Interview croisée de MM. Eric VETEAU et Manfred LAUCK, proviseurs de l’eurocampus franco-allemand

A l’occasion des prochaines célébrations du 50ème anniversaire du Traité de l’Elysée, la Lettre de Shanghai a sollicité MM. Eric VETEAU, proviseur du Lycée français de Shanghai (LFS) et Manfred LAUCK, proviseur de la "Deutsche Schule Shanghai" (DSS), deux établissements qui partagent le même « eurocampus ».

Lettre de Shanghai : Quand et comment est né le LFS ? Comment s’est-il intégré avec l’école allemande DSS, et comment les deux établissements ont-ils évolué (nouveaux aménagements, ouverture du second site, etc.) ?

M. Eric VETEAU : L’école française de Shanghai a vu le jour en 1996. Le changement de dénomination en faveur de « Lycée français de Shanghai » date de 2009, afin de mieux refléter le cycle complet de la petite section de maternelle jusqu’à la terminale.

Aujourd’hui, le LFS et la DSS ont tous deux deux campus : chacun le sien à Pudong, et celui de Qingpu, partagé dans le cadre de l’« eurocampus ». Ce dernier a accueilli ses premiers élèves en 2005, et a connu quatre phases de développement depuis sa création, la dernière s’achevant avec l’ouverture prochaine de 1.000m2 nouveaux de centre de documentation. Chaque établissement conserve son identité propre mais l’eurocampus a été conçu dès le départ en partenariat à parité avec la DSS. Ce fonctionnement est toujours d’actualité, la gestion et le développement de l’eurocampus étant validés dans le cadre d’un Euroboard qui se réunit mensuellement.

L.D.S. : Présentez-nous l’ « eurocampus », a-t-il vocation à être le lycée d’accueil de tous les écoliers européens ?

E. V. : Tous les élèves sont les bienvenus à l’eurocampus, quelle que soit leur nationalité. Le LFS a bien entendu pour vocation d’accueillir les jeunes français et francophones, mais des élèves de 20 nationalités différentes y sont scolarisés en 2013.

Hr. Manfred LAUCK : Au sein de l’eurocampus, la DSS suit le programme scolaire allemand et la langue d’enseignement en est l’allemand, ce qui veut dire que nous exigeons un bon niveau de communication en allemand de la part de nos élèves. La plupart d’entre eux sont Allemands, quelques-uns sont Autrichiens ou Suisses, mais nous accueillons aussi des élèves d’autres nationalités.

L.D.S. : En quoi le fonctionnement en cohabitation d’un établissement comme le vôtre diffère-t-il d’un autre ? Comment expliquez-vous la réussite de vos élèves ?

E. V. : La caractéristique essentielle du fonctionnement de l’eurocampus est le partage des services de gestion comme le transport scolaire, la restauration, l’entretien, la documentation, l’infirmerie, etc. et de certaines infrastructures (notamment les installations sportives). Cela fonctionne bien dans le cadre d’une collaboration au quotidien et d’une volonté réciproque d’offrir aux élèves les meilleures conditions d’études et de vie possibles. Nous partageons également des choix fondamentaux, par exemple en matière de calendrier scolaire, de règles de vie dans l’établissement, d’équipements, etc. Chaque établissement conserve néanmoins son organisation propre, notamment au niveau des enseignements qui restent spécifiques à chaque système scolaire.

De nombreux facteurs peuvent expliquer la réussite de nos élèves, qui se combinent les uns aux autres en un cercle vertueux. Soulignons en particulier la qualité, la compétence et l’investissement des personnels. Les filières linguistiques innovantes, favorisant le multilinguisme, l’organisation pédagogique en groupes de taille modérée et de progression, la qualité des locaux et des équipements, le recours aux outils informatique sont des facteurs essentiels du succès au LFS. Je sais que la DSS n’est pas en reste de ce point de vue, je laisse le soin à mon collègue de vous en parle.

M. L. : Notre école suit le fonctionnement classique d’une école allemande dont nous suivons le règlement et les obligations administratives, notamment pour l’Abitur (baccalauréat allemand). Du fait de la grande activité et mobilité de la communauté allemande d’affaires à Shanghai, nous estimons entre 20 et 25 % chaque année la part de nos élèves qui arrivent d’Allemagne ou vont retourner y étudier. Cela nous oblige à leur fournir un enseignement qui les prépare à réintégrer une école allemande ou à suivre une carrière dans ce pays dans les meilleurs conditions possibles. L’appartenance à l’eurocampus autant que notre présence à Shanghai nous donnent néanmoins un avantage unique : nos élèves y trouvent une occasion de faire l’expérience du brassage des cultures qu’ils n’auraient pas en Allemagne. Qui plus est, notre statut privé et notre bon financement offrent des équipements d’une meilleure qualité et une équipe pédagogique plus importante qu’une école publique allemande moyenne.

JPEG - 67.1 ko
Deux proviseurs heureux de leurs événements cmmuns

L.D.S. : Quelles actions menez-vous en commun pour vos élèves ? Encouragez-vous l’apprentissage mutuel de la langue ?

E. V. : Bien que nos rythmes scolaires et l’organisation de nos enseignements soient assez différents (nous fonctionnons par exemple sur des plages horaires de 55 minutes contre 1h30 à la DSS), de nombreuses activités sont conduites tout au long de l’année impliquant des élèves des deux établissements, que ce soit en sport, dans le cadre de la prévention des conduites à risque (journée de prévention contre le SIDA), ou en matière de spectacles, de conférences et d’échanges étudiants (ex : quinzaine franco-allemande au cours de laquelle les élèves germanistes du LFS vont vivre dans les familles allemandes, et inversement la semaine suivante). La cérémonie de célébration du 50ème anniversaire du Traité de l’Elysée sera de ce point de vue un temps fort pour nos deux communautés. Nous souhaitons aussi par exemple étudier la possibilité de mettre en place prochainement une section bilingue français-allemand entre nos deux établissements au collège.

M. L. : Nous avons beaucoup d’activités en commun dans les domaines du sport, des arts plastiques, de la musique, ou de projets que nous organisons régulièrement pour les élèves de nos deux écoles, et nous avons la volonté d’en faire plus encore. Le français fait traditionnellement partie des langues vivantes 2 souvent enseignés dans les écoles allemandes à partir du 6ème niveau. A Shanghai, nos élèves font le choix entre le français et le latin, et 60 à 70% d’entre eux choisissent d’apprendre le français à 11 ans.


L.D.S. : Présentez-nous votre stratégie de positionnement international (cursus anglophone et sinophone, création de l’association des Anciens élèves (2011), etc.) ?

E. V. : Il s’agit d’un vaste sujet mais la maîtrise des langues étrangères est indispensable à la réussite future des élèves et le LFS en a fait une de ses premières priorités avec l’excellence des enseignements ! Le LFS occupe de ce point de vue une position de leader au sein des établissements français à l’étranger relevant du réseau AEFE (près de 400 à travers le monde). Son offre linguistique unique (représentée ci-dessous) permet à chaque élève de suivre un parcours linguistique riche et original depuis la moyenne section de maternelle jusqu’à la terminale. En plus de l’enseignement de l’anglais et du chinois à tous les niveaux, chaque élève a le choix entre un parcours bilingue (français et anglais à parité) ou en section internationale en chinois. A partir du lycée, possibilité est donnée aux élèves de choisir une section européenne en anglais ou une section internationale en chinois ou "américaine".

JPEG

Ce dispositif permet de réaliser un véritable multilinguisme validé dans le cadre de certifications externes (HSK en chinois, IGCSE en anglais).

M. L. : La DSS suit le système scolaire scolaire allemand et ne peut pas réellement être considérée comme une école internationale. Néanmoins, parce que l’anglais est la lingua franca de notre époque, nous proposons des enseignements en anglais dès la maternelle et des cours d’anglais en tant que tels dès l’école primaire. Le chinois est une option que les élèves ont la possibilité d’apprendre depuis le primaire jusqu’à la terminale. Nous avons aussi un programme d’enseignement bilingue dans lequel l’histoire et la géographie sont enseignées en anglais depuis le 8ème niveau jusqu’à l’Abitur.

L.D.S : Comment envisagez-vous l’avenir du Lycée, son développement ?

E. V. : Le développement du LFS s’inscrira à la fois dans le cadre de son futur projet d’établissement qui est en cours d’élaboration et tiendra également compte de la croissance de ses effectifs : 529 élèves à la rentrée 2003, 1.567 à la rentrée 2012, ce qui correspond à un triplement des effectifs en 10 ans, cela tout en assurant la progression des résultats. Avec 1.085 élèves au LFS et 930 à la DSS, l’eurocampus est aujourd’hui au maximum de sa capacité d’accueil ; l’accroissement des effectifs est donc supporté par le campus de Pudong, qui est lui-même proche de la saturation. Le Comité de gestion du LFS, en lien avec celui de la DSS, réfléchit donc au développement de l’établissement dans un contexte de renchérissement et de raréfaction des espaces disponibles sur Shanghai, et d’incertitude quant à la croissance future des demandes d’inscriptions.

M. L. : Comme Eric l’indique, l’eurocampus a atteint sa capacité d’accueil maximale et nous possédons un autre campus à Pudong où nous entrevoyons des possibilités de croissance. Au stade actuel, le LFS et la DSS travaillent à répondre à la demande grandissante pour la maternelle et pour de plus grands locaux.

L.D.S : Un dernier mot ?

E. V. : Le partenariat avec la DSS est une expérience unique et extrêmement positive et enrichissante. Nos deux établissements, et en premier lieu nos élèves, bénéficient pleinement de la synergie mise en place et d’une expérience européenne exceptionnelle. “50 Jahre nach Unterzeichnung des Vertrags sind die deutsch-französische Freundschaft und die Ideale von General de Gaulle und Bundeskanzler Adenauer mehr denn je die Quelle des Erfolges und der Brüderlichkeit zwischen beiden Nationen.”

M .L. : La longue amitié et la relation privilégiée entre la France et l’Allemagne est un modèle spectaculaire de réussite pour beaucoup d’autres pays et a joué un rôle de premier plan dans la construction de l’Europe comme espace de liberté, de démocratie, d’amitié et de paix dans le monde. Nous pouvons tous être fiers et heureux d’en faire partie et de le symboliser à travers notre eurocampus. "Ainsi, nous avons une profonde obligation d’utiliser cette chance pour développer davantage la compréhension, de la sympathie et l’amitié entre les peuples de nos pays en encourageant nos élèves à apprendre à se connaître les uns les autres, à apprendre ensemble et les uns des autres et à réaliser les idéaux et les rêves du Général de Gaulle et de Konrad Adenauer."

Le programme de la journée de célébrations des deux lycées, le 22 janvier 2013 :

- 8h00-10h45 (école primaire) : Discours des responsables des deux cycles primaires, chants et ateliers d’échange.
- 11h30-12h30 (collège) : Echanges entre élèves des deux établissements pour apprendre à se connaître et développer des liens d’amitié, puis compétitions sportives mixtes incluant les professeurs (tennis de table notamment).
- Déjeuner : lever des drapeaux et menus mixtes.
- 13h15-15h00 (secondaire) : Discours des directeurs et des deux Consuls généraux, hymnes nationaux, chansons, présentations audiovisuelles réalisées par les étudiants, concert.
- 19h30-22h00 (avec les parents d’élèves) : accueil par les chefs d’établissements et les Consuls généraux, spectacle et concert, repas, jeu concours avec prix et feux d’artifices.

Dernière modification : 07/08/2014

Haut de page