Entretien avec Intuition RH, la commission RH de la JCEF

La Lettre de Shanghai a rencontré Julia GUIGUI, responsable de la commission RH de la Jeune Chambre Economique Française de Shanghai.

La JCEF de Shanghai est une association loi 1901 à but non lucratif affiliée à la Junior Chamber International, ouverte aux jeunes français de 18 à 40 ans dans le but de :

  • mener à bien des actions concrètes pour aider à résoudre des problèmes économiques, sociaux et culturels liés à la ville
  • favoriser l’engagement et l’interaction de ses membres avec la société shanghaienne
  • former, par l’action, ses membres pour en faire de meilleurs citoyens.

JPEG

Intuition RH est la commission orientée sur les Ressources Humaines de la JCEF de Shanghai, mise en place au sein du bureau 2014. Son équipe est composée actuellement d’Amélie Mangerest, responsable de projets RH (prochainement remplacée par Cynthia Boissieux), de Noëmie Farigoules, responsable marketing et communication, et de Julia Guigui, responsable de la commission RH.

PNG

La Lettre de Shanghai : A travers quelles activités la commission Intuition RH accompagne-t-elle les projets professionnels individuels et favorise-t-elle la recherche d’emploi à Shanghai ?

Julia Guigui : Intuition RH propose aux membres de la JCEF :

  • Des conférences pour aborder les problématiques RH en Chine, animées par des intervenants RH (marché de l’emploi, rétention des salariés, formation et développement de carrière) le soir en semaine ;
  • Deux ateliers pour accompagner les projets professionnels individuels dispensés par des professionnels RH, le samedi après-midi :
    - Préparation et simulation aux entretiens de recrutement en fonction des objectifs professionnels des participants et bilans d’évaluation
    - Retours sur CV et lettres de motivations.

LDS : Quels ont été les grands rendez-vous, les moments forts de l’année et quels sont les projets à venir ?

J.G : Il s’agit des trois conférences que nous avons organisées cette année, dont une en partenariat avec la Commission Biznest de la JCEF, qui était orientée sur l’entrepreneuriat.

Notre équipe participe également aux apéros mensuels de la JCEF, où toutes les commissions sont représentées afin d’échanger sur des projets et innover. Nous sommes toujours à la recherche de professionnels RH qui souhaiteraient intervenir auprès de la communauté française de Shanghai.

Les projets à venir :

  • Le 24 janvier 2015 de 14h à 17h : Un atelier individuel pour la préparation et la simulation aux entretiens de recrutement, des retours sur CV et lettres de motivations ;
  • Le 5 février 2015 à 19h30 : Une conférence "Le guide du salaire en Chine : conseils et retours d’expériences" par Sébastien Follain, Chef de Projet RH Asie - Plastic Omnium.
  • Point de contact : commission-rh@jcef-shanghai.com

LDS : Pouvez-vous nous parler des problématiques RH et dresser un panorama des jeunes actifs français à Shanghai (les tendances du marché de l’emploi, les entreprises qui recrutent, stages, VI) ?

J.G : Les problématiques RH en Chine sont principalement l’évolution chronique du marché de l’emploi, et la fidélisation des salariés pour les entreprises. Pour les jeunes étrangers, la Chine n’est plus l’eldorado de l’emploi comme elle pouvait l’être auparavant. Les places dans les grandes structures se font de plus en plus rares, car les Chinois montent en compétences techniques, et acquièrent plus rapidement les compétences nécessaires au bon fonctionnement d’une entreprise.

Il devient difficile pour les étrangers qui ne parlent pas chinois de se positionner face à un candidat moins regardant sur le salaire et tout aussi compétent : ce dernier aura souvent étudié et/ou fait des stages à l’étranger, avant de revenir travailler en Chine.

Aujourd’hui, le gouvernement chinois accorde seulement aux étrangers qui étudient dans les universités chinoises un visa permettant d’acquérir de l’expérience sans percevoir de salaire. Ce "stage" doit être en relation avec leur domaine d’étude, et non avec l’apprentissage de la langue chinoise.

Néanmoins, il est toujours possible de trouver un poste à Shanghai, en commençant par travailler pour de plus petites structures au sein desquelles il est primordial d’employer des étrangers pour communiquer auprès du public chinois et véhiculer une culture d’entreprise française.

Les offres de VIE sont quant à elles très présentes sur le marché chinois. Les entreprises françaises recherchent des jeunes dotés de qualifications techniques afin de les accompagner dans leur développement. Il est aussi possible de créer son propre VIE, ce qui permet, depuis la France, de se projeter en Chine dès lors que l’entreprise soutien le projet.

LDS : Quels conseils donneriez-vous aux jeunes en recherche d’emploi à Shanghai ?

J.G : Il est nécessaire de se construire un réseau. Les Français sont très solidaires entre eux et n’hésitent pas à aider leurs compatriotes qui désirent venir travailler à Shanghai. Pour cela, il ne faut pas hésiter à fréquenter les événements des associations francophones de Shanghai, et à démarcher les entreprises.

Propos recueillis par Florence GEOFFROY et Sabrina LESPARRE

Dernière modification : 17/09/2019

Haut de page