L’eau, l’eau partout, si seulement nous partageons [中文]

Instituée par l’ONU après le sommet de Rio en 1992, la Journée mondiale de l’eau a pour objectif de sensibiliser la communauté internationale aux problématiques de l’eau.

La Journée mondiale de l’eau attire cette année l’attention sur l’importance de l’eau douce et en particulier d’une gestion durable des ressources. L’objectif est d’assurer à tous l’accès à l’eau potable.

La politique publique de l’eau en France

Une grande partie de la réglementation française sur l’eau découle des directives européennes, notamment de la directive-cadre sur l’eau qui a pour ambition de retrouver un bon état des eaux et des milieux aquatiques d’ici 2015.

Les grands enjeux de la politique française de l’eau sont autant qualitatifs − mise en œuvre de la directive-cadre européenne sur l’eau et atteinte des objectifs fixés pour 2015, efforts pour réduire les pollutions urbaines et agricoles diffuses − que quantitatifs − adaptation au changement climatique et aux phénomènes extrêmes (inondations et sécheresses).

La politique française de l’eau est fondée sur le principe d’une gestion à l’échelle des bassins des fleuves, des lacs et des rivières ainsi que sur la concertation et la participation des acteurs concernés que sont les élus des communes, les usagers de l’eau, les industriels, les agriculteurs et les associations de protection de l’environnement et de défense des consommateurs. Depuis 2005, les Français sont régulièrement consultés sur leur perception et leur adhésion à la stratégie à mettre en œuvre pour reconquérir le bon état des eaux dans leur région. Jusqu’au 30 avril 2013, ils sont invités à donner leur avis sur l’avenir de l’eau et des milieux aquatiques dans chaque grand bassin hydrographique du territoire.

Pour plus de détails, veuillez consulter la rubrique « La gestion de l’eau en France »

La politique de coopération française à l’international

La France a une longue expérience en matière d’action internationale vers les autres pays fondée sur les savoir-faire de ses différents acteurs au plan interne, tant en matière de gestion intégrée des ressources en eau que d’accès à l’eau et à l’assainissement.

En ce qui concerne les pays en développement, la France s’est fixé comme objectif le doublement de son aide dans le secteur de l’eau, en priorité en Afrique. Elle consacre actuellement 268 millions d’euros par an d’aide bilatérale et 100 millions d’euros par an d’aide multilatérale.

L’action extérieure des collectivités locales françaises constitue une contribution additionnelle à cet effort. En 2011, dans le cadre de la loi Oudin-Santini, plus de 26 millions d’euros ont ainsi été mobilisés par les collectivités locales françaises, les syndicats intercommunaux et les six Agences de l’eau afin de financer des projets de d’accès à l’eau et à l’assainissement.

Pour plus de détails, veuillez consulter le dossier « Water policy in France – Experience at the service of the international community »

La coopération franco-chinoise

La Chine mène d’importants travaux d’infrastructures et modernise ses modes de gestion de l’eau. Dans le but d’accompagner la Chine dans ce processus et de lui faire partager son expérience dans le domaine de l’eau, la France a conclu un accord de coopération avec la République populaire de Chine le 21 décembre 2009.

Dans le cadre de cet accord, la France et la Chine mène un projet de coopération pilote sur le bassin du fleuve Hai. Ce bassin s’étend sur 320 000 kilomètres carrés et couvre quatre provinces (Hebei, Shanxi, Henan, Mongolie intérieure) et deux municipalités autonomes (Pékin et Tianjin). La coopération porte sur trois domaines : gestion intégrée des ressources, protection et restauration des écosystèmes aquatiques, réduction des prélèvements d’eau et des rejets polluants.

Pour plus de détails, veuillez consulter la rubrique « La coopération franco-chinoise dans le domaine de l’eau ».

Dernière modification : 10/07/2019

Haut de page