Inside China - L’Intérieur du Géant : exposition au K11 Art Center

L’exposition INSIDE CHINA – L’INTERIEUR DU GEANT, co-organisée par le Palais de Tokyo et la K11 Art Foundation, est ouverte depuis le 1er août. Les visiteurs peuvent venir la voir au K11 Art Center jusqu’au 31 août 2015.

JPEG - 149.3 ko
(De g. à dr. à partir de la 5ème personne) Aude Pariset, Joey Tang, Khairuddin Hori, Victor Wang, Thomas Rollet, Eric Chan, Chen Nan, Fritz Huang

« L’artiste n’est pas seul à accomplir l’acte de création car le spectateur établit le contact de l’œuvre avec le monde extérieur en déchiffrant et en interprétant ses qualifications profondes et par là ajoute sa propre contribution au processus créatif »

C’est par ces mots de Marcel Duchamp que Victor Wang, commissaire avec Joey Tang de l’exposition Inside China – L’Intérieur du Géant, invite les visiteurs à cette rencontre entre l’art contemporain chinois et français, inaugurée au centre K11 à Shanghai. L’exposition réunit et entremêle sobrement les œuvres de six artistes chinois (Cheng Ran, Li Gang, Wu Hao, Yu Ji, Zhao Yao, Edwin Lo) et quatre artistes français (Mathis Collins, Renaud Jerez, Jonathan Martin et Aude Pariset), sous le patronage de Nadar, dont le cliché de l’intérieur d’une montgolfière donne son titre à l’exposition « l’Intérieur du Géant ». L’exposition est réalisée en partenariat par la K11 Art Foundation, que représentaient à l’inauguration MM. Eric Chan, directeur de la K11 Foundation Southern China et Fritz Huang, directeur du département des expositions de K11., et le Palais de Tokyo de Paris, représenté par M. Khairuddin Hori, directeur-adjoint de la programmation du Palais de Tokyo.

JPEG - 73.9 ko
You Can’t See Me, Now 2 (au fond), I Am Your Night n°5, ZHAO Yao, 2012

Cette génération d’artistes chinois, comme l’a souligné M. Khairuddin Hori, dans son allocution d’inauguration, est une génération particulièrement introspective, peu soucieuse des effets, mais davantage du regard sur le monde, le soi et l’art. Cette volonté d’interroger le regard sur le monde extérieur se retrouve dans bon nombre d’œuvre en volume présentées à l’exposition.

JPEG - 48 ko
Pasta Hostis II, Aude Pariset, 2014

Pour être introspectives, les œuvres ne délaissent pas néanmoins le discours et la réflexion sur la société moderne, comme le prouvent les installations vidéo d’Edwin Lo, qui a posé sa caméra sur les docks de Hong-Kong et dans les usines de Doumen. La préoccupation environnementale se lit également dans l’œuvre de Li Gang intitulée The End, qui présente un bâton d’encre fait à partir de suie d’échappement. Les pantins désarticulés en PVC de Renaud Jerez, enfin, suggèrent une vision inquiète et dérangeante de la modernité.

JPEG - 57.3 ko
D, Renaud Jerez, 2014

L’exposition a été présentée à Paris à l’automne 2014 et à Hong-Kong début 2015. Le public shanghaien peut dorénavant la découvrir au K11 Art Museum, du 1er eu 31 août, de 10h à 20h.

JPEG - 146.7 ko
Smudgy, YU Ji, 2015

Dernière modification : 11/08/2015

Haut de page