Indopacifique [中文]

Réponse de M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, à une question d’actualité au Sénat (Paris, 4 avril 2019)

Merci beaucoup Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Sénateurs et les Sénatrices,

Monsieur le Sénateur,

Merci beaucoup de votre question car, nous pouvons le mesurer à travers l’action et la représentation des sénateurs représentant les territoires d’outre-mer, la France est véritablement un pays monde. C’est pourquoi il y a cette stratégie indopacifique qui est assumée et revendiquée par le Président de la République. Vous le savez, en mai dernier, il a déjà pu tenir un dialogue de haut niveau avec un certain nombre de chefs d’État et de gouvernement des États insulaires voisins des territoires ultra-marins concernés. Il a souhaité pouvoir tenir un cinquième sommet France-Océanie.

Ce sommet se tiendra, soit dans les derniers mois de l’année 2019, soit dans les tout premiers mois de l’année 2020. Il sera important parce que la France, dans le Pacifique, c’est un million et demi de compatriotes, c’est une richesse inégalable en termes de biodiversité, ce sont aussi des partenariats stratégiques, je pense en particulier à l’Australie ; ce qui explique aussi le fait que le Président de la République, le Premier ministre et de nombreux ministres dont Frédérique Vidal dernièrement, ont pu se rendre dans cette zone.

À l’ordre du jour du sommet, comme vous le proposez, il sera opportun d’agir sur l’économie verte, l’économie bleue, mais les sujets géostratégiques liés à la liberté de circulation et de navigation que vous évoquiez en filigrane dans votre question seront aussi des sujets d’intérêt commun.

En tout cas, soyez assurés de la détermination du président de la République et du gouvernement à porter une politique ambitieuse pour l’Indopacifique auquel nous participons pleinement.

Dernière modification : 09/04/2019

Haut de page