Explorer les mystères du cerveau [中文]

« The Next Frontier : Exploring the Brain », titre intriguant pour cette conférence organisée au musée des Sciences et Technologies de Shanghai (SSTM) le 28 juin 2014 qui a vu présenter les enjeux des nombreux projets et initiatives lancés autour de l’étude du cerveau, dont les mécanismes nous sont encore largement inconnus.

Chine, Etats-Unis et Europe : tous ont lancé une grande initiative, un grand projet pour étudier cet organe si complexe et si fascinant : le cerveau. Demain d’autres pays comme le Japon et l’Australie lanceront leur propre programme dans ce qui s’annonce déjà comme une des plus grandes entreprises scientifiques depuis le projet « Human Genome Project » (consacré à l’étude complète du génome humain) ou les débuts de l’exploration spatiale. Trois experts venus de Chine, d’Europe et des Etats-Unis, se sont réunis, pour la première fois depuis le lancement de ces projets, pour présenter le contenu et les objectifs de leurs recherches. Et si tous les pays se lancent dans un vaste plan national, la coopération est fondamentale tant les approches sont complémentaires. Le programme chinois s’attachera par exemple au rôle du cerveau dans les maladies neurodégénératives. Le directeur de l’Institut des Neurosciences de l’Académie des Sciences de Chine, le Professeur POO Mu-ming a ainsi détaillé le projet de « constitution d’une base de données recensant les bio marqueurs intervenant dans le développement des maladies neurodégénératives ». Ce projet devrait permettre d’intervenir en amont pour la prévention et le dépistage de maladies comme celle d’Alzheimer qui touchera 9 millions de personnes en Chine en 2050.

Comprendre le cerveau c’est d’abord comprendre les mécanismes biologiques fondamentaux qui régulent son fonctionnement : c’est ce qu’a rappelé avec force, le Professeur William MOBLEY, impliqué dans le projet américain BRAIN Initiative (Brain Research through Advancing Innovative Neurotechnologies) qui se propose notamment d’en dresser une cartographie très précise, et à différents niveaux de détail (depuis la synapse jusqu’au cerveau en entier). Enfin, comprendre le cerveau, c’est aussi ouvrir des possibilités pour améliorer de nombreuses technologies déjà existantes comme la robotique. Le Professeur Marc-Oliver GEWALTIG, de l’Université Polytechnique fédérale de Lausanne, a proposé une présentation de ce à quoi pourraient ressembler les robots de demain, intégrant des modes de raisonnement propre au cerveau (Brain Inspired Robot Control).
Toutes ces avancées, toutes ces perspectives ne sont pas sans poser des questions fondamentales sur le plan de l’éthique. Dans quelle mesure peut-on modifier, ou du moins améliorer les performances d’un cerveau ? Peut-on isoler des « modèles de raisonnement » plus efficaces via les observations réalisées grâces aux technologies IRM ? L’objectif de cette conférence était de permettre au grand public de se saisir de ces questions, et d’installer une forme de transparence sur l’objet des recherches actuelles en neurosciences : les nombreuses questions posées ont témoigné un véritable intérêt pour comprendre les enjeux et les conséquences concrètes que des futures découvertes pourraient soulever. Cet évènement était organisé à l’issue d’une semaine d’échanges scientifiques à Suzhou (symposium CSHA / NGF) qui s’est tenue dans le cadre du cinquantenaire des relations diplomatiques franco-chinoises. Le Professeur Brian RUDKIN (Directeur de Recherches au CNRS à l’ENS Lyon, co-organisateur des deux événements) a conclu en rappelant le rôle fondamental que doit jouer la coopération internationale pour relever les défis immenses qui subsistent pour percer les mystères du cerveau.

JPEG - 26.7 ko
De gauche à droite
Professeur WANG Xiaoming, directeur du musée des Sciences et Technologies de Shanghai
Professeur Marc-Oliver GEWALTIG
Professeur William MOBLEY
Professeur POO Mu-ming

Dernière modification : 16/09/2019

Haut de page