Chimie : formation sino-française à l’Université des sciences et technologies de la Chine de l’est

La fédération Gay-Lussac (FGL), qui regroupe 19 écoles de chimie et de génie chimique, a signé vendredi 12 novembre la convention constitutive du programme sino-français de formation d’ingénieurs « 3+3 » avec l’Université des sciences et technologie de la Chine de l’Est (ECUST), officialisant ainsi un programme débuté en 2009.

Forte d’une longue expérience à l’international et consciente des enjeux stratégiques que représente pour les entreprises françaises la formation d’ingénieurs chinois à la française, la FGL a inauguré en septembre 2009 le programme « 3+3 » en partenariat avec l’East China University of Science and Technology (ECUST) à Shanghai. Université pluridisciplinaire de 26.000 étudiants qui compte parmi les 15 premières universités nationales de Chine, l’ECUST a une tradition forte dans les domaines de la chimie, des matériaux, des procédés et de l’ingénierie en général. Elle possède un laboratoire clé au niveau national en ingénierie chimique.

Le programme est fondé sur l’alternance de la formation entre la Chine et la France, selon le schéma suivant : 3 années préparatoires à l’ECUST en Chine et 3 années dans les cycles d’ingénieurs d’une des écoles de la FGL. A l’issue de la quatrième année du parcours, les étudiants chinois obtiendront le bachelor (benke) délivré par l’ECUST, puis à l’issue de la sixième année, le titre français d’ingénieur diplômé d’une des Ecoles de la FGL et un grade de master. Les spécialités concernées sont la chimie, le génie chimique, le génie environnemental, le génie des matériaux polymères, le génie des matériaux inorganiques non métalliques et le génie des matériaux composites.

Les étudiants sont formés intensivement aux langues française et anglaise durant les trois premières années, et reçoivent des enseignements scientifiques (mathématiques, physique, chimie, informatique) en chinois puis progressivement en langue française. Par ailleurs, le programme devrait permettre à des élèves ingénieurs de la FGL de suivre des enseignements de master à l’ECUST. La FGL envisage également sur le long terme de développer des collaborations dans la recherche (programmes de recherche, thèses en co-tutelle...).

Dès octobre 2009, une première promotion de 16 étudiants a été recrutée. Cette année, c’est une promotion d’une quarantaine d’étudiants qui a été recrutée. L’objectif est de d’augmenter graduellement le nombre d’étudiants recrutés de ce programme. La première promotion partira en France pour la rentrée 2012.

Rappelons que l’industrie chimique française est au 5ème rang mondial (la chimie est la 2ème industrie française après l’automobile), juste derrière la Chine. En termes de chiffre d’affaires à l’exportation, la chimie représente en France 100 milliards d’euros par an (au 3ème rang mondial après l’Allemagne et les Etats-Unis). Il s’agit donc un secteur d’importance et nous ne pouvons que nous réjouir de la mise en place d’une telle coopération entre la FGL et l’ECUST dans le domaine de la formation aux métiers de la chimie.

Siegfried FAU,
Service de coopération universitaire

Dernière modification : 16/02/2011

Haut de page