Gazette de Changhai - 90 : Les services de vaccination de la Municipalité

Face à l’afflux des réfugiés dans la ville, la Municipalité Française s’attela à une campagne de vaccination systématique de la population étrangère et autochtone. Ces services commencèrent en 1931 et dès 1938 des millions de vaccins furent inoculés. En 1942 la vaccination anti-cholérique devint obligatoire et cette campagne épargna ainsi la ville d’une épidémie meurtrière.

Une campagne de vaccination initiée en 1931

Axée sur la vaccination, la politique préventive de la Municipalité Française s’effectua à travers la création d’équipes mobiles de vaccination et d’un Dispensaire Municipal ouvert à toute personne résidant dans la Concession.

Le service mobile de vaccinations gratuites débuta fin 1931 ; devant une population réticente, l’administration décida de le placer sous la direction d’un médecin chinois ancien élève de l’université l’Aurore, titulaire du diplôme de l’Institut d’hygiène de l’université de Paris : il réussit en effet à convaincre les Chinois et le nombre des vaccinations augmenta, d’où la décision d’étendre les vaccinations à tous les services publics et à toutes les entreprises.

PNG - 437.7 ko
Illustration 1 : Campagne de publicité pour les vaccinations

En octobre 1933 fut inauguré le Service d’Inspection médicale des écoles municipales pour enfants étrangers et chinois, qui assurait les vaccinations, les examens médicaux d’entrée et veillait à l’hygiène générale des établissements scolaires. Le médecin chef du Service des vaccinations visitait tous les lieux publics, les entreprises et commerces pour établir leur état sanitaire et recommander les mesures prophylactiques à engager ; des équipes mobiles visitaient et vaccinaient le personnel des établissements classés, ateliers, usines, cafés, boulangeries, boucheries, cinémas, dancings, etc.

Le Dispensaire municipal de la rue Amiral Bayle (Huangpi nan lu) ouvrit en janvier 1931 pour accueillir une partie des bureaux des services sanitaires et effectuer les vaccinations gratuites ; près du dispensaire était installé le laboratoire qui effectuait les analyses pour dépister les personnes atteintes de maladies contagieuses.

Une systématisation des vaccinations

Afin de tenter de combattre les épidémies, la Municipalité Française systématisa les vaccinations. En 1938 et en 1939, plus d’un million de vaccins anti-cholérique, produits localement par l’Institut Pasteur, furent administrés. La Municipalité vaccinait également la population contre la variole, et, à plus petite échelle, contre la fièvre typhoïde, ainsi qu’une centaine de vaccinations anti-diphtériques et ce, dès 1938.

PNG - 7.5 ko
Total des vaccinations pratiquées par la municipalité française
PNG - 13.9 ko
Vaccinations anti-cholériques, répartition en 1939

En 1937-38, l’évacuation des ordures ménagères était devenue irrégulière en raison de l’arrêt du transport fluvial et du contrôle exercé par les Japonais, mais suite aux épidémies virulentes de 1937 et 1938, les services d’hygiène renforcèrent leur surveillance pour l’enlèvement quotidien des ordures ménagères.

Pour éviter la pullulation des mouches agents de propagation de maladies infectieuses, les services d’hygiène s’assuraient que les ordures ou les excréments ne s’accumulent pas trop longtemps dans un endroit, avec une attention particulière portée à l’eau et aux aliments. Ainsi les puits furent fréquemment javellisés : deux mille interventions en 1938, deux mille quatre cent quatre vingt en 1941.

Un autre versant de l’action municipale consista en une propagande intensive menée par le biais de la radio, de la presse, par la diffusion de tracts et d’affiches multilingues qui avaient pour but d’informer le public sur les mesures de prévention à adopter. Cette campagne d’affichage utilisaient les dessins du Docteur Malval afin d’éveiller l’intérêt des passants et les inciter à se faire vacciner. Dans les écoles, des conférences présentaient les bienfaits de la vaccination.

PNG - 145 ko
Illustration 2 : Dessins du Docteur Malval – archives de Louis Malval
PNG - 114.6 ko
Illustration 3 : Dessin du Docteur Malval – archives de Louis Malval

En 1942, la municipalité française lança des campagnes anti-cholériques de grande ampleur, en liaison avec le ‘Comité de Protection contre les maladies épidémiques’ créé le 6 mars 1942 par les autorités militaires et navales japonaises. Les services d’hygiène travaillaient alors avec la police en bloquant une section de rue pour vacciner tous les passants qui n’étaient pas munis d’un certificat, et passaient ainsi d’un quartier à un autre.

A partir de 1942, les vaccinations prirent un caractère obligatoire et il devint difficile de s’y soustraire, sauf à ne plus pouvoir se déplacer hors des limites de Shanghai ni obtenir des denrées alimentaires.

Ce fut donc grâce à cet effort incessant des autorités de la Municipalité que bien des menaces sanitaires furent évitées, en ces années de guerre larvée où se réfugiait à Changhai toute la misère du monde…..

Le sujet des ordures ménagères, quoique peu reluisant, fut cependant une préoccupation majeure des autorités des Concessions. C’est à son évolution au cours du temps que nous consacrerons le prochain article. Restez branchés…..

PNG - 252 ko
Illustration 4 : Campagnes de vaccination

Dernière modification : 14/10/2015

Haut de page