l’université d’Artois et membre du laboratoire de linguistique et didactique des langues Grammatica, Jean-Marc Mangiante est responsable du Master FLE/FLS/FOS en milieux scolaire et entrepreneurial ainsi que du Diplôme d’Université de Français sur Objectif Universitaire, de l’université d’Artois.
Responsable de la série Didactique des Langues au sein de la collection Etudes Linguistiques d’Artois Presse Université (APU) et de la revue scientifique Points Communs – REDLOS (Recherche en didactique des langues sur objectif spécifique) de la CCIP – IDF, il a participé à de très nombreuses publications. Il est également expert au comité de pilotage du programme « Dialogue d’expertise » de l’AUF et Président du comité scientifique FOS/FLP ainsi que Vice-Président du comité scientifique Mesure et Evaluation du centre de langue de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris – Ile de France (CCIP – IDF).
Ses recherches portent sur l’analyse de discours spécialisés, sur la didactique du français sur objectif spécifique et universitaire, la démarche interculturelle dans l’enseignement des langues et le français en contexte professionnel.

Ses projets de recherche actuels au sein de Grammatica concernent l’analyse des discours universitaires et des besoins linguistiques des étudiants allophones, et l’analyse des pratiques langagières en milieu professionnel ainsi que l’élaboration de référentiels de compétences.

Catherine David
Catherine David est Maître de conférences au Service universitaire de FLE (SUFLE), rattachée au Laboratoire Parole et Langage d’Aix-Marseille Université. Elle est également enseignante et formatrice en FLE depuis plus de 10 ans. Elle effectue des missions de formation en France et à l’étranger sur différents sujets en lien avec la didactique du FLE. Ses travaux de recherche portent sur la gestion de l’hétérogénéité des apprenants en classe de FLE. Elle s’intéresse d’abord aux démarches didactiques pour mieux prendre en compte l’hétérogénéité des niveaux des apprenants au sein d’une même classe (pédagogie différenciée). Elle se préoccupe aussi de l’hétérogénéité des langues maternelles et de leurs influences sur les productions écrites des apprenants de FLE. Elle travaille avec Tatiana Aleksandrova, Maître de conférences en linguistique, spécialiste de l’acquisition des langues étrangères, rattachée au laboratoire Lidilem, à l’Université Grenoble Alpes. Leur recherche porte sur la production écrite de textes argumentatifs par des étudiants chinois de niveau avancé à partir d’une analyse comparative qui s’inspire de la rhétorique contrastive et de la linguistique de l’acquisition. L’objectif de ce travail est d’accompagner au mieux les étudiants chinois qui désirent entrer à l’université française.

Dernière modification : 09/05/2018

Haut de page