Interview de Gwen & Gwen, représentantes de l’association Ker Shanghai

Gwenaële Chesnais & Gwenola Besrechel évoquent pour la Lettre de Shanghai l’historique de la présence bretonne à Shanghai et les projets de l’association Ker Shanghai, créée voici dix ans.

La Lettre de Shanghai : La présence bretonne en Chine, comme dans bien d’autres parties du monde, a parfois des accents légendaires. Qu’en est-il réellement ?

Gwenaële Chesnais et Gwenola Besrechel : Il y a quelques années, nous avons été contactées par René Berthier, un Breton né à Shanghai en 1946. Sa grand-mère Marguerite, originaire de St-Malo, aurait créé la première association des Bretons à Shanghai, Armor, dans les années 30, et l’aurait présidée jusqu’à sa mort en 1936.

Sur les 2500 membres de la communauté française de l’époque, on estime qu’il y avait une cinquantaine de familles bretonnes. La Concession française bénéficiait de sa propre police, société de tramways, brigade de sapeurs-pompiers... et le nombre élevé de Bretons s’explique par le recrutement par le biais de la Marine nationale, 90% des marins étant bretons.

L’association se réunissait plusieurs fois par an dans un bungalow sur un terrain qu’elle possédait au nord du Huangpu. A l’époque, l’ensemble de la communauté bretonne parlait breton !

Ceci perdura jusqu’à la fin de la 2ème guerre mondiale, lorsque tous les Français durent quitter Shanghai.

Fest-Noz organisé en 2013 par Ker Shanghai, avec les danseurs du Bagad Elven - JPEG

LDC : Y a-t-il un secteur d’activité où les Français réclamant un profil « breton » sont particulièrement représentés ?

G&G : Les Bretons sont bien entendus assez bien représentés en Chine dans le secteur agro-alimentaire notamment au Shandong du fait du jumelage avec cette province et de l’existence d’un bureau de représentation de la région depuis de nombreuses années. En revanche à Shanghai, nos membres viennent de tous secteurs, industrie, services, biens de consommation, restauration etc...

LDC : La Bretagne est-elle une région connue des Shanghaiens ?

G&G : Des entreprises bretonnes comme le groupe Beaumanoir, surtout connu sous l’enseigne Cache-Cache, les produits Yves Rocher, les crêpes-dentelle Gavottes qui à notre grand plaisir, sont en vente partout depuis quelques années, les marinières d’Armor Lux qui ont habillé les épreuves nautiques des Jeux olympiques en 2008, le restaurant la Crêperie... ont contribué à faire connaitre la Bretagne à de plus en plus de Chinois et Shanghaiens.

 Le festival du tourisme de Shanghai a invité à plusieurs reprises un Bagad [xxx] qui s’est produit sur la Nanjing Lu, ce qui a permis de faire découvrir musique et danse bretonnes à un large public. Mais il reste encore beaucoup à faire sur ce point.

LDC : Pouvez-vous nous présenter votre association ?

G&G : L’origine de Ker Shanghai remonte à 2004, date à laquelle l’Association des Amis de la Bretagne de Shanghai (AABS) a été créée par Pierre-Yves Connan, alors également Président de l’OBE-Bretons du Monde. Suite à sa disparition brutale en 2005, l’association est restée inactive jusqu’en 2008.

C’est en 2008 que Ker Shanghai, l’Association des Bretons et des Amis de la Bretagne de Shanghai est née, et que les activités de l’Association ont été relancées.
Une prochaine rencontre des Bretons et amoureux de la Bretagne est prévue en octobre et nous vous tiendrons informés lorsque date et lieu seront finalisés : l’idée est de se retrouver autour de quelques jeux de palets et de bolées de cidre ! Nous espérons organiser un autre Fest-Noz en mai prochain, et aurons besoin de volontaires pour mettre en place cette fête réunissant la communauté bretonne et chinoise au son des cornemuses et des bombardes. 

Dernière modification : 26/09/2014

Haut de page