Interview du mois - juillet/août 2008 : Zhang Kai

Zhang Kai dirige la section de protection du patrimoine de l’Institut de projet urbain de Tongji.

Zhang Kai - JPEGL’Université de Tongji et la Direction de l’Architecture et du Patrimoine du Ministère de la culture français ont mis en place un programme de coopération entre la France et la Chine concernant le domaine de la protection, de la gestion et de la mise en valeur du patrimoine architectural, urbain et paysager. Pouvez-vous nous parler de cette coopération ?

Cette coopération a débuté en 1998 avec un projet portant sur un plan de protection de la ville de Tongji. Pendant deux ans, de nombreux experts français dans ce domaine sont venus travailler en Chine. Parallèlement, deux urbanistes de l’Université de Tongji, moi-même et le professeur Shao Yong, sommes partis, en France, étudier les outils de protection du patrimoine lors d’un stage de six mois. Le plan de protection de la ville de Tongli a été approuvé en 2001. A la suite de ce plan, d’autres projets en matière d’architecture et de paysage se sont développés dans la ville de Tongli sur la place principale de Tongli, la place du Jardin Tuisi, la maison du patrimoine, le pavement des rues commerciales…Ces projets ont participé à l’élargissement de cette coopération à l’organisation de conférences, de séminaires et de voyages d’études. De même, une exposition sur l’architecture, l’urbanisme, le paysage et le patrimoine a été organisée à
l’Institut Français Architecture en 2008.

Quelles formes prend cette coopération ?

La spécialité de cette coopération est qu’elle n’est pas limitée exclusivement aux écoles et aux instituts ; l’échange concerne presque toutes les professions de l’architecture et du patrimoine. Il ne s’agit pas seulement d’élaborer des plans, mais également de suivre leur construction. Les professeurs, les fonctionnaires, les urbanistes, les architectes et les médias spécialisés sont aussi concernés.

Vous avez effectué plusieurs séjours en France, où vous poursuivez actuellement un doctorat. Quel est l’objet de cette recherche ?

Je travaille sur une thèse dont le sujet est « Transformation des zones résidentielles de la vieille ville du Shanghai contemporain à travers un projet de réhabilitation ». En tant qu’urbaniste, je m’occupe d’élaborer et de développer des plans d’aménagement. Les rapports entre les habitants, le gouvernement, les promoteurs, et nous, les professionnels, ne sont jamais simples, surtout quand il s’agit de rénover des quartiers anciens de grandes villes chinoises comme Shanghai. Cependant, je regrette que dans mon métier, on ne soit pas assez impliqué dans les rapports entres les différents acteurs sociaux. Nous vivons actuellement une période très riche, caractérisée par des changements nombreux et rapides et mon métier me permet de mieux comprendre les raisons des conflits entre les acteurs sociaux.

Vous-même, vous travaillez pour la préservation du patrimoine. Pouvez-vous nous parler du pavillon que vous avez réalisé à Tongli ?

Le pavillon du patrimoine de Tongli a été conçu selon le plan de protection de la ville. Ce projet a été proposé par Alain Marinos et Françoise Ged. Nous sommes partis d’un terrain vide, bien localisé dans un quartier calme et résidentiel, au bord d’un canal, éloigné du quartier touristique. L’idée de ce projet était de meubler cet espace vide, en créant un lieu contemporain tout en respectant l’histoire du paysage. Nous avons respecté l’environnement naturel de l’espace ; le long du canal correspond à une terrasse, où les visiteurs peuvent prendre un thé et profiter de la tranquillité du quartier. La toiture et les piliers ont étés conçus en respectant les formes traditionnelles de la région. Ce Pavillon est un centre d’exposition de l’histoire et de l’architecture locale de Tongli. Une salle de conférence a également été construite à coté de la terrasse afin d’accueillir des séminaires et des réunions.

Avez-vous des projets en cours de réalisation ?

Je suis actuellement en charge de la Direction de la protection du patrimoine de l’Institut d’urbanisme de Tongji. Notre équipe travaille généralement dans deux domaines : la réglementation et la réalisation. Depuis 2003, nous avons travaillé sur les réglementations des six quartiers historiques de Shanghai, y compris l’ancienne concession française et la vieille ville. Nous travaillons également à la réalisation du quartier ‘deux tours’ a Nanxiang dans l’arrondissement de Jiading, sur la réhabilitation d’un ancien village sur le Yangtsé à Tongling dans la province de l’Anhui, ainsi qu’à la reconstruction d’un ancien hôtel de Shexian dans l’Anhui également. travaille généralement dans deux domaines : la réglementation et la réalisation. Depuis 2003, nous avons travaillé sur les réglementations des 6 quartiers historiques de Shanghai, y compris la concession française et la vielle ville. Nous travaillons également à la réalisation du quartier ‘deux tours’ a Nanxiang dans l’arrondissement de Jiading, sur la réhabilitation d’un ancien village sur Yangzi à Tongling dans la province de l’ Anhui, ainsi qu’à la reconstruction d’un ancien hôtel de Shexian (Anhui).

Propos recueillis par Sabrina Grassi-Fossier

Dernière modification : 07/08/2014

Haut de page